LA PURIFICATION D’UNE LÈPRE DE MAISON

LA PURIFICATION D’UNE LÈPRE DE MAISON

 

La tragédie frappe ! Pourquoi toutes ces larmes dans cette maison à Béthel ? Est-ce que « Béthel » ne veut pas dire « maison de Dieu » ? N’est-ce pas le lieu où Jacob avait eut sa vision de l’échelle et où par la suite son nom fut changé par Dieu ? Sûrement à Béthel cela ne pouvait pas arriver ! Mais c’est ce qui c’est passé ! Alors, c’est quoi ?

Voyons (de plus prés) cette maison de pierre d’une famille particulière de la tribu de Benjamin. Belah, le père et le propriétaire de cette maison, se tourne vers sa femme et son fils aîné, Carmi, et dit d’une voix tremblante, «c’est pas possible, mais c’est vrai », pointant de son doigt à une tâche sur le mur. « Oui, papa, » répond  Carmi, « je crains que ça soit la lèpre, mais cette maison et la petite parcelle de terre est tout ce que nous avons. Que doit-on faire ?»  « Mon fils, » puis il s’arrête comme pour méditer, et continua à dire « donne-moi ici le rouleau et ouvre-le au troisième livre de Moïse, chapitre 14:33-53, et permet-moi de le lire encore une fois ».

Est alors, le père lit ce que nous appelons « Lévitiques » 14:33-53, et si le lecteur veut la signification entière de cette histoire, veuillez lire le même passage. Peut-être, voici quelques pensées, traduite dans son propre langage, qui sont passées dans la tête de Belah quand il lisait la formule de purification d’une lèpre de maison :

« Le Plan de Dieu pour la Purification.

(1) Le LIEU pour la Purification – Habitation (v.34, la maison à Canaan).

(2) La PREUVE de la Purification – Préparation (tel que Bélah l’avait lu, en Hébreu, v.36 dit, « Le sacrificateur, avant d’y entrer pour examiner la plaie, ordonnera  qu’on vide la maison, afin que tout ce qui y est ne devienne pas impur.  Après cela, le sacrificateur entrera pour examiner la maison. »). 

(3) La PROTECTION de la Purification – Séparation (car après les 40 jours de sa mise en quarantaine, les pierres affectées ainsi que la poussière raclée de l’intérieur de la maison sont jetées hors de la  ville, dans un lieu impur (v.40, 41).

(4) La PAIX  de la Purification – Edification ou « construction », (v.42).

(5) La PUISSANCE de la Purification – Sanctification (car elle démoli la mauvaise construction en nous, et nous lave à nouveau, ce qui est donné en image par la démolition de la maison qui refuse la guérison, et par la purification (lavage, douche) de ceux qui ont été en contact avec une maison lépreuse, (vs. 43-47).

(6) L’OBJECTIF de la Purification – Purification (car par deux oiseaux, un égorgé, l’autre vivant, du bois de cèdre, du  cramoisi et de l’hysope que la maison était purifiée, vs. 48-53).

(7) La PREEMINENCE de la Purification (quand on a gagné le combat contre l’impureté) sera vue par la Restauration (car la maison, la famille du propriétaire, sans parler du oiseau vivant relâché dans les champs, et le témoignage de Dieu, tout doit être restauré). »

Mais quelque soient  ses pensées, Bélah avait fait appel rapidement au prêtre oint qui lui avait envoyé dire de vider la maison, et la préparer ainsi pour la purification. Car comme la lèpre doit se nourrir de quelque chose, alors on la vida. Bélah et sa famille s’étaient rendu chez des amis, mais observaient de très près le déroulement des faits. Car après que le prêtre est entré dans la maison et avait discerné les pierres touchées par la lèpre avec leur renfoncement verdâtre, il ordonna une mise en quarantaine complète de sept jours. La maison devait être en repos durant cette période d’attente.

Ensuite, une visite renouvelée par le prêtre révéla que la lèpre pernicieuse s’est propagée. Alors Carmi aida son père à enlever ces pierres et à racler tout l’intérieur et jeter tout cela dans un lieu impur hors de la ville. Biensure qu’ils devaient laver leurs vêtements après avoir fini leur travail de peur qu’ils ne soient touchés eux-mêmes par la lèpre. Quelque chose travaillait dans l’esprit de Carmi. Peut-être que tout cela est arrivé car quelque part l’amour de Jéhovah est refroidi ? Biensure qu’ils avaient continué dans les apparences, en fait toute la ville pensait qu’ils étaient merveilleux dans leur profession extérieure, mais Carmi savait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas dans sa famille que Dieu seul connaît. Et quelque part il se demandait si tout cela n’était pas la main de Dieu.

Quand ils se sont rassemblés pour leur réunion de famille, il y avait un passage de la loi dans le rouleau qui leur parlait d’une manière particulière, « Lorsque vous serez entrés dans le pays de Canaan, dont je vous donne la  possession; si je mets une plaie de lèpre sur une maison… » (Lev.14:34). Les choses commençaient à s’éclaircir quand son père compara ce passage avec un autre qui dit que s’ils, en tant qu’Israélites, obéissent à Dieu avec diligence, alors « je ne te frapperai  d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens; car je suis  l’Eternel, qui te guérit. » (Ex.15:26). Il y avait une famille à Béthel qui est entrée en repos avec Dieu cette nuit-là, car Bélah s’est souvenu de ces « bons vieux temps » quand un enfant il avait suivit Josué à traverser le Jourdain, et il savait que ne les a pas ramené à Canaan pour être frappés de lèpre.

Ces nouvelles pierres et ce nouveau mortier paressent beaux. Doit-on les enlever encore ? Est-ce que cette plaie s’arrêtera ? Pour une raison inconnue la plaie n’a pas disparu, et quelque part Carmi pensait qu’il connaissait la raison. Mais, biensure, la purification n’était complète que quand le prêtre avait ramené les deux oiseaux, le bois du cèdre,  du  cramoisi et de l’hysope. Car bien que le prêtre avait dit que la maison est pure quand il vit que la plais ne s’est pas propagé, mais pour la purifier il devait envoyer une des sœurs de Carmi pour lui ramener de l’eau. Il lui aurait dit « ne puise pas d’un quelconque bassin à l’eau stagnante, mais va à la rivière et apporte-moi un peut de cette eau courante et vivante. » Il regarda aussi au frère de Carmi et lui demanda de lui ramener quelques brins de l’hysope qui a poussé à côté du mur du jardin, de les attacher à quelques brindilles du bois de cèdre par un fil cramoisi pour former une brosse. Alors le prêtre entra dans la maison et égorgea rapidement un des oiseaux au-dessus de la bassine remplie d’eau, et son sang avait coloré l’eau.

Puis il avait pris la brosse en hysope, la plongea dans l’eau et aspergea sept fois sur le mur où était la plaie. Ensuite il sorti dehors et après avoir submergé le deuxième oiseaux dans la bassine jusqu’à ce qu’il est devenu plein de sang (aspergé de sang) il le relâcha dans les champs. Il dit à Bélah, « Tu vois, c’est comme le jour d’aspersion annuel où deux boucs sont offerts. L’un doit donner sa vie en déversant son sang sur l’autel pour expier les péchés. Mais Dieu ne veut plus jamais se rappeler de ces péchés pardonnés, alors ils sont mis sur le bouc émissaire et il est chassé dans le désert pour qu’il les emport loin de la vision. Maintenant vous pouvez rentrer, car Dieu a recouvert votre maison de Sa Vie, et a enlevé la plaie loin de la vision ». Et ainsi, après une prière ensemble en laquelle quelques larmes furent versées, Bélah et sa femme, avec leur petite famille sont tous retourné à leur maison.

Quelle leçon tirons-nous aujourd’hui de tout ça ? Paul nous dit souvent, presque dans chaque livre qu’il écrivit, que tout ce qui est dans l’A.T. n’est que l’ombre des vérités du N.T. La lèpre, au-delà de tout raisonnement, est l’image du péché et de la mort, la malédiction. Souvent, elle apparaît sous la forme d’esprits Sataniques. Nous avons ces esprits de lèpre mentionnés dans le N.T. comme suit : esprit de servitude, esprit de peur, esprit de sommeil, esprit du monde, esprit de prostitution (de nos pensées, ou de nos propres attitudes sataniques), esprit de l’antichrist et esprit de l’erreur. Nous les avions déjà vus au début de cette brochure. La maison de Canaan doit être une qui fut consacrée à Dieu (Deut.20:5). Canaan nous parles des lieux célestes ou nous avons la vie dans l’Esprit. Non seulement Dieu nous a béni de toutes les bénédictions dans les lieux élevés (célestes) mais Il y a aussi tout un combat dans les cieux (Eph.1:3 ; 6:12) quand nous demandons ces bénédictions. Mais l’Eglise est la maison de Dieu, alors nous pouvons dire aisément que la maison de Canaan n’est qu’une image de l’église locale qui est entrée dans la vie de l’Esprit (monde spirituel). Plus clairement, c’est un type de l’église « Nouveau Testamentaire ».

Pourquoi Dieu aurait ramené une plaie sur Sa maison ? Il y a diverses raisons. Bien que Marie fût choisie par Dieu pour être un leader, elle n’avait pas à se donner aussi l’autorité de Moïse. Aujourd’hui Dieu élève de précieuses sœurs leaders comme des exemples et tout va bien jusqu’à ce qu’elle oublient les limites bibliques (1Tm.2:12 ; 3:2). Marie fut touchée par la lèpre et elle avait retenu le camp pour une semaine jusqu’à ce qu’elle a apprit sa leçon. Mais la lèpre entre aussi « dans la maison du voleur et de celui qui jure faussement en mon nom …et qu’elle la consume avec le bois et les pierres. » (Zach. 5:4). Alors que sans doute il y a d’autres raisons pour lesquelles Dieu aurait mis la plaie de l’esprit de mort dans une église qui fut autrefois une église pleine de l’Esprit, mais nous avons déjà vu trois raisons et qui sont :

(1)   le non respect de l’Ordre divin de Dieu (comme dans le cas de Marie),

(2)le vol – Dieu construit une œuvre, puis les hommes essaient de voler la Gloire qui revient à Dieu en se l’attribuant, ou une quelconque organisation qui vol  l’autorité [1](la place du Roi) de Christ qui est Sienne de droit, et

(3)en professant ce que nous ne possédons pas. Beaucoup de groupes du Plein Evangile se sont donné des noms tels que  « Assemblée de Dieu » ou « Eglise de Dieu » et comme ce sont des termes bibliques, il n’y a pas de problèmes pour ces appellations. Mais si cette église locale n’honore pas ce qu’elle professe alors elle se dirige vers ce « lieu impure » – hors de la ville de Dieu, avec le mot « Ichabod » écrit dessus.

 

En 1946 nous avions vu Lév.14:33-53 s’accomplir bien que ce n’est que récemment que Dieu nous a montré le parallèle entre les deux. C’était la plus grande révolution qui nous ait touché en tant qu’église. Le « propriétaire de la maison, » le pasteur (mon père) avait vu une déchirure grandissante entre ce que nous professions et ce que nous possédions. Dieu a gracieusement visité un petit reste vivant dans l’Esprit, les autres qui se sont opposé à la visitation de l’Esprit sur l’église avaient quitté, mais la tendance était de s’établir dans de nouvelles « ornières ». Il n’y avait point de « vision claire » qui aurait donné de l’encouragement. Mais l’Esprit donne toujours des visions fraîches, commençant par le Calvaire, puis la Pentecôte et ensuite la vision de l’église primitive en tant que Modèle à suivre. Donc étant convaincus de professer sans posséder pleinement le vrai plein évangile, le Seigneur avait dit à mon père de « vider le terroir supérieur du bureau ». Peut-être on ne voit pas quel est le sens à cela mais pour nous c’est claire. Il représentait toutes ces choses sentimentales accumulées depuis longtemps, des choses qui étaient de moindre importance mais qui ont tellement pris de la place qu’elles empêchent d’entrer celles qui sont de valeur. Alors nous commençâmes à prier, jeûner et à tout mettre de côté.

Certains de nos anciens sentiers presbytériens et d’autres nouveaux sentiers humains ont été tous mis sur le feu de Dieu pour être brûlés afin que seul l’or, l’argent et les pierres précieuses qui soient restés. C’était en cette période précise qu’un évêque Anglican rempli de l’Esprit qui fut puissamment utilisé en tant qu’apôtre durant les jours de Pentecôte en Europe, un contemporain de Smith Wigglesworth, nous a envoyé un mot. Son cœur désirait tellement être utilisé par Dieu dans les dons et les ministères qu’il fut distingué comme un puissant homme de foi. Il n’était pas quelqu’un vivant à la marge car il avait une maison très large où il avait invité ses amis responsables à ramener leurs proches et amis possédés par des démons et qui ont perdu la raison, alors pendant dix ans ils avaient réussi à discerner et à chasser ces esprits avec succès. Mais quelque part Dieu l’avait touché pour nous écrire en 1946, « ne m’invitez pas à venir, jusqu’à ce que vous désiriez  tout vider à l’exception du sentier de Dieu, et jusqu’à ce que vous soyez prêts pour une révolution. Dieu veut mettre tout dans l’ordre, chacun à sa place.» Alors que, depuis ce temps là, maintenant il y a un grand réveil dans les cercles du Plein Evangile en ce qui est de l’authenticité biblique du ministère de l’apôtre et du prophète et sur la mise en pratique du don spirituel de prophétie. Mais à l’époque un tel enseignement nous a rendu totalement étrangers et complètement proscrits de la communion avec la majorité des frères. Ainsi, l’évêque vint avec le message sur l’ordre divin de Dieu. « Le Nouveau Char de David » était un des messages par lesquels il nous montra que quand ils avaient transporté l’arche (sur un char) au lieu de laisser les Lévites la porter, un homme fut frappé de mort. Ils avaient fait la bonne chose d’une mauvaise manière. Il avait comparé l’Eglise à un puissant train qui doit rouler sur deux railles, les cinq ministères de Christ (Eph.4:11) et les neuf dons spirituels (1Cor.12:8-10).

Faites une comparaison avec Lév.14. Après que le « propriétaire de la maison » avait reconnu la plaie et avait tout vidé, le prêtre oint devait y entrer et chercher la lèpre. Et quand il l’aura trouvé, il devait fermer la maison et y revenir plus tard pour la revoir encore. C’était exactement ce qui c’est passé. Car ici, après que le pasteur avait procéder à tout  « vider », le Seigneur envoyât le « prêtre oint » (l’apôtre, car il avait un ministère du type de gouvernance[2]). Il lui avait fallu huit jours pour chercher et trouver la lèpre en nous en tant que église. Il la trouva en plusieurs d’entre nous. C’était de glorieux jours de révélation. La parole de connaissance et le discernement des esprits étaient alors très en action. Bien sur que Dieu confirma Son message du « bon ordre » par des miracles, des signes et prodiges, qui étaient tellement nombreux qu’on ne peut pas les énumérer. Le don de prophétie qu’il avait était celui qui est mentionné en 1Cor.14:25, celui qui discerne les secrets les plus profonds, même des étrangers, et de les ramener à Dieu. Imaginez notre choc quand, à son arrivé, il nous dit qu’à chaque fois que Dieu l’utilisait pour mettre une église dans l’ordre de Dieu, Satan aura trouvé (et entrer en) une femme et aura essayé d’injecter un faux « ordre divin », et ainsi les mauvais esprits devaient être chassés.

Nous étions tenté de demander à Dieu ce qui nous arrivait, mais nous avions expérimenté le témoignage de Dieu tout le long du chemin. Nous ne pouvons pas entrer maintenant dans les détails, mais cela eut lieu exactement juste avant la fin de sa première visite. Gloire à Dieu, ça a mis la crainte de Dieu dans nos cœurs, ce qui est le début de la sagesse. Son denier jour ici il nous donna cette prophétie, « Cette église n’est pas encore prête à être mise dans Mon ordre divin. Il y a encore un grand besoin d’avoir confiance en Moi, dit le Seigneur.» En d’autres mots, c’était la manière dont Dieu nous a dit de « fermer » la maison. Seulement au lieu d’une semaine, ça a pris trente jours avec nous. Car durant cette période, il y avait eu un problème qui nous a poussé à passer plus de temps dans la prière que jamais, mais Dieu ramena la victoire qui avait pour résultat beaucoup d’esprits impurs qui sont chassés de la partie (lépreuse) déjà mentionnée. Et maintenant notre église est un des meilleurs témoins pour Christ qu’on peut trouver.

Après la mise en quarantaine, quand la maison fut fermée, revint le prêtre oint pour voir si la lèpre s’est propagée. Ainsi alors, revint l’évêque après les trente jours pour trouver que Dieu a déjà œuvré. Mais cette deuxième visite qu’il nous a fait fut un temps d’examen minutieux du cœur accompagné par une puissante visitation de l’Esprit. C’était le temps où l’ancienne « poussière », telle qu’elle était, fut raclée par la Parole. De nouvelles pierres furent ajoutées comme la crainte du Seigneur les a saisi par les dons de l’Esprit, et les a uni avec l’assemblée. Durant ces deux visites il y avait eu des réunions quotidiennement, trois fois le dimanche et on a toujours la soif de recevoir plus ! Le nouveau mortier avait aidé à cémenter ces nouvelles pierres. Un beau « groupe[3] de ministères », chantant dans l’Esprit, sur la communauté (congrégation) en chaque réunion nous rappel de cette main invisible jouant sur les cordes d’un orgue, émettant une belle harmonie. Les temps d’un saint silence sont équilibrés par des temps d’une vraie expression de louange, servant tous pour une réelle édification. Il y avait des temps de « purification[4] » individuelle quand Dieu aura pointé Son doigt sur nous individuellement. C’était une semaine spécialement sacrée, car nous savions que quelque part Dieu allait y établir des ministères. Et alors c’est ce qui c’est passé. C’était un jeudi, l’église était dans le jeûne, quand Dieu, par l’apôtre, avait appelé certains d’entre nous les hommes et, dans un des moments les plus précieux, il nous a établi dans les ministères de Christ (Eph.4:11) aussi bien que cela Lui avait parut. En ce qui me concerne, le Seigneur m’avait établi dans le ministère de prophète. J’ai bégayé pendant dix ans jusqu’au dernier jour de la première visite de l’évêque. Dieu m’avait appelé par le moyen d’une prophétie me disant qu’Il allait me guérir « à l’instant » si je m’approche des anciens et les laisse m’imposer les mains. J’avais obéi, et n’avais jamais bégayé depuis.

Auparavant, le président de la plus grande dénomination Protestante du monde et président de la plus grande école m’avait dit « je ne deviendrait pas un prédicateur si j’étais à votre place.» Et j’avais répandu, « moi aussi je ne le serai pas si c’était moi, mais avec Dieu tout est possible. Le Seigneur frayera un chemin là où il n’y en a point.» Alors Il avait agité les choses quand je suis revenu à l’église locale où je servais ; et les enfants me disaient, « Robert, nous avons besoin de ce même Esprit Saint, car Il nous donnera une guérison spirituelle comme Il t’a donné une guérison physique.» Gloire à Dieu, à l’instant même il y a ceux qui Le reçoivent.

Mais que représentaient les deux oiseaux et la brosse d’hysope ? Rappelez-vous, un donna sa vie au-dessus des « eaux vivantes » et l’autre survola vers les « champs ouverts ». Le jour que Dieu nous a orienté « vers » l’ordre divin fut un Jeudi le premier du mois d’Août. Bien que je prophétisais déjà pour un certain temps auparavant, mon père donna sa première prophétie. Elle disait, « Que ce soit pour toi le début des mois. En ce jour tu es entrain de traverser le Jourdain. Il y a beaucoup de géants sur le chemin, mais n’est pas peur, je suis sorti devant toi et je les aie tous vaincus…suis-moi. » De même un des anciens avait reçu une prophétie (par mon père) lui disant de se débarrasser de son travail et d’aller de ville en ville tel un évangéliste, évangélisant de porte à porte et sur les places publiques. Maintenant vient le temps que reflète l’oiseau qui donne sa vie. En Actes 13 nous lisons que l’Eglise jeûnait et priait quand Dieu et l’église envoyèrent les frères ; alors malgré la chaleur de l’été le Seigneur avait dirigé l’église dans un temps d’une nouvelle (fraîche) consécration en jeûnant à la fois la nourriture et l’eau pour trois jours.  Personne n’avait la tête qui tourne, et il n’y avait aucune complainte, ni des personnes âgées, ni des personnes jeunes. Cela n’était qu’un simple signe de notre part pour Dieu que nous étions prêts à abandonner nos vies pour Lui et pour les frères. Ensuite, que signifiait « l’eau vivante » qui accompagnait cette mort ? Les rivières du Saint Esprit qui nous aident à se donner à Dieu sont ces eaux vivantes ; tout était ainsi dans notre cas.

« L’écarlate », le cèdre (toujours verdoyant, ce qui parle de Sa vie éternelle), et l’hysope (telle que la foi, car comme on applique avec elle le sang sur les portes de la Pâque, de même par la foi nous appliquons le Sang à nos portes), tous prennent part dans la purification – sachant bien sur que le Sang est la base de toute purification, sinon nous ne sommes jamais pures. Mais, que représente l’oiseau aspergé de sang qui part dans les « champs ouverts » ?  Christ nous dit que « le champs c’est le monde ». Mais qu’est ce qui aurait mis fin au processus de Dieu pour la purification si ce n’est le temps où on sort dans les champs ouverts avec le message tacheté de sang ? De même quelque temps après ces évènements Dieu divisa Waco en sept régions, les « champs ouverts », et nous divisa en nous envoyant de porte à porte évangélisant et ayant des réunions de prière dans chaque maison qui nous ouvrait la porte. En faisant ce service, je me suis retrouvé en face d’un très haut mur barbelé d’une maison d’état, qui était à l’époque un lieu très difficile pour y accéder librement, surtout pour témoigner. Pour tout résumer, Dieu avait ouvert un accès et pendant dix ans je me déplaçais librement d’un dortoir à l’autre, et Dieu avait sauvé des centaines de jeunes et d’adolescents.

Ce qui s’était passé en 1946 ne concernait pas uniquement une église locale, car depuis le Seigneur avait permis que les ondulations encerclent le globe tout entier. Cela avait eut lieu 40 ans après le déversement d’Azusa en 1906.

N’oublions pas aussi que sur la maison à Canaan il devait y avoir  « une balustrade autour de ton toit » (Deut. 22:8). Pourquoi ? « Afin de ne pas mettre du sang sur ta maison, dans le cas où il en  tomberait quelqu’un. » Le mot utilisé dans l’A.T. pour la « vérité » est  « aman », « construire ». Donc, ces quatre murs que le Seigneur nous dit de couronner notre maison avec sont les murs de protection qu’est la vérité. Que puissent préfigurer au mieux ces murs si ce n’est l’évangile quadruple que Dieu avait confié à Son Eglise vainqueur – Jésus est le Sauveur, Celui qui guérit, Celui qui baptise dans l’Esprit et le Roi qui revient bientôt. « Amen! Viens,  Seigneur Jésus! »



[1] Headship : autorité, place du chef, du roi ou responsable suprême

[2] Gouvernance : (commanding) = responsabilité, leaderchip, presidence…

[3] Groupe : (body) = corps, équipe

[4] Purification : (washing) = lavage, bain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + 13 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.