LA VIE -CHAPITRE VINGT HUIT – MANGER DANS LA BONNE TERRE

LIVRE LA VIE 273

«12  La manne cessa le lendemain de la Pâque, quand ils mangèrent du blé du pays; les enfants d’Israël n’eurent plus de manne, et ils mangèrent des produits du pays de Canaan cette année-là. » (Josué 5:12).

 

  • Voici LA TROISIEME PHASE de l’alimentation dans la vie du peuple de Dieu.

 

  • Dans un premier temps .Le Christ que nous mangeons est d’abord pour notre salut intégral, est représenté pour nous par le repas de la Pâque. Non seulement le sang nous fournissent avec la rédemption et la libération de la condamnation de Dieu, mais aussi, de manger de l’agneau, le pain sans levain et des herbes amères, nous sommes sous tension pour marcher hors territoire de Satan et de traverser la mer rouge.

 

  • Le Salut complet comprend la rédemption,
  • La régénération de la vie et la nature de Dieu
  • et de la délivrance du monde.

 

  • Vous appréciez ce salut complet, ou vous êtes toujours en Egypte ?

 

Dans un deuxième temps, nous avons Christ pour nous soutenir dans notre aventure sauvage. La consommation de la manne est pas pour notre Salut, mais pour l’édifice de Dieu la demeure la mise en place et exploiter le témoignage de Dieu.

  • Ici dans la vie ecclésiale, nous sommes mangeons Christ pour la construction de la maison de Dieu.

 

 

  • Dans le message précédent, nous avons couvert ces deux étapes.
  • LA PHASE DE LA PAQUE
  • LA PHASE DE LA MANNE

 

 

LA TROISIÈME ÉTAPE

 

 

  • Dans la Bible, deux est le nombre du témoignage, pas de la fin.
  • Notre alimentation n’est pas complète avec seulement les deux étapes.
  1. le repas de la Pâque.
  2. La Manne

 

  • 1 Thessaloniciens 5:23 dit, « 23 ¶  Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!» pour notre sanctification ensemble, que nous devons être conservés dans le corps et âme et esprit.

 

  1. Alors qu’il était bon du manger en Egypte en ce qu’elle était nous pour de faire notre exode renforcé,
  2. le manger dans le désert était mieux parce que le tabernacle fût mit en place.
  3. Puis la gloire de Dieu descendit des cieux pour remplir la maison pour lui sur la terre.

 

 

Pour être dans la troisième étape  il est obligatoire que le peuple de Dieu quitter le désert, en traversant le fleuve du Jourdain et entre en Canaan, la terre promise à Abraham, Isaac et Jacob en héritage pour leurs enfants.

Elle représentait l’objectif promis de Dieu.

  • Quelle est donc cette troisième étape ?

 

  • C’est de manger de la maison de Dieu à être installés sur des bases solides.

 

Au lieu d’un tabernacle portable, mobile, il y avait un temple construit sur une base ferme, sédentaire. Cette construction ne pouvait se faire que dans le désert.

Le temple a été construit dans la bonne terre, et cela signifiait que le Royaume de Dieu a été établi, exprimant de Dieu et son autorité

Voici les trois phases de l’alimentation, et ils forment une histoire, de notre expérience chrétienne.

  • Tout comme Dieu est Trinité et l’homme est tripartite, alors notre alimentation spirituelle a aussi ces trois étapes.
  • Notre croissance spirituelle dépend de notre alimentation.

 

  • Vous mangez encore de l’agneau et des herbes amères ?
  • La manne est votre nourriture quotidienne ?

La Manne  est la nourriture pour les vagabonds, ceux encore  qui sont dans le désert de l’âme.

  • Vous êtes dans la bonne terre, appréciant le produit provenant de Canaan dans votre esprit ?

 

  • Vous pouvez difficilement être sûr de quelle étape vous en êtes.
  • Vous pouvez vous sentir que même dans un jour votre expérience peut changer en arrière de la bonne terre en Égypte ou au désert.
  • Toutefois, si vous n’avez jamais goûté l’expérience d’être dans la bonne terre, déclarons par la foi que c’est là où vous êtes.

 

  • Ne crois pas le mensonge de Satan QUI DIT que vous avez glissé et retourner en arrière

 

 

UNE VARIÉTÉ

 

Alors que la manne était la seule nourriture fournie pour les enfants d’Israël dans le désert, le produit de la bonne terre était varié.

 

C’était un  «8  pays de froment, d’orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers; pays d’oliviers et de miel;9  pays où tu mangeras du pain avec abondance, où tu ne manqueras de rien; pays dont les pierres sont du fer, et des montagnes duquel tu tailleras l’airain. » (Deut. 8:8-9).

 

Non seulement il était d’assortiment de fruits et de légumes, mais ils avaient des troupeaux et des grands troupeaux (Deut. 12:6). « 6  C’est là que vous présenterez vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, vos offrandes en accomplissement d’un voeu, vos offrandes volontaires, et les premiers-nés de votre gros et de votre menu bétail.»

 

LA CONSOMMATION DES PRODUITS COMMUNS

 

Les chapitres douze, quatorze et seize Deutéronome, il est clair qu’il y avait deux sortes de manger dans la bonne terre.

 

Toutes l’augmentation, proviennent du champ ou de leurs troupeaux, devait être divisée en deux parties.

 

Quatre-vingt-dix pour cent de celle-ci est la partie qui a appartenu aux Israélites et puisse être mangée dans leurs portes (Deutéronome 12:15). «15  Néanmoins, quand tu en auras le désir, tu pourras tuer du bétail et manger de la viande dans toutes tes portes, selon les bénédictions que t’accordera l’Eternel, ton Dieu; celui qui sera impur et celui qui sera pur pourront en manger, comme on mange de la gazelle et du cerf. » Cela nous pourrions appeler la consommation courante.

 

 

LA PARTIE SUPÉRIEURE

 

Les autres 10 %, la dîme, imposait des restrictions sur où il peut être mangé. « Tu pourras pas manger dans tes portes la dîme de ton blé, de ton moût ou de ton huile, ou les premiers-nés de ton gros ou de ton troupeau…Mais tu doit manger devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu que choisira l’Éternel, ton Dieu » (Deutéronome 12:17-18). «17  Tu ne pourras pas manger dans tes portes la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, ni les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, ni aucune de tes offrandes en accomplissement d’un voeu, ni tes offrandes volontaires, ni tes prémices.18  Mais c’est devant l’Eternel, ton Dieu, que tu les mangeras, dans le lieu que l’Eternel, ton Dieu, choisira, toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, et le Lévite qui sera dans tes portes; et c’est devant l’Eternel, ton Dieu, que tu feras servir à ta joie tous les biens que tu posséderas. »

 

Supposons, par exemple, que je suis un Israélite avec un troupeau de vaches. Lorsque l’un d’eux a son premier veau, je ne suis pas libre de le tuer et de faire une fête pour ma famille, même si le troupeau m’appartienne. Je dois enregistrer jusqu’au moment de la fête des tabernacles, le quinzième jour du septième mois. Si cette même vache a un second veau, cependant, nous sommes libres de l’engraisser, de le tuer et de faire un festin pour tous nos proches.

 

  • Le premier-né, ainsi que les premiers-nés des tous mes troupeaux et la dîme de mes produits, je dois prendre à l’endroit «11 Alors il y aura un lieu que l’Eternel, votre Dieu, choisira pour y faire résider son nom. C’est là que vous présenterez tout ce que je vous ordonne, vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, et les offrandes choisies que vous ferez à l’Eternel pour accomplir vos voeux. »
  • (Deutéronome 12:11).
  • «39 Le quinzième jour du septième mois, quand vous récolterez les produits du pays, vous célébrerez donc une fête à l’Eternel, pendant sept jours: le premier jour sera un jour de repos, et le huitième sera un jour de repos. » (Lév. 23:39).

 

 

LA CONSOMMATION COMMUNES ET LA JOUISSANCE SPÉCIALE

 

  • La consommation courante dans les portes est un type de la jouissance commune de Christ. Nous pouvons nous régaler sur lui à la maison seul, ou des rencontres avec d’autres.
  • Cette jouissance du Christ peut être précieuse, mais, comme beaucoup d’entre vous peuvent en témoigner, notre plus haute jouissance du Christ est présente dans les réunions d’église.
  • C’est seulement ici que nous apprécions la partie supérieure du Christ.
  • C’est l’endroit où il a choisi de mettre son nom et de construire son habitation.
  • Toutefois votre réunion de maison ou de petit groupe de prière .Mais Dieu n’y habite pas.
  • L’habitation de Dieu est aujourd’hui l’église, et les Mont Sion est réunion d’église d’aujourd’hui, où les dîmes et les offrandes doivent être présentés.

 

PAS DANS TOUS LES LIEUX

 

Manger le Christ dans la troisième étape consiste non seulement ses richesses, mais aussi la question de l’unité du peuple de Dieu.

 

  • Une fois que les enfants d’Israël ont occupé la bonne terre, il aurait été facile pour eux d’être séparés les uns des autres.
  • Ce qui les gardait dans l’unité a été cette exigence: «13 Garde-toi d’offrir tes holocaustes dans tous les lieux que tu verras; 14  mais tu offriras tes holocaustes au lieu que l’Eternel choisira dans l’une de tes tribus, et c’est là que tu feras tout ce que je t’ordonne.»(Deutéronome 12:13-14).
  • Tous les mâles devaient comparaître devant le Seigneur trois fois par an dans le lieu de son choix (Deutéronome 16:16) « 16 Trois fois par année, tous les mâles d’entre vous se présenteront devant l’Eternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira: à la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles. On ne paraîtra point devant l’Eternel les mains videspour célébrer les fêtes avec les riches produits du terroir.

 

Supposons que deux voisins avaient un désaccord et n’étaient plus sur de bons pourparlers.

Bien que la plupart du temps entre eux ils se sont évités, le jour viendra où ils auront à faire tous les deux le trajet allé et retour à Jérusalem. Il était bon de rassembler les forces pour faire le trajet, donc de  régler leurs différends et de joindre leurs forces était une forme d’obligation, « Voici, bon et c’est comment agréable pour des frères de demeurer ensemble dans l’unité! » (Psaume 133).

Il s’agissait d’une des chansons de degrés que les Israélites ont scandé alors qu’ils se sont réunis et est monté le mont Sion pour présenter leurs offres et de garder les fêtes.

 

 

  • Comme nous mangeons le Christ, nous trouverons que nous sommes amenés dans l’unicité avec tous les saints.
  • Nous pouvons être satisfaits de certains frères ou de sœurs et décider de cesser de participer aux réunions d’églises.
  • Nous pouvons dire que la présence de Dieu est partout et que nous pouvons profiter de Christ à la maison.

 

  • Mais la partie supplémentaire de la jouissance du Christ ne peut pas être la nôtre en dehors des réunions d’églises. Si nous essayons d’avoir le bon et les parties particulières du Christ à l’endroit où nous choisissons, l’unicité est endommagée.
  • Cependant les mécontents, nous pouvons sentir des choses dans l’église, nous devons relever avec les saints.
  • L’habitation de Dieu est l’église, mais ce n’est pas notre petit groupe de prière et où nous voulons.
  • Nous devons tous relevé à l’endroit où Dieu a choisi pour invoquer son nom afin d’habiter.

 

 

DU LABEUR

 

Le produit de la bonne terre ne pleuvait pas du ciel comme la manne avait fait.

Les enfants d’Israël devaient, semer la graine, garder le sol arrosé et se débarrasser des insectes ravageurs.

Ensuite, lorsqu’est venu le temps de la moisson, ils devaient récolter les cultures.

 

  1. Christ est notre bonne terre.
  2. Chaque jour nous devons avoir la main sur lui.
  3. Nous commençons par la prière du matin,
  4. labourer le sol
  5. et mettre le semis « lui » comme valeur initiale. Parfois nous il suffit d’arroser les cultures et tuer des escargots.
  6. Pendant la journée nous continuons à travailler sur lui et c’est éprouvant, appréciant et participant avec lui.
  7. Nous avons également arraché quelques minutes de temps en temps tout au long de la journée à lire un chapitre dans la parole.

 

 

  • De ces fidèles à travailler, nous accumulons progressivement les riches expériences du Christ.
  • Ensuite, nous apportons notre excédent aux réunions.

 

Les Israélites avaient seulement trois fêtes par an. Nous n’avons pas à attendre longtemps ! Nous avons au moins trois réunions par semaine, chacun d’eux un festin, à qui nous pouvons venir, pas bredouille, mais chargé avec l’expérience du Christ.

«16  Trois fois par année, tous les mâles d’entre vous se présenteront devant l’Eternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira: à la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles. On ne paraîtra point devant l’Eternel les mains vides.17  Chacun donnera ce qu’il pourra, selon les bénédictions que l’Eternel, ton Dieu, lui aura accordées. » (Deut. 16:16-17).

 

 

CULTE

 

  • Des cinq livres de Moïse, Genèse seulement ne donne aucune instruction sur la façon d’un culte.
  • Les quatre autres traitent longuement sur le culte et le service de Dieu. Le concept naturel est d’adorer Dieu nous devons incliner, s’agenouiller ou prosterner.
  • C’était la coutume des nations environnant Israël ( 23:24). «24 Tu ne te prosterneras point devant leurs dieux, et tu ne les serviras point; tu n’imiteras point ces peuples dans leur conduite, mais tu les détruiras, et tu briseras leurs statues. »
  • Mais l’enseignement donné aux enfants d’Israël devait apporter leurs produits riches, et les offrir à Dieu et puis les mangers quelques-uns en sa présence et avec lui.
  • Ils ont offert leur nourriture à Dieu. Manger en présence de Dieu est un culte.

Plus nous arrivons avec nos mains pleines de Christ, plus nous nous offrons à Dieu et nous profiter de sa présence, plus nous sommes adorant. Dieu notre Père désire le culte qui est notre alimentation du fils. Dieu est heureux quand nous sommes en sa présence, profitant de son fils.

 

  • Dans Jean 4 le Seigneur Jésus lié l’adoration à Dieu et boire de lui.

 

  • Après que le Seigneur a dit à la Samaritaine, «14 mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. » Jean 4 (v. 14), elle a tourné le sujet sur la question du culte.
  • La Réponse du Seigneur était,«21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.23  Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. » Jean 4 (VV. 21, 23).
  • Notre esprit est Jérusalem, l’habitation de Dieu (Éph. 2:22), «22 En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. » et c’est ici que nous adorons Dieu, non par nous-mêmes se prosterner devant lui, mais en profitant de Christ comme la réalité.
  • Boire de lui est le véritable culte à Dieu.

 

LES RÉUNIONS

 

Nous offrons le Christ, nous avons vécu dans notre marche quotidienne chaque fois que nous arrivons à des réunions. Ne pense pas que les instruments musicaux sont une partie nécessaire de notre culte. La musique n’est pas la réalité.

 

  • La réalité se trouve dans notre esprit, dans le Christ même dont nous avons fait l’expérience.
  • Ces expériences sont le produit riche de la bonne terre.
  • Il se peut parfois que nos réunions ne devraient avoir aucun chant ou même de la prière, mais seulement les riches témoignages de notre vie quotidienne. La production abondante va être entassée devant l’Éternel. Les témoignages peuvent être assez courts, qu’encore qu’ils viennent de la richesse dans l’esprit, ils peuvent être supérieurs à un témoignage.
  • Ce que nous disons, comme un témoignage peut être sous la forme d’une prière ou peut être une offrande de louange.
  • Quelle forme prendra la réunion ceci ne peut être prédit. Chacun d’eux peut être différent.
  • Certes, certaines réunions au cours du premier siècle ont été comme nous l’avons décrit. Nous n’essayons pas d’organiser les différents styles de réunion.
  • Comment les réunions sont sort de comment nous sommes.
  • Nous vivons une certaine manière, et nous rencontrons cette même façon.
  • Nous ne venons pas ensemble à accomplir mais d’apporter un dépassement de capacité du Christ que nous avons été en appréciant richessement.
  • C’est ainsi que nous mangeons Christ ensemble en présence de Dieu.

 

  • Comment cela serai bien si toutes les églises sont comme ça !

 

Aujourd’hui, nous sommes encore sous l’influence du christianisme dégradée, avec le chant des hymnes et prier dans le cadre de notre forme de réunion.

  • La Bible ne nous donne pas de façon rituelle d’atteindre. Aucun moyen formel n’est prescrit pour notre rassemblement.

 

  • Nous devrions être comme les enfants d’Israël qui se réunissent dans les temps anciens pour le lieu unique, Jérusalem, avec tous les produits riches de la bonne terre ; c’est-à-dire, nous arrivons à l’esprit, offrant à notre riche expérience du Christ.
  • Si nous chantons n’est pas en cause. Nous pouvons consacrer une réunion entière seulement a chanté, si le Seigneur conduit comme cela.

 

  • Ce qui doit nous préoccuper, c’est seulement que nous rencontrons dans l’Esprit et avec la richesse du Christ.
  • Lorsque nous partageons nos expériences, nous ne devrions pas le faire de façon dispersée.

Parce que nous avons tous des expériences abondantes et variées, ce que nous disons devrait suivre la ligne de celui qui nous a précédés.

Si nos réunions sont pleines d’un Christ attrayant, ceux qui viennent vont être convaincus, tamisée et capturé. Christ lui-même est le facteur d’attraction — pas un Christ dans la doctrine, mais un homme que nous subissons.

LE BUT DU RÉTABLISSEMENT DU SEIGNEUR

 

La troisième phase de l’alimentation est compliquée.

 

  • Il y a la façon courante de manger ensemble et à apporter des richesses de la bonne terre.
  • Il y a aussi la manière particulière de mettre nos dîmes à l’endroit choisi de manger devant l’Éternel, afin de maintenir l’unité du peuple de Dieu.
  • En outre, ce stade de la consommation exige que nous ayons fait un travail, non seulement de rassembler ce qui est tombé du ciel.
  • Enfin, nous devons adorer le père en apportant toute la variété riche de l’expérience du Christ pour les réunions et les présenter à Dieu et à son peuple.

 

  • Cette troisième étape est celle qui accomplit le but de Dieu.

 

  • C’est notre objectif, vers lequel nous devons viser, dans la récupération du Seigneur.
  • Ainsi la vie d’église sera produite, le Royaume de Dieu établi, et son temple construit solidement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

église chrétienne évangélique morestel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 18 =