Les 7 MYSTERES DANS L’EPITRE DE JEAN – LIVRE –

Les 7 MYSTÈRES DANS L’ÉPITRE DE JEAN

CONTENU

1. Le mystère de la vie
2. Le mystère de la communion
3. Le mystère du respect
4. Le mystère de l’onction (1)
5. Le mystère de l’onction (2)
6. Le mystère de la naissance Divine
7. Le mystère de la semence Divine
8. Le mystère de l’eau, le sang et l’esprit
9. Sept questions des sept mystères

 

CHAPITRE PREMIER
LE MYSTÈRE DE LA VIE
Lecture biblique: 1 Jean 1:1-7 ; 4:8

Ce message est le premier d’une série de plusieurs sur la première épître de Jean.

LA PLACE DES ÉCRITS DE JEAN DANS LA BIBLE
Les écrits de Jean ont une position unique dans la Bible. Il a écrit un Évangile, trois épîtres et le livre de l’Apocalypse.
Les écrits du Nouveau Testament dans son ensemble peuvent être classés de la même façon :
 les Évangiles,
 les épîtres
 et l’Apocalypse « la révélation ».
Le dernier mot, dans la conversation, est généralement le mot décisif.
Ainsi, dans les écrits de Jean, dans l’apocalypse nous avons le dernier mot de la toute révélation de la Bible. «21 Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous! »

LE MOYENS DE DIEU ET LE BUT DE DIEU
L’Évangile de Jean traite de la question de vie ou de la construction. La vie est merveilleuse et profonde, mais ce n’est pas le but.
Le but c’est la façon d’arriver au but, c’est le bâtiment de Dieu.
Les deux premiers chapitres de la Bible traitent de la création.
Les deux derniers chapitres traitent de la Sainte cité, la nouvelle Jérusalem.
Cette ville est un bâtiment.
En considérant le début et la fin, nous pouvons voir que l’objectif de la création divine est un bâtiment.
Entre le début et la fin, il y a le thème c’est la vie.
Vous vous souvenez que le dernier jour de la création Dieu créa l’homme ( apoc 1:27, «27 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. »31 «31 ¶ Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour. »).
Dieu s’est plu de tout ce dont il avait fait, et il a béni l’homme. 2:8 «8 ¶ Puis l’Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l’orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé. » nous dit que Dieu planta un jardin dans lequel il a mis l’homme qu’il avait formé.
Ce jardin faisait partie de la création de Dieu ; jusqu’ici, aucune ville n’avait été construite.
Au milieu de ce jardin, parmi beaucoup d’autres arbres, il y avait l’arbre de vie.
Pour que l’homme puisse avoir de son fruit la vie
Réjouissons-nous qu’il y a l’arbre de vie, même si nous ne pouvons pas définir avec précision ce que la vie est.

LA VIE
Même si notre vie humaine est trop mystérieuse à définir.
La vie, dénommée à l’arbre de vie est bien plus mystérieuse que la vie humaine.
Comme la plupart d’entre nous savent, en grec, il y a trois termes différents pour la vie.
 La vie physique est appelée bios.
 En outre, nous avons une vie psuche, une vie psychique.
 Le troisième genre de vie s’appelle zoe, la vie de l’arbre de vie.

Dans Jean 10:10 le Seigneur Jésus dit, «10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.» « Je suis venu qu’ils aient la vie et qu’ils peuvent l’ avoir abondamment. » Le mot grec utilisé ici la vie est zoe.
Dans le verset suivant, A-t-il dit, «11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.» La vie ici est psuche.
Le Seigneur Jésus donné sa vie psuche pour accomplir la rédemption pour nous et donc à rendre la vie éternelle de zoe disponible pour nous.
Rien ne peut détruire la vie de zoe.
Jésus comme un être humain est mort sur la Croix, fixant sa vie psychologique humaine à notre place, pour nous donner la vie de zoe.
Cette vie, dénotée par zoe, est la vie divine ; en réalité, c’est rien de moins que Dieu lui-même. «2 car la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, -» (1 Jean 1:2).
Cette vie même était considérée et gérée par les apôtres (1 Jean 1: 1 « 1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -») D’après le contexte, il est clair que la vie est Jésus Christ, le fils de Dieu. Dans le premier verset, la vie est appelé « la parole de vie » et au verset 2 « la vie » et «vous annonçons la vie éternelle»
Donc il y a 1 Jean 1: 1 « la parole de vie » et 1 Jean 1: 2 « la vie éternelle» et en apocalypse 22:2 aux vainqueurs « l’être éternel »

L’ARBRE ET LA RIVIÈRE
Cette personne divine, c’est ce qui se trouve entre la création de Dieu dans le début et le bâtiment de Dieu à la fin.
Cette vie est le moyen ou la procédure à travers laquelle Dieu accomplira son dessein.
Dans la nouvelle Jérusalem, le but de Dieu, l’arbre de vie réapparaît (Apoc. 22:2) « 2 Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations.». Il pousse sur les deux côtés d’une rivière qui coule.
Cette image vivante nous a dit que, même dans l’éternité, l’arbre de vie sera le processus par lequel la ville est maintenue.
Au moment où que nous atteignons Apocalypse 21, la ville a été produite, mais l’élément de maintien pour toute l’éternité sera l’alimentation courante de cette vie.
Le Bâtiment éternelle de Dieu est maintenu avec la durée de vie très cultivée dans la rivière qui coule.
Même dans la nouvelle Jérusalem la vie n’est pas le but mais le processus par lequel le but est atteint et maintenu.
 Même maintenant, nous sommes tous dans ce flux !
 En outre, que le flux est en nous !
Depuis que nous avons accepté le Seigneur Jésus comme notre Sauveur, normalement il y a eu quelque chose qui coule en nous. Même en arrivant à une réunion, nous sommes amenés par un flux, pas par nous-mêmes.
Cette rivière au sein de nous est la source de notre force et notre joie. Le débit en nous indique que nous sommes tous dans le processus de construction de Dieu « régénération ».
Que nous aimons le Seigneur ou que sommes négligents, tôt ou tard nous allons tous être traités dans la nouvelle Jérusalem. Quand nous y serons, certains d’entre nous seront surpris que nous ne l’ayons jamais fait.
On peut se demander comment nous avons réussi à arriver, ainsi que tant d’autres dont l’amour pour le Seigneur semblaient tellement plus fort que le nôtre. Nous pouvons être assurés que le flux que nous avons n’est pas en panne !
C’est un processus, qui nous amènera tous à la nouvelle Jérusalem.
Ce flux a commencé en Genèse 2, où on nous dit que « une rivière a Eden pour arroser le jardin où l’arbre de vie a été planter » .
Une rivière est à nouveau mentionnée dans Psaume 36: 8: «8 36-9 Ils se rassasient de l’abondance de ta maison, Et tu les abreuves au torrent de tes délices. »
Dans Ézéchiel 47 la rivière s’affiche à nouveau. Quand nous arrivons à Jean 7:38, un fleuve est devenu des rivières. «38 Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture.»
À la fin de la Bible, la rivière coule toujours.

LE DÉBIT DE LA RIVIÈRE « LE PROCCESSUS »
Nous sommes tous dans cette rivière qui coule. Même si nous voulons échapper, nous sommes pris au piège par le chasseur !
Nous sommes le poisson avec le crochet dans notre bouche !
Le Prédicateurs de l’Évangile est un chasseur. Le Seigneur a dit à Pierre qu’il serait un pêcheur d’hommes (Matthieu 4:19 « 19 Il leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.»).
Ces mots a été accompli le jour de la Pentecôte, quand le pêcheur a pris trois mille poissons (Ac 2:41 «41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes. ») !
J’ai été pris sur ce crochet il y a plusieurs années.
Il s’agit de l’histoire de chacun d’entre nous. Même si nous revenons en arrière, le crochet va seulement se décrocher sans tenir. Notre destin final ne sera pas l’étang de feu, mais la ville d’eau. Nous serons dans cette ville d’eau vive.
 Comment allons-nous y arriver ?
Il n’y a aucun avion à prendre et sans frais de transport à payer !
Nous sommes tous emmenés dans le débit de cette rivière. Tous les jours, avec le passage du temps, nous sommes amenés et nous nous rapprochons de cette ville. Tout comme un avion qui nous amène à notre destination, même lorsque nous dormons, alors nous pourrons peut-être pas au courant que ce flux nous transporte plus près et plus près de la nouvelle Jérusalem.

LA NÉCESSITÉ POUR LES ÉPÎTRES DE JEAN
La vie est le processus que nous sommes soumis.
Cette vie est entièrement dépliée pour nous dans les vingt et un chapitres de l’Évangile de Jean.
Pourquoi, alors, Jean encore écrit les trois épîtres, supplémentaires ?
De nombreux facteurs fondamentaux sont dévoilés que dans ces épîtres et ne sont pas mentionnés ailleurs.
Sans doute nous avons tous la vie, mais le processus de la vie ne se fait pas du jour au lendemain.
Nous ne sommes pas sauvés puis tout de suite nous sommes dans la nouvelle Jérusalem. Des centaines de chapitres sont pris en sandwich entre les deux premiers chapitres de la Bible et les deux derniers !
Entre la création et la construction de nombreuses complications surviennent dans le processus de vie. Il y a des joies et des peines, des chansons et des lamentations.
Ainsi, après l’Évangile de Jean, nous arrivons aux épîtres de Jean.
Nous avons un dicton comme ceci: « 1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -2 car la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, -3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ.» (1 Jean 1:1-3).
La prédication de l’Évangile, ces versets indiquent, la déclaration de la vie comme une personne aux gens.
Ce n’est pas le passage sur de la doctrine ou de connaissances, mais la proclamation d’une personne qui est la vie.

LA BOURSE DE RECHERCHE
Le but de la présente déclaration n’est pas que les auditeurs aient la vie, comme c’est le cas avec l’Évangile de Jean (Jean 10:10) « 10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.»; au contraire, c’est qu’ils puissent avoir la communion avec les apôtres, les ainés «Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ » Dans ce message, nous envisageons le mystère de la vie.
Mais dans 1 Jean 1:3 «1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, – »nous avons un autre mystère, le mystère de la communion.
Que veut dire le terme la bourse ?
Il n’est pas facile de trouver une définition satisfaisante. La Bourse de recherche est l’écoulement de la vie. La vie est une personne, le fils de Dieu. Lorsque nous recevons cette vie, il commence à couler en nous.
Comme le sang qui coule dans nos veines, ce n’est jamais à l’arrêt.
Le sang se maintient toujours en circulation. L’exercice physique nous maintient en bonne santé en stimulant notre circulation. Si notre circulation s’arrête, nous sommes finis.
La Bourse est le terme biblique pour la circulation « le flux». Tous les membres de notre corps sont dans la bourse ; le sang circule à chacun d’eux.
La Bourse de recherche est également comme le courant d’électricité. Lorsque l’électricité est en mouvement, on l’appelle un courant. Si vous vérifiez votre compteur électrique lorsque vos appareils fonctionnent, vous verrez que le courant se déplace lorsque vous utilisez l’électricité. Si vous n’utilisez pas l’électricité, il n’y a pas de débit du courant. Le compteur n’inscrire rien. Lorsque les appareils sont allumés, cependant, ils reçoivent le courant d’électricité. Ce courant est la bourse. Si vous n’êtes pas « allumé » et participant à la circulation de « électricité », vous n’êtes pas dans la bourse. Comme un appareil, votre fonctionnement résulte de votre participation dans le courant.
Le Seigneur Jésus comme étant la personne divine est la vie pour nous. Lorsque nous recevons de lui, il entre en nous et nous sommes mis en lui. Cette vie circule alors comme la bourse. Les apôtres ont déclarés «concernant la parole de vie,» Beaucoup de chrétiens ne réalise pas que, une fois qu’ils sont sauvés, ils sont dans une bourse.
La Bourse de recherche est simplement l’écoulement de la vie divine en nous.

LA GRACE ET L’AMOUR
L’Evangile de Jean nous dit que la parole incarné habite parmi nous, « pleine de grâce et de la réalité » (jean 1:14).
Lorsque nous recevons cette parole qui s’est fait chair, nous recevons la grâce et la vérité (réalité). « Car de sa plénitude nous avons tous reçu et grâce sur grâce » (jean 1:v. 16).
Dans la première épître de Jean, toutefois, les mots grâce et la vérité sont remplacées.
Au lieu de grâce, on nous dit que Dieu est amour (1 jean 4:8) «8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. ».
Au lieu de la vérité, on nous dit que Dieu est lumière (1 jean 1:5) « 5 ¶ La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres.».
 Quand Dieu est venu à nous, en la personne du fils, il a apporté la grâce et vérité.
 Après réception de celles-ci, nous retournons à Dieu dans le fils et nous trouvons l’amour et lumière.
L’Evangile de Jean nous pose la question, de la grâce et la vérité.
Son épître nous amène à la source, où est le père, et on y trouve l’amour et lumière.
Lorsque nous recevons le fils, nous recevons la vie et profitons de la grâce et de la vérité. Cette vie coule en nous, comme la bourse, nous amène au père, où nous bénéficions d’amour et de lumière, de la source de grâce et de vérité. Mais il faut aller à l’amour, qui est plus profond et plus cachée.
 La Grace est l’expression ;
 sa source est l’amour.
 Ces deux sont un.
 Si nous jouissons de l’amour,
 la grâce est incluse.

LA VÉRITÉ ET LA LUMIÈRE
Il en va de même de la vérité et la lumière.
 À une extrémité, la fin de l’expression, c’est la vérité, c’est-à-dire la réalité ou la réalisation.
 À l’opposé, la source, c’est la lumière.
Lorsque nous maintenons la vérité, par voie de conséquence, nous tenons aussi la lumière. Si nous allons dans la bourse à sa source, nous verrons qu’il est ou non la vérité ou la réalisation, mais la lumière aussi.
Pour être dans la lumière signifie que nous avons de la source de la vérité ou de la réalité.
La Bible ne dit pas que Dieu ou le Christ est la grâce. Ou faut-il dire que Dieu est la vérité, même si on nous dit que Christ est la vérité (Jean 14:6 « 6 Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.»).
Mais que Dieu est amour et lumière que 1 Jean énonce clairement. On nous dit aussi que Dieu est Esprit (Jean 4:24) «24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. ».
L’Amour, lumière et l’Esprit sont des termes communs, encore comment expliquer la différence dans leur usage ici ?
L’Esprit se réfère à l’essence de Dieu ; Dieu est esprit. Que Dieu est amour signifie que la disposition de Dieu est amour.
Dieu est amour. Même si vous le détester, ou lui dire que vous ne voulez pas de son amour, il ne peut être que l’amour.
C’est la façon dont il est.
Que Dieu est lumière dénote sa fonction en s’exprimant. La lumière est ce qui brille et illumine. Sans elle, nous sommes dans l’obscurité, privée de toute réalisation positive.
Dès que nous le voyons on voit ce qu’il est, cependant, cette brillance émet en réalisation.
Nous pouvons voir des gens, distinguer les couleurs et identifier des objets.
Comment pouvons-nous réaliser la vérité de Dieu ?
C’est par son être de lumière. Quand il brille en nous, nous le réalisons comme une réalité. La vérité vient à partir de la lumière qui brille.
Quand nous lisons la Bible, nous trouvons la vérité.
Par exemple, dans Romains 6, nous lisons que notre vieil homme a été crucifié avec le Christ que nous pourrions être libérés du péché. Il s’agit de la vérité ou de la réalité. Notre lecture, cependant, ne nous apporte pas de l’expérience. Nous avons appris à compter que nous étions morts que nous pourrions éprouver la vérité des Romains 6. Nous avons estimé que nos efforts pour le savoir et l’expérience de cette vérité étaient futiles.
Il y a une autre façon.
Si nous sommes dans la bourse « développement» et permettre à cette bourse pour nous amener à Dieu, il dans la source de Dieu comme la lumière brille sur nous. En vertu de sa brillante, nous avons une réalisation.
Il s’agit de la véritable réalité, entraînant ne pas à la lecture de la Bible, mais d’être éclairé.
Supposons qu’un pécheur entend l’Évangile et croit au Seigneur Jésus. Le Seigneur vient en lui comme une personne vivante.
Celui-ci récemment sauvé immédiatement détecte la vie qui coule en lui. Sa situation anciennement insupportable semble avoir disparu. La vie qui coule le soutient et le renforce, et fini pas le faire sentir joyeux et libre de tous les problèmes.
Il s’agit de l’expérience de la grâce.
Ainsi qu’il est la réalisation que le Seigneur Jésus est réel et vivant. La pensée de Jésus le remplit de joie. Il aime ce que le Seigneur est pour lui, et il a la réalisation de la réalité de Jésus.

TOUCHER LA SOURCE
Alors que nous sommes dans cet État heureux, nous trouvons notre prière spontanément qui va vers le père. « Ô Abba père ! Vous êtes si bon ! Comment je vous remercie de pardonner mes péchés ! Maintenant tu es avec moi. Tu es ma vie. »
Nous n’avons pas l’intention d’attaquer le père, mais il y avait un interne mise en scène qui nous a amenés à lui. Que notre prière continue, le sentiment augmente que nous sommes en présence du père.
Nous nous demandons si nous sommes dans le ciel, ou encore sur la terre. Il vient un sentiment d’être soutenue par quelque chose d’encore plus fins, plus profonds et plus doux que la grâce.
Nous avons touché la source de la grâce, qui est amour. La grâce qui renforce et nous soutient nous est l’expression de cet amour.
Par la prière, nous avons été mis en Dieu.
Non seulement il entré en nous, mais nous avons été ramenés en lui par le biais de la bourse. Demeurant ici en Dieu nous dégustons non seulement la grâce, mais l’amour, la racine de la grâce.
Le Nouveau Testament, strictement parlant, nulle part dit que cet amour, qui est Dieu lui-même, ne fait rien pour nous. Lorsque Paul priaient le Seigneur à enlever l’écharde dans la chair, le Seigneur lui dit: « Ma grâce te suffit » (2 Cor. 12:7-9).
Tout ce que Paul a souffert, la grâce le gardé et le soutenue. Il nous raconte en outre comment la grâce a opéré en lui et pour lui dans 1 Corinthiens 15:10: «10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. »
La Grace que parle Paul comme accomplissant des choses au nom de Paul, mais nous ne trouvons pas d’amour dénommé dans cette voie.
La plupart d’entre nous se contentent de rester dans l’expression, plutôt que de venir à la source.
Comme nous sommes sous la brillante force, Dieu pénètre notre être. Nous ne profitons pas la vérité, mais de Dieu lui-même comme la lumière qui brille au-dessus de nous.
Ici, nous réalisons que tout ce que Dieu a pour nous. Nous sommes dans l’endroit caché, le lieu secret du très-haut. Ici nous sommes enracinés dans rien de moins que Dieu lui-même. Dieu comme la source de la grâce est l’amour pour nous. Dieu comme la source de toute la constatation est lumière pour nous. Nous jouissons de lui comme source.
Contrairement à la plupart des chrétiens, qui sont satisfaits de l’expression comme la grâce et de la vérité, nous sommes à la source bénéficiant d’amour et de lumière, n’est plus limité à leur manifestation externe comme la grâce et de vérité.
Ce brillant se produit au sein de la bourse, qui est l’écoulement de Christ comme la vie en nous «intérieurement ».
C’est ce qui m’amène à la source de grâce et de vérité qui coule. Ici, Dieu brille tout ce qu’il est en nous.
Cela nous amène à la réalisation.
Nous jouissons de Dieu comme l’amour, la source de la grâce. Nous participons à Dieu comme la lumière, la source de la vérité. Cette jouissance et la participation est le résultat de la bourse, cette vie qui s’écoule toujours en nous.

CHAPITRE DEUX
LE MYSTÈRE DE LA COMMUNION
Lecture biblique: 1 Jean 1:3, 5-10 ; 2:1-2 ; 4:13, 16 b

UNE CONTINUATION
Il ressort clairement de la première strophe de 1 Jean que cette épître est une continuation de l’Évangile de Jean. «1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, – » sont les premiers mots de l’épître, comme l’Évangile de Jean, avec le mot « ce qui était dès le commencement ».
Jean est un long livre, vingt et un chapitres, couvrant complètement la question de la vie.
Hors de cette vie il y a un mélange de la divinité avec l’humanité.
Le Chapitres quatorze et quinze appellent cela, lorsque le Seigneur dit: « dans la maison de mon père sont nombreuses demeures » (jean 14:2) et « si quelqu’un aime moi… Nous viendrons à lui et nous ferons une demeure avec lui » (1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -v. 23).
« Je suis le CEP, vous êtes les sarments ; celui qui demeure en moi et moi en lui, il porte beaucoup de fruit » (jean 15:5).
Demeurer signifie que nous devenons une habitation de Dieu et qu’il devient nôtre hôte. Ce lieu d’habitation mutuelle est le mélange du Dieu avec tous les croyants, afin qu’ensemble, ils forment une entité corporative tout comprises.
Dans Jean 17, le Seigneur a prié pour l’unité de tous les croyants en Dieu . «21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé…. 23 moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » Jean 17 (VV. 21, 23).
Une telle unité ce qui se caractérise par le tabernacle (Exo. 26: 15-30 «15 ¶ Tu feras des planches pour le tabernacle; elles seront de bois d’acacia, placées debout.16 La longueur d’une planche sera de dix coudées, et la largeur d’une planche sera d’une coudée et demie.17 Il y aura à chaque planche deux tenons joints l’un à l’autre; tu feras de même pour toutes les planches du tabernacle.18 Tu feras vingt planches pour le tabernacle, du côté du midi.19 Tu mettras quarante bases d’argent sous les vingt planches, deux bases sous chaque planche pour ses deux tenons.20 Tu feras vingt planches pour le second côté du tabernacle, le côté du nord,21 et leurs quarante bases d’argent, deux bases sous chaque planche.22 Tu feras six planches pour le fond du tabernacle, du côté de l’occident.23 Tu feras deux planches pour les angles du tabernacle, dans le fond;24 elles seront doubles depuis le bas, et bien liées à leur sommet par un anneau; il en sera de même pour toutes les deux, placées aux deux angles.25 Il y aura ainsi huit planches, avec leurs bases d’argent, soit seize bases, deux bases sous chaque planche.26 Tu feras cinq barres de bois d’acacia pour les planches de l’un des côtés du tabernacle,27 cinq barres pour les planches du second côté du tabernacle, et cinq barres pour les planches du côté du tabernacle formant le fond vers l’occident.28 La barre du milieu traversera les planches d’une extrémité à l’autre.29 Tu couvriras d’or les planches, et tu feras d’or leurs anneaux qui recevront les barres, et tu couvriras d’or les barres.30 Tu dresseras le tabernacle d’après le modèle qui t’est montré sur la montagne. » ).
Il y a quarante-huit planches que toutes faites une par une couvert d’or. D’Anneaux d’or, qui est allé les barres en or unificateurs de relier toutes les planches étaient de l’or superposé.
Les conseils d’administration est ainsi devint une entité unique, le bâtiment. Les planches en bois signifié l’humanité et l’incrustation d’or, la divinité, non seulement dans sa nature, mais aussi dans sa gloire. Cette unicité dans le tabernacle dépeint le mélange de la divinité avec l’humanité.
L’Évangile de Jean, dans une certaine mesure déroule ce mélange, mais une lecture attentive est nécessaire pour le voir.
1 Jean continue sur cette même question en nous disant que la vie depuis le début, qui est la vie on, a été déclarée à tous les croyants « 3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ.» (1:3). Les mots sont simples, mais la signification est profonde.
Il y a une bourse ici, non seulement entre le père et le fils, mais aussi avec les apôtres (et « nous ») ; tous les croyants doivent être dans cette même bourse. Cette bourse est non seulement verticale, entre Dieu et l’homme, mais aussi horizontale, parmi tous les croyants.
Ce qu’on appelle bourse , c’est une entreprise de se mêler de la divinité avec l’humanité.

LA BOURSE DE RECHERCHE
La Bourse de recherche correspond à la circulation du sang dans le corps physique.
C’est cette circulation qui unit tous les membres avec la tête et avec les autres. Le corps et la tête est l’un est la cause de cette circulation. Tous les centaines de membres du corps sont conservés dans la bourse ou l’unité avec l’autre par cette même circulation.
La circulation n’est pas autre chose que le sang lui-même.
Lorsque le sang circule dans les vaisseaux sanguins, il y a circulation ; Lorsque le sang est à l’arrêt, il n’y a aucune circulation. Une fois le sang s’arrête de couler, la mort et le détachement se fait. Les membres sont ne sont plus liés entre eux, ni à la tête.
Comme la circulation, la bourse est le flux de la vie par tous les membres du corps de Christ.
L’église n’est pas un club social ou un organisme de bienfaisance. C’est un corps ! Dans ce corps coule la vie divine, éternelle, qui est la vie, la personne de Dieu lui-même.
En dehors de ce qui coule, les sont mortes et se détachent.
Le Courant électrique est une autre illustration de ce qui coule de la vie divine, que la Bible appelle la bourse. Lorsque l’électricité dans un bâtiment est mis en marche, il y a un courant électrique.
Avant cela, l’électricité est présent, mais ne bouge ne pas car il n’a pas été appliqué. Le courant électrique fournit de l’électricité aux appareils dès que les interrupteurs sont activés.
L’éclairage vertical, par exemple, est distinctes et sans rapport avec jusqu’à ce que les interrupteurs sont activés. Dès que le courant électrique pénètre dans eux, il y a une unité parmi eux, le courant d’électricité elle-même, qui met en « communion » avec l’autre.
De même, alors que je m’exprime, je suis aussi communion fraternelle avec le troisième ciel !
La bourse, en que nous sommes est simplement Jésus Christ, le vivant, qui coule en chacun de nous.

LA VIE D’ÉGLISE
Cette bourse ce quelle apporte dans la vie d’église appropriée.
Nous n’avons pas nécessairement de la vie ecclésiale par venir ensemble en tant que croyants en Jésus. La vie d’église dépend de la croyance dans le Seigneur Jésus étant dans la bourse « le développement par son flux».
Ce n’est pas simplement que les croyants s’aiment.
La vie de l’église est l’écoulement de la vie de Jésus ; C’est la bourse qui nous a était révélé dans 1 Jean 1 «1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -2 car la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, -3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. ».
Jean nulle part dans cette épître utilise l’église comme terme, mais ce qu’il écrit tout est en réalité la vie ecclésiale.
L’église comme terme est aujourd’hui monnaie courante, mais sa pratique n’est pas bien mis en évidence. Ce que Jean écrit à propos de la bourse « le développement par son flux» est tout simplement la vie ecclésiale, même si ce terme ne se trouve pas ici.
Nous pouvons être dans l’église, mais sommes-nous réellement dans la vie ecclésiale ?
Si nous ne sommes pas dans l’écoulement du Seigneur Jésus en nous, nous ne sommes pas vraiment dans la vie ecclésiale.
Nous sommes comme l’image de l’éclairage vertical qui ne reçoit pas le courant de l’électricité car il n’a pas appuyé sur l’interrupteur. Il est dans le bâtiment, mais il ne reçoit pas l’électricité.
On peut penser que, tant que nous sommes ici, nous sommes dans la vie ecclésiale. C’est vrai que par la position ; en réalité, nous sommes dans la vie ecclésiale seulement alors que nous sommes dans le flux du Seigneur Jésus.

Supposons que vous vous asseyez à la réunion, évaluer ce que je dis. Vous avez entendu certaines critiques négatives, donc vous payez une grande attention à mes paroles, essayé de comprendre si ce que je dis est hérétique. Comme vous êtes assis là sur vos gardes, pensant que vous protégez l’église d’hérésie, vous êtes comme un des voyants sans électricité : alertez. Ou vous pouvez vous asseoir à la réunion, bien sûr que vous êtes dans l’église, mais vite endormi ! Pendant que vous dormez, vous ne recevez pas l’électricité céleste. Pratiquement, vous êtes hors de la vie ecclésiale, jusqu’à ce que vous vous réveillez et ré-allumer le courant ! Ou une partie du temps vous êtes à la réunion, vous pouvez être dans la vie pratique ecclésiastique, mais après quelques minutes, vous peut être hors de la circulation et donc sortir temporairement de la vie ecclésiale.
Je tiens à signaler que la vie de l’église est vivante et réelle.

EN PRÉSENCE DE DIEU OU DANS SON ESSENCE ?
Lorsqu’il y a ce qui coule en nous, nous sommes amenés non seulement en présence de Dieu, mais dans son essence même.
Le terme « in » est utilisé encore et encore dans 1 Jean. Nous sommes en Dieu, et il est en nous (2:5 «5 Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui.», 12 « 12 ¶ Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom.» 24 «24 Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père. »; 4:4«4 ¶ Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. », 6 «6 Nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu nous écoute; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas: c’est par là que nous connaissons l’esprit de la vérité et l’esprit de l’erreur.», 10«10 Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. », 14«14 ¶ Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. », 3:6«6 Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu. », 5:20«20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. 5-21 C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. »).
Nous aimons dire que nous sommes en présence de Dieu, mais le mot présence n’est pas trouvé une fois dans 1 Jean.
 La bourse nous amène non seulement à Dieu, mais en lui.
 Examiner comment grand la différence entre étant en Dieu et en sa présence.
Comme je m’exprime devant vous, je suis en votre présence. Nous sommes face à face. Pour moi d’être en vous, cependant, est tout à fait autre chose. Que nous soyons en Dieu, en revanche, cela est possible, parce que Dieu est aujourd’hui l’Esprit.
Il est comme l’air que nous respirons. Nous sommes dans l’air et peut également nous envoyer de l’air. Nous sommes à Dieu et il est en nous, laissant le Seigneur Jésus de couler et de continuer à circuler en nous.
Dieu lui-même, en tant que 1 Jean nous dit, est amour (1 Jean 4:8 «8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. ») et lumière (1 Jean 1:5«5 ¶ La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. »).
Lorsque nous sommes amenés en lui, nous sommes amenés dans l’amour et dans la lumière dans leur essence.
La main tendu de Dieu pour nous, c’est grâce et vérité, comme l’Évangile de Jean nous dit (1:14) «14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. ».
Maintenant cette bourse nous amène dans la source de la grâce et de la vérité, afin que nous vivions plus superficiellement. Au lieu de la grâce qui vient chez nous vers l’extérieur, nous faisons l’expérience de Dieu lui-même comme l’amour. Plutôt que d’objectivement connaître certains aspects de la vérité, que nous éprouvons Dieu comme lumière.

LA SOURCE DE LA GRÂCE
Paul a également fait cette distinction entre la grâce et l’amour.
 Dans 2 Corinthiens 13:14 il a écrit « la grâce du Seigneur Jésus Christ », et l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint (GK.) «14 13-13 Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint-Esprit, soient avec vous tous!».

 Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ,
 l’amour de Dieu,
 et la communication du Saint-Esprit, soient avec vous tous!».
Ces trois sont liées pour montrer qu’ils sont mêlés et en pratique. La Seconde aux Corinthiens est un livre sur la grâce.
Lorsque Paul souffrait, piqué par une épine dans la chair, il a prié trois fois pour que le Seigneur la supprimerai. « Et il me dit : Ma grâce te suffit : car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse » (2 corin 12:9).
De cette expérience de Paul, nous pouvons voir que la grâce est présente avec nous pour faire quelque chose en notre nom.
Première lettre aux Corinthiens 15:10 indique également que les actes de grâce pour nous. «10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. »
Pour être dans le Royaume où la grâce fait des choses pour nous c’est d’être un peu superficielle.
Si nous sommes amenés dans la bourse, c’est-à-dire en Dieu, nous trouverons la source de la grâce, la source de l’amour, qui est beaucoup plus doux et plus intime.
Même sur le plan humain, nous avons connu cette distinction. Notre famille peut faire quelque chose pour nous aider quand nous sommes dans une situation de faiblesse. Dans un premier temps, nous pouvons considérer que c’est leur amour pour nous, mais en fait ce n’est que l’expression de leur amour.
Si nous apprécions seulement de leur faire, sans reconnaître l’amour derrière, à l’extérieur, nous sommes superficielles vers eux. Lorsque nous nous rendons compte de l’amour qui motive leurs efforts, notre satisfaction sera pour eux-mêmes seul plutôt que pour leurs actions aimables. Le sentiment qui l’accompagne de douce intimité indique que nous sommes là en appréciant la source, qui est l’amour.
Beaucoup d’entre nous remercier du Seigneur en situation difficile ; Son approvisionnement de force dans notre faiblesse ; Son intervention dans des endroits difficiles ; et les nombreux autres titres de ses soins pour nous.
Ce que nous apprécions est simplement sa grâce. Si nous sommes amenés plus profondément dans la circulation interne de la vie divine, cette bourse va nous apporter en Dieu lui-même, qui est amour.
Nous passons à notre appréciation de ce qu’il a fait pour nous léguer à lui comme la source de la grâce.
Finalement, nous perdons notre intérêt à ce que le Seigneur faire des choses pour nous. Nous voulons seulement rester dans cet amour, s’il n’y a aucune expression extérieure de celui-ci.
Supposons que quelqu’un, vous exprimer son affection pour moi, m’achète une Bible. Je suis heureux d’avoir une belle édition recouverte de cuir, de premier rang. Je l’admire et je la transporte pour la montrer aux autres. Mes pensées se tournent rarement vers le donneur ; Je profiter de temps présent.
Telle est notre appréciation de la grâce, et non de la source de la grâce.
Il y a peut-être beaucoup d’entre nous qui apprécient ce que le Seigneur a fait pour nous et combien il nous a donné, mais il nous manque une appréciation de la source de sa grâce.
Cette absence résulte de notre être n’est pas adéquatement dans la bourse. Une fois que nous sommes dans la bourse, nous sommes amenés à droite en Dieu lui-même. Nous ne voyons pas plus beaucoup de grâce ; Nous considérons la personne divine comme la fontaine.
Nous n’avons plus beaucoup d’intérêt pour savoir si nous avons cette ou cette chose bonne ; Il suffit d’avoir Dieu lui-même comme l’amour, la source de la grâce.

LA SOURCE DE LA VÉRITÉ
En tant que croyants, nous acon tous ont certaine appréhension de la vérité.
 Combien d’entre nous, cependant, sont dans la lumière ?
La Lumière est en Dieu et Dieu lui-même. Jusqu’à ce que nous sommes amenés à Dieu lui-même, que nous soyons sous l’éclat de la lumière, mais nous ne sommes pas dans la lumière.
Sous l’éclat de la lumière est une chose ; pour être dans la lumière en est une autre.
Sous la brillance, nous pouvons avoir la vérité, ou la réalisation, mais nous ne sommes pas dans la lumière, jusqu’à ce que nous sommes en Dieu lui-même.
Puis toutes les choses cachées seront exposés.
Depuis que nous avons été sauvés, nous avons été sous la brillance, et certaines réalisations et compréhensions sont venues jusqu’à nous. Un jour, nous serons prêts pour cette bourse de recherche « développement » intérieure pour nous amener à Dieu.
En lui, nous serons dans la lumière, non pas simplement sous la brillance de la lumière.
Aujourd’hui, la plupart des chrétiens sont loin, même dans l’obscurité.
 Certaines sont soumises à la brillance de la lumière.
 Mais très peu sont dans la lumière.
Probablement un bon nombre d’entre nous ont eu parfois des expériences dont nous avons été mis en Dieu et reconnus que nous étions dans la lumière.
Supposons que vous vous énerver avec un autre frère. Vous n’êtes pas encore dans la lumière, mais sous la brillante, vous sentez que votre attitude était médiocre et vous sentez que l’Esprit imprime une directive que vous êtes en défaut.
 Vous allez vers ce frère et vous vous excuser que votre attitude était pas juste et vous vous avez eu tort.
 Pour vous, l’apologie est suffisante ; Après tout, une mauvaise attitude est une erreur commune, à ne pas prendre tout ça au sérieux.
 Certains chrétiens n’auraient pas même avoué qu’ils avaient eu tort de se fâcher avec un frère. C’était la faute du frère.
 Pourquoi a-t-il agi de cette façon envers moi ?
 C’est lui qui a besoin de dire qu’il est Désolé ; Il n’y a rien dont j’ai besoin de m’excuser.
 Ces chrétiens sont entièrement dans l’obscurité.
Autorisez-vous la bourse interne « le développement » pour vous mettre en Dieu ?
Ensuite, vous serez dans la lumière.
Sous son éclat vous tremblerez.
Vous vous rendrez compte que ce n’est pas seulement votre attitude envers ton frère qui doit être condamné. Vous avez vous-même des régions qui sont pécheresse, entièrement contaminés et soigneusement impur.
Dans la lumière il n’y a aucune excuse, aucune porte, aucune sortie latérale, pas d’échappatoire.
Vous pleurez, et vous vous repentirez et vous prendrez des heures à passer aux aveux. Vos mains peuvent sembler tout à fait propre maintenant, mais si vous les voyez dans la lumière, vous verrez comment pleine de germes qu’elles sont.
Dans cette communion avec le père, nous avons lumière, et dans cette optique nous sommes en communion (1 Jean 1:3, «3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. » 5, «5 ¶ La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. »7 «7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. »).
Le résultat de notre être dans la lumière est la reconnaissance que nous sommes totalement pécheur.
 Chaque membre de notre corps est un péché.
 Toute relation avec les autres est un péché.
 La façon dont nous portons nos vêtements est un péché.
Parce que nous sommes dans la veille création, rien sur nous est propres ; Nous sommes pollués et condamnés. Tout en nous, nos sentiments, nos intentions, nos décisions, nos concepts et nos idées — est un péché.
Tant qu’êtres humains nous sommes pleins de péché.
La raison pour laquelle que nous n’avons pas cette conviction est que nous ne sommes pas dans la lumière.
Quand Esaïe a été introduit dans la gloire de Dieu, il a dit, «5 ¶ Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées.»(Ésaïe 6:5).
Nous avons certaine quantité de vérité, sachant se que nous devrions faire et être comme ça, mais une telle réalisation n’est pas clair ; C’est la seule vérité.
Si nous sommes disposés à respecter la bourse, et être dans le développement il va nous apporter en Dieu.
Puis, nous allons être soigneusement exposés par cette lumière d’où rien ne peut être caché.

LE SANG
Il est fréquent chez nous disions que nous appliquons le sang à notre situation. Ce n’est pas ce que 1 Jean 1 dit sur le sang, cependant. «7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.» (v. 7).
Si nous appliquons le sang est une indication que nous ne sommes pas dans la lumière, mais plutôt nous l’évitons. La Lumière enlève tous nos cache-maillots. Elle pénètre chaque cachette.
Il nous expose et nous pouvons crier, « malheur à moi ! Je suis impure! » À ce moment précis, le sang purifie.
Ce verset nous dit clairement que si nous sommes dans la lumière, le sang suit la lumière pour nous purifier. Il n’y a aucune obligation de notre part d’appliquer le sang.
D’appliquer le moyens du sang à ce moment nous avons la réalisation que nous sommes pécheurs, mais nous avons encore de nos péchés, pas exposés à la lumière. Quelle que soit la lumière se quelle expose, le sang purifie.
Louer le Seigneur pour son sang.
Avant que nous sommes amenés à la lumière, nous n’admettrons pas que nous sommes pécheurs ; encore une fois on croit que le sang nous a nettoyé, nous ne croyons pas que nous sommes purifiés. Nous semblons aime être dans un état de condamnation !

UN DÉFENSEUR ET LA PROPITIATION
En raison de cette tendance de nôtre à rester sous la condamnation, 1 Jean 2 commence par nous dire que se que nous péchons « 1 ¶ Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste.2 Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.», (VV. 1 – 2).
Christ est notre avocat, il prendre soin de notre cas avec le père.
Il est aussi notre propitiation, ce qui signifie qu’il a réglé notre problème avec le péché.
Quelque préoccupation que nous avons, il l’a déjà régler. Oui, notre péché provoque un problème entre nous et Dieu.
Mais nous devons réaliser que le Seigneur Jésus, comme la propitiation pour nos péchés, a déjà réglé ce problème. Compte tenu de son travail propitiatoire, il est maintenant notre procureur céleste, de faire valoir nos droits dans la Cour céleste. Nous pouvons être assurés que lorsque nous sommes exposés à la lumière, le sang nous purifie.
Celui qui a fait propitiation pour nos péchés est désormais l’avocat en prenant soin de notre affaire.
Dieu est juste et Saint. Nous sommes pécheurs et impie.
Lorsque nous entrons dans la lumière, nous sommes exposés, mais tout de suite le sang nous purifie. Cela nous est difficile à croire.
C’est Ainsi, que l’apôtre Jean nous dit que nous avons un avocat auprès du juge céleste. Cet avocat a déjà réglé notre cas. Comme notre propitiation, il a payé notre dette, rempli nos obligations et à ses propres frais, a pris soin de tout ce qui était en circulation « en cours » contre nous. Il n’y a donc plus aucun problème entre nous et le juge.
Le défenseur mot est le même mot en grec qui traduit Consolateur dans Jean 14:16 « 16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,» ; 15:26 «26 ¶ Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi; » ; et 16:7 «7 ¶ Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. ».
L’Esprit de la réalité est le Consolateur en nous, tandis que le Seigneur Jésus est l’avocat à la Cour céleste, notre cas sur la base de son propre travail propitiatoire en pratique. Nous ne devons pas être dérangés, par conséquent, en l’exposant.
Satan est subtil. Quand nous prions, même par le jeûne, il cherchera toujours à garder un voile au-dessus de nous.
Finalement, bien sûr, il est à frustré, pour toutes les fois que le cœur « se tournera au Seigneur, le voile doit être enlevé » (2 Cor. 3:16).
Puis nous voyons comment le mal nous a contaminés. Lorsque la lumière expose notre véritable condition, il n’y a pas lieu d’appliquer le sang. Il est juste là pour nous purifier.
Mais la stratégie de Satan est de garder sous la condamnassions, en nous disant comment nous sommes impurs. Parce que nous n’avons pas l’assurance que le sang nous purifié, l’Apôtre poursuit pour nous rappeler que Jésus Christ le juste est notre avocat et notre propitiation.
Nous ne devons pas être bouleversés par l’exposition de notre mauvaise condition ; Il a déjà tous pris en charge.
 Il est donc possible pour nous d’aller vers la lumière.
Notez que «9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.» (1 Jean 1:9).
Jean n’a pas dit que Dieu est miséricordieux et aimable. Nous sommes enclins à demander grâce lorsque nous péchons, mais c’est juste pour Dieu de nous pardonner.
Christ a fait propitiation.
Dieu peut donc justement pardonne-nous, pas par pitié ou gentillesse mais parce qu’il est juste.
 Il nous a donné la bonne nouvelle ;
 Maintenant, il doit tenir sa parole.
 Sinon il ne serait pas fidèle.
Il nous pardonne donc justement à cause de l’expiation du Christ et nous pardonne fidèlement à cause de ses propres créations orales.
Les écrits de l’apôtre Jean semblent simples, mais qui ne peut pas dire de ces deux chapitres, où il parle du nettoyage du sang, l’avocat auprès du père et la propitiation pour nos péchés.
Ces termes ne sont probablement pas tous clairs pour vous, mais en tout cas, je ne veux pas vous assurer que si vous êtes disposés à respecter dans la bourse «le développement», il va vous transporter sûrement dans Dieu, qui est lumière.
A partir de la vous serez entièrement exposé.

LA CROISSANCE DANS LA VIE
Sans cette exposition approfondie, il y aura peu de croissance dans la vie.
Une fois que nous avons été exposés et purifiés et nous avons l’assurance que les revendications de Dieu contre nous ont été satisfaits par le Christ, notre croissance dans la vie sera poussée vers l’avant.
 Pourquoi est-ce que beaucoup d’entre nous semblent être venus à un statu quo en ce qui concerne leurs croissances dans la vie ?
Cette absence de progrès résulte d’être ou de ne pas être dans la lumière, alors même que nous avons la vérité.
Nous pouvons percevoir mentalement que nous sommes mauvais ou pécheurs, mais jusqu’à ce que nous sommes dans la lumière cette connaissance ou la condamnation est au mieux superficielle.
Dans la lumière, nous aurons la réalisation profonde, profonde que toutes les parties de notre être sont un péché et que même ce que nous considérons Saintes sont toujours péché.
 Cette exposition est pour le nettoyage du sang.
 Ces deux aspects, sont l’exposant
 et le nettoyage,
 sont pour la croissance dans la vie.
Satan essaie de déjouer en sapent la croissance dans la vie en s’attaquant à notre conscience avec l’autoaccusation.
Nous devons être en paix, et rassuré que malgré nos péchés, le Seigneur Jésus a fait propitiation pour nous et est maintenant il est notre avocat à la Cour céleste. «Romains 3:25 C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je,
Hébreux 9:5 Au-dessus de l’arche étaient les chérubins de la gloire, couvrant de leur ombre le propitiatoire. Ce n’est pas le moment de parler en détail là-dessus. »
Malgré nos péchés, nous ne serons pas distraits de la pression, parce que ce le procureur s’occupe entièrement de notre cas.
La Propitiation, contrairement à la rédemption, ne s’intéresse pas à nous ramener à Dieu.
La Propitiation «1) relatif à un apaisement ou une expiation, ayant la force d’apaisement ou d’expier, une propiciation » apporte la paix à notre conscience illuminée en répondant à des cas contre nous par la grâce de Dieu.
Peu importe combien de fois nous sommes exposée, notre conscience elle ne doit pas être troublé.
Ainsi nous pouvons avancer rapidement dans la croissance dans la vie.

CHAPITRE TROIS
LE MYSTÈRE DE DEMEURER
Lecture biblique: 1 Jean 2:5-6, 24, 27-28 ; 4:4, 12 b-13, 15-16 ; 5:20 ; Jean 14:17, 20 ; 15:4a ; 17:21
Si nous étions totalement familiers avec la Bible et ses enseignements et que quelqu’un viens et nous a dit, « je suis Dieu, et Dieu est en moi, » nous penserions probablement que c’est une affaire de mentale.
Comment un homme peut-il être en Dieu et Dieu en lui ?
De nos jours, cependant, nous sommes tout à fait familiarisés avec les expressions comme: « Demeurez en moi et moi en vous » (Jean 15:4). Nous n’arrêtons pas pour examiner quel un mystère, c’est que Dieu, la personne lui-même, peut en fait demeurer en nous et nous en lui.
 Qui est Dieu ?
 Où est-il ?
 Comment peut-il être éternellement en nous ?
Il n’est pas seulement de la puissance ou de l’amour qui demeure en nous, mais Dieu lui-même.
Il est facile de voir que nous sommes maintenant demeurant dans ce bâtiment. Mais un Dieu qui ne peut pas être vu ou touché ou senti — n’est-ce pas par pure superstition de prétendre que nous sommes maintenant en lui, et qu’en même temps, il est en nous ?
Pour les mécréants cela paraît sûrement de la superstition ; Pour nous, cependant, c’est un fait merveilleux, que la Bible déclare et que nous faisons cette expérience.

LA PREMIÈRE MENTION DEMEURER
Avant Jean 14, la Bible ne nous dit pas que l’homme demeure en Dieu et que Dieu demeure chez l’homme.
Dans la Genèse, nous lisons que Abraham et de Jacob, allait une intimité avec Dieu, mais il n’y a aucune mention « de demeurer en lui ».
Dans l’exode, il y a Moïse, qui est resté en présence de Dieu pendant quarante jours et que son visage rayonnait avec la gloire de Dieu ; Néanmoins, il n’y a aucune trace que Moïse « demeurer en Dieu et que Dieu était demeuré en lui ».
Si nous continuons à travers l’ancien Testament, nous ne pouvons pas trouver un verset indiquant que Dieu et l’homme peuvent demeurer dans l’autre.
Même dans les Psaumes, le livre le plus intime de l’ancien Testament, l’auteur des Psaumes étaient dans le temple, contempler la beauté de Dieu et de profiter de la graisse de sa maison (PS. 27: 4 «4 Je demande à l’Eternel une chose, que je désire ardemment: Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l’Eternel, Pour contempler la magnificence de l’Eternel Et pour admirer son temple. »; 36: 8« 8 36-9 Ils se rassasient de l’abondance de ta maison, Et tu les abreuves au torrent de tes délices.»), mais ils ne « demeurer » pas en Dieu.
(Bien que le Psaume 90: 1 dit 1 ¶ Prière de Moïse, homme de Dieu. Seigneur! tu as été pour nous un refuge, De génération en génération. » C’est différent « du demeurer dans le Seigneur » qui est révélé dans le Nouveau Testament.
Même le prophète Daniel, qui était très proche de Dieu, ne mentionne pas réellement « de demeurer en lui ».
Tout de suite dans le nouveau testament il y a Matthieu qui est un livre merveilleux, mais il n’y a aucune trace de l’homme, « demeurant en Dieu ou de Dieu demeurant en l’homme ». Nous ne trouvons pas cette marque en, Luc ou marc ou les treize premiers chapitres de Jean.
Alléluia pour Jean 14 ! «2 Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place.3 Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. » (VV. 2-3).
Quand le Seigneur Jésus dit: « Où je suis », que voulait-il dire ?
La réponse chrétienne traditionnelle est, « dans le ciel. »
Si nous lisons dans ce même chapitre, cependant, les versets 10 et 11 nous disent clairement, « je suis dans le père et le père est en moi. »
Puis le Seigneur a poursuivi en expliquant aux disciples qu’eux-mêmes ne pouvaient encore être dans le père, que lui la première voie acquisse afin de leur donner la qualité requise pour être en Dieu.
Christ lui-même accomplirait la suppression de ces obstacles comme le péché , l’âme, la vieille nature, le moi, Satan et le monde. Par sa mort sur la Croix, il a ouvert la voie pour qu’ils soient la personne divine.
Il a retiré tous les obstacles et mis fin à toutes les frustrations.
Jean 14 au verset 20, que dit-il, «20 En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. »
Il a dit aux disciples que le jour de la résurrection, après que qu’il avait accompli sa mort sur la Croix, ils seraient avec lui dans le père. Là où il était, là ils seraient également.
Qui est qui ?
« vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. »»
 Ce que nous avons ici, c’est un merveilleux mélange de la divinité avec l’humanité.
 Nous sommes en Dieu et Dieu est en nous.
Jean 15 est une continuation de la pensée du chapitre 14.
Une fois que nous sommes amenés « sauvé confesser son nom» à Dieu, nous devons demeurer en lui et lui en nous Jean 15 « 4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.» (v. 4). Nous sommes dans le fils, et il est en nous.
Notre besoin est maintenant d’y rester.
La Version King James traduit le mot pour se conformer aux cinq façons différentes :
Demeurer (Jean 14:16«16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, » ; Jean 15:4-7« 4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.5 Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.6 Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.» , 10«10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. » ) ;
Habiter (Jean 14:10«10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les oeuvres. » , 17«17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. » ) ;
Être présents (jean 14:25«25 ¶ Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. » ) ;
Continuer ( jean 15:9« 9 Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père?» ) ;
Rester ( jean 15:11, «11 Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. 88524 » 16 «16 Ce n’est pas vous qui m’avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. »).
L’utilisation de tant de mots différents pour traduire un mot grec indique comment c’est riche de sens.
Maintenant que nous sommes en Christ, nous devons rester là ; demeurer en lui ; demeurons en lui ; s’installer en lui ; y poursuivre.
Dans 1 Jean seulement deux fois faut-il dire que nous sommes dans le Seigneur (1 Jean 2:5«5 Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui. » ; 1 Jean 5:2o«20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. 5-21 C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle.»).
La plupart de l’épître est préoccupé avec demeurer. Avec l’Évangile de Jean, nous avons déjà été mis en Christ ; ainsi, ce que 1 Jean met l’accent sur notre besoin de rester où nous avons été mis.
 Nous sommes pour à demeurer,
 pas dans le mot,
 ni de son amour,
 ni de son pouvoir,
 ni de sa bonté,
 mais en lui-même.
Ne pensée pas que cela est sans importance.
Le Seigneur Jésus a prié, «21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. » (Jean 17:21).
Pour être dans le Dieu celui qui était qui est et qui sera est trop merveilleux pour les mots.

DANS LE CHRIST
Et encore une fois, en commençant par les actes, le petit mot «en » est utilisé pour décrire notre relation avec le Seigneur. « 1 ¶ Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.»(Romains 8:1; 1 Cor. 1:30) «30 Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, ».
Dans Romains nous trouvons plusieurs fois l’expression « en »Christ. Dans le petit livre d’Ephésiens examiné combien de fois il est dit « en lui. »
Pour être en lui, est d’être dans un endroit merveilleux !
Nous avons été transférés. Ce qui importe le plus, c’est que j’ai été transféré hors Adam et dans le Christ !
Nous n’attendons pas pour aller au ciel. Nous avons déjà été transférées. Nous sommes nés à Adam, mais maintenant nous sommes en Christ. Alléluia !

VOYANT LE FAIT
La Bible elle-même ne dit pas vraiment nous dit comment demeurent en Christ. Pourquoi est-ce ?
C’est parce que, dès que nous voyons que nous sommes en Christ, nous demeurons. Pour voir que nous sommes en est à demeurer.
Pour voir la vision on doit demeurer dans le fait.
Doctrinalement, nous pouvons déclarer que nous sommes en Christ, mais pour vraiment voir est une autre affaire.
Même dans la préparation de ce message, je suis allé sur tous les versets mentionnés au début pour voir s’il n’y a aucune indication sur la façon de demeurer. Il n’y a aucune.
Il y a le fait de demeurer, mais pas la façon de se conformer.
«13 Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit. » (1 Jean 4:13). On nous dit comment c’est que nous savons que nous sommes en lui, mais pas la façon de demeurer en lui.

COMMENT CELA EST RENDUE POSSIBLE
Que nous pouvons demeurer dans le Dieu et lui à demeurer en nous est un fait extraordinaire.
 Dieu est Saint, juste et plein de gloire.
 Il ne pouvait pas entrer dans l’homme.
 Il fallait l’incarnation intégrer l’essence humaine de Dieu.
 Il y avait la nécessité pour la crucifixion de terminé avec la veille création, déchue.
 Il devait y avoir la rédemption pour ramener le peuple élu de Dieu.
 Il devait y avoir le moyen d’expiation pour apaiser le problème entre Dieu et l’homme. Il y avait la nécessité de la résurrection de mettre la création rachetée dans la situation du divin.
Tout cela a maintenant été accompli.
Le verbe s’est fait chair (Jean 1:14) «14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.». Il s’agit de l’incarnation.
Comme la chair, il a été l’agneau de Dieu pour accomplir la rédemption pour nous et pour enlever nos péchés.
Puis dans la résurrection, comme le dernier Adam, il est devenu un esprit vivifiant (1 Cor. 15:45) «45 C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. ».
Que l’Esprit c’est lui-même qui se donne en nous comme la vie.

L’ESPRIT TOUT COMPRIS
Aujourd’hui notre Dieu n’est pas simplement de Dieu. Il a aussi une nature humaine. Dans l’humanité il a traversé la mort et la résurrection, amenant son humanité rachetée et soulevée avec lui dans la résurrection. Ce Dieu, qui est l’Esprit tout compris, qui est en nous. Il a, comme le père, le fils et l’Esprit, habite en nous. Beaucoup de chrétiens trébuchent sur cela, parce qu’ils ont appris à considérer la Trinité comme composé de trois personnes distinctes.
Les trois de la Trinité sont un. Oui, il y a la question du père, fils et l’Esprit dans la Bible. Dieu est trinitaire afin de se distribuer lui-même dans l’homme. Une fois qu’il est chez l’homme, cependant, les trois sont un. Le père est dans le fils. Le fils est devenu l’Esprit. Dieu rejoint l’homme dans son esprit et par l’Esprit. Pourtant quand l’Esprit nous est parvenu, le fils est là. Quand le fils est là, nous avons aussi le père.
 Lorsque nous appelons, « Seigneur Jésus! » l’Esprit vient.
 C’est parce que l’Esprit est la personne du Seigneur Jésus.
Jésus est le nom ou le titre ; l’Esprit est sa personne. Si nous suivons les enseignements traditionnels de la Trinité, nous allons être confondus. Je n’essaie pas de faire un point de doctrine. Ce que je veux faire, c’est vous et que notre Dieu aujourd’hui n’est pas seulement le créateur qui impression. Il n’est pas seulement le père comme source, ni le fils unique comme le parcours. Il est également l’Esprit le flux pour nous joindre. Le Dieu qui nous parvient le fait donc pas comme le père ni le fils, mais comme l’Esprit.
 Dans cet esprit tout compris, nous avons le père et le fils.
Parce qu’il est esprit, il est facile pour lui d’entrer en nous et que nous soyons en lui. Il est aussi facile que de demeurer dans l’air et avoir de l’air qui demeure en nous. Il est le céleste pneuma (, esprit, souffle).
L’Évangile de Jean présente Christ d’abord « que la parole » qui s’est fait chair, puis « comme l’agneau de Dieu qui a pris nos péchés ».
Enfin, à jean 20:22, il est le souffle sacré. Il souffla dans les disciples et leurs dit, « de recevoir le Pneuma sacré. » « 22 Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint-Esprit.»
 L’Appeler sur lui !
 Cet Esprit merveilleux va vous rejoindre et entrer en vous.
Vous serez en lui, et il sera en vous. Vous serez en lui, pas en son pouvoir ou attributs ou d’influence, mais dans sa personne même.
 Le Dieu tout-puissant, le créateur, le père comme source,
 Le fils comme Rédempteur,
 L’Esprit comme la transmission
 Cette personne divine entre en vous, et vous êtes en lui !

DEMEURER
Si vous voyez ceci, vous séjournerez avec lui pour toujours !
 Vous êtes maintenant, en ce moment, dans le Dieu trinitaire lui-même !
 Vous devez avoir un respect pour qui vous êtes.
• Comme celui qui est dans le Dieu trinitaire et qui a le Dieu Trois en vous, comment pouvez-vous parler avec mépris d’autrui ?
• Comment pouvez-vous être assez bas pour voler ?
• Vous êtes au-dessus des anges.
• Comment pouvez-vous s’abaisser à pécher ?
• Que peut vous offrir ce monde ?
Ce fait va vous élever au-dessus de tous.
De voir que vous êtes dans le Dieu trinitaire et qu’il est à vous est à demeurer.
Cette vision, c’est le « demeurer ».
«4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.» (Jean 15:4).
 Quel mystère !
 Quel amour est-ce !
 Cela est supérieur à la grâce.
 Demeurez en lui !

CHAPITRE 4
LE MYSTÈRE DE L’ONCTION(1)
Lecture biblique: 1 Jean 3:24b ; 4:13 ; 2:18-27 ; Exo. 30: 23-31
« 27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés.» (1 Jean 2:27).
L’onction est le quatrième mystère dans 1 Jean, que nous allons examiner.
Les messages précédents ont traité de la vie, du développement de la vie et de demeurer.
Nous qui sont nés de Dieu maintenant nous aurons la vie éternelle, sommes dans la bourse et demeure en Dieu.
Notre compréhension de ces questions profondes, cependant, notre approche est tout à fait générale. Quand nous disons que nous demeurons en Dieu, et il demeure en nous, notre conception de ce que veut dire « Dieu » et de ce que signifie « demeurer » peut être un peu vague.
Quand l’apôtre Jean écrivait sur ces questions, toutefois, il a brusquement était élevé, ce qui rend l’application très claire.

UNE LIGNE DE SÉPARATION
Il écrivit: «18 ¶ Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists: par là nous connaissons que c’est la dernière heure.19 Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres.20 ¶ Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. » (jean 2:18-20.)
Les Antéchrists sont apparus ; ils ont été avec l’église et ils l’ont laissé. Ils se disent chrétiens, mais ils sont dans une autre catégorie.
 Qu’est-ce qui fait la distinction entre eux et nous ?
La ligne de démarcation qui sépare leur sphère de la nôtre, c’est l’onction.
Les autres « qui se disent chrétiens » n’ont pas l’onction.
En dépit d’appartenir du nom du Christ, ils sont en fait Antéchrist. Aujourd’hui encore, ils sont nombreux, comme les modernistes, qui se disent chrétiens, pourtant, ils sont contre le Christ.
Depuis plus de dix-neuf siècles l’onction a été la ligne de démarcation entre ces deux sortes de chrétiens.
Les deux types prétendent croire en Dieu pour l’adorer, mais un seul a l’onction.

UN TERME ÉTRANGE
Ce qui est l’onction ?
Il est étrange que l’Apôtre ici utilisé ce terme. Il aurait pu dire « l’onguent », un nom qui dénote une huile avec divers ingrédients ajoutés. Puis nous ont aurait su qu’il faisait référence à une substance.
Pourquoi utiliser « ce terme l’onction » Jean a pris la forme du verbe oindre ? Certains chrétiens ne connaissent ce terme.
Dans la King James la Version grec même « de ce mot est traduite par onction » dans 1 Jean 2:20 «20 ¶ Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. » » et onction au verset 27. «27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés. »
Le mot « Onction » est la meilleure traduction, puisque le mot grec est le substantif d’anoint «onction; chrisma ;anoin 1) toute chose enduite sur, onguent, onction, généralement préparée par les Hébreux à partir d’huile et d’herbes aromatiques. L’onction était la cérémonie inaugurale pour les prêtres ».
Pour comprendre l’onction, nous devons comprendre le processus que Dieu a subi afin d’établir sa relation avec nous.

UNE GRAINE SEMÉE
1. La première étape de ce processus est l’incarnation, Dieu devient un homme.
Aujourd’hui encore, l’histoire n’a pas adéquatement défini qui est Jésus. Il est Dieu et homme, que se mêlent ensemble comme une seule entité. Cet homme de Dieu a vécu sur la terre trente-trois ans et demi. Le même Dieu qui a créé les cieux et la terre a vécu chez un charpentier chez un homme du nom de Jésus !
2. Il s’agit de la deuxième étape, sa vie humaine.

3. La troisième étape est la crucifixion, une forme de mort utilisée dans l’Empire romain pour les criminels. Par ce moyen, il est entré dans la mort, mais après trois jours il s’avança dans la résurrection.
Dans la résurrection, il a été glorifié. Au cours de sa vie terrestre, il était comme une graine sans « forme ni beauté, » avec «Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire» (Ésaïe 53) «1 ¶ Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l’Eternel?2 Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire.3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. ».
Par la mort, il a été semé dans la terre. Puis il a germé et a grandi dans la résurrection. Lorsque le processus se développe produit la fleur, cette fleur est la semence glorifiée.
Le Seigneur Jésus lui-même est comparé à un grain de blé, en attente de tomber dans le sol et de mourir pour qu’il pourrait grandir en grand nombre de grains (Jean 12:24) «24 En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. ».
Le jour de la résurrection, le Seigneur est revenu à ses disciples dans une forme glorifiée, son corps ressuscité. La graine de fleur est un corps naturel, mais la fleur est un ressuscité (1 Cor. 15:42-45) «42 Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible;43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force;44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.45 C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. ».
Le Seigneur Jésus est maintenant dans la résurrection sous la forme de l’Esprit.
Maintenant que Dieu est passé par tout ce processus, il n’est donc plus simplement Dieu le créateur avec la divinité. L’humanité a été ajoutée à lui. L’essence de son incarnation et de la vie humaine, l’efficacité de sa mort et la résurrection ils sont tous maintenant inclus en lui. Jésus Christ aujourd’hui n’est pas simplement que de Dieu.
Il est Dieu et l’humanité, l’incarnation, la vie humaine, la crucifixion et la résurrection.
Je tiens à vous impressionner, pas avec une doctrine, mais avec le merveilleux Seigneur, en qui nous croyons !

APPLIQUANT LA MORT DU CHRIST
Quand j’étais un jeune chrétien, j’ai découvert que j’avais été crucifié avec le Christ. Selon certains livres que j’ai lus, quand Christ a été crucifié, j’étais inclus avec lui. Cela m’a intrigué.
Il était mort il y a des centaines d’années auparavant et loin de là.
 Comment pourrais-je être mort avec lui dans sa mort ?
C’était au-delà de ma compréhension, mais peu à peu, j’ai conclu que je devrais l’accepter par la foi, malgré sa consonance donc illogique.
Des Autres livres plus tard sont venu à mon attention. La pensée en eux, c’était que la mort du Christ est créditée par Dieu sur mon compte.
Ma part est à compter moi-même morts, se fondant sur ce dépôt dans mon compte. Depuis un certain temps, j’ai pratiqué cet avis, mais franchement plus j’ai compté moi-même morts, plus vivante me semblait être ! Sans doute beaucoup d’entre vous ont eu cette même expérience.
Il y a quelques années j’étais gêné par cet échec s’appliquent à mon mode de vie à la mort du Christ. Un jour, cependant, le Seigneur a ouvert la parole divine pour me montrer que la mort du Christ est incluse dans sa personne merveilleuse.
Si vous atteignez le Dieu de l’éternité passée, tout ce que vous trouverez est divinité.
Aujourd’hui, cependant, quand vous venez à Dieu, il arrive avec plein d’ingrédients riches. Nous pouvons l’assimiler à une boisson savoureuse.
Dans l’éternité passée, il était seulement de l’eau plate. Maintenant le thé a été ajouté. Puis le lait. Puis le sucre. Peut-être quelques autres saveurs. Dieu est maintenant une boisson riche et délicieuse, l’eau n’est plus tout simple !
Avez-vous jamais avant réalisé comment riche est le Dieu en qui nous croyons ?
Depuis le jour où le Seigneur a ouvert les yeux pour voir cela, j’ai été libéré de mes efforts à croire et à compter.
J’ai cette vie un en moi.
 Il est appelé le Dieu tout-puissant,
 le Seigneur Jésus Christ,
 l’Esprit Saint,
 l’Esprit qui donne la vie,
 l’Esprit de la vie et
 l’Esprit de Jésus Christ.
Voici les titres tous différents pour la même personne merveilleuse.
 Tôt dans ma vie chrétienne, ma compréhension de la Bible était selon la croyance.
 J’ai commencé que plus tard à voir combien elle est la Bible est ce qui est enseigné par convention.
 J’ai commencé à réaliser combien grande est cette personne merveilleuse.
 Comme les années se sont écoulées, il m’a montré plus.
 Je désire vous transmettre celui-ci dans la résurrection est combien précieux.
Lorsque vous appelez sur son nom, il vous atteindra non seulement comme Dieu, mais avec tout ce qui a été ajouté à lui.
Dieu est Esprit.
Ne pensez pas que Dieu comme une personne et de l’Esprit Saint, comme un autre.
 Il n’y a qu’un seul Dieu, même s’il est trinitaire. L’Esprit divin comprend aujourd’hui
 la divinité,
 l’humanité,
 la vie humaine,
 la crucifixion
 et la résurrection.
C’est le Dieu qui demeure en vous. « Par les présentes sais nous qui que nous demeurons en lui et lui en nous, parce qu’il nous a donné de son esprit, » 1 Jean déclare 4:13 « 13 Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit.».

L’ESPRIT SE DÉPLAÇANT
Cet Esprit, il nous l’a donné, qui est simplement lui-même, en nous. Il est vivant, actif, se déplaçant.
Ainsi, l’auteur de cette épître jean, va utiliser l’onction comme terme. (1 Jean 2:20 «20 ¶ Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. », 27 « 27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés.»).
Dieu circulant à l’intérieur de nous est appelé l’onction. Parce que Dieu est aujourd’hui l’Esprit tout compris, il est symbolisé par une pommade.
La Pommade est un composé de divers ingrédients.
Dieu que l’Esprit a été composé avec tous ces éléments, par lequel il a passé son processus.
Cet Esprit évolue doucement et constamment en nous comme l’onction.

L’ANCIEN TESTAMENT LE TYPE DE L’ONCTION
Cet onguent composé est sur la photo pour nous dans Exode 30: 23-25. «23 Prends des meilleurs aromates, cinq cents sicles de myrrhe, de celle qui coule d’elle-même; la moitié, soit deux cent cinquante sicles, de cinnamome aromatique, deux cent cinquante sicles de roseau aromatique,24 cinq cents sicles de casse, selon le sicle du sanctuaire, et un hin d’huile d’olive.25 Tu feras avec cela une huile pour l’onction sainte, composition de parfums selon l’art du parfumeur; ce sera l’huile pour l’onction sainte.»
La pommade onction a été faite de quatre épices ajoutées à un hin d’huile d’olive.
Tout les épices à une signification spirituelle.
La Myrrhe symbolise la douce mort du Seigneur. Chaque fois que nous considérons que la mort, nous constatons que nous avons une sensation douce en nous. La Myrrhe a été une des épices utilisées dans la préparation du Seigneur pour son enterrement (jean 19:39) «39 Nicodème, qui auparavant était allé de nuit vers Jésus, vint aussi, apportant un mélange d’environ cent livres de myrrhe et d’aloès. ».
La Cannelle, une autre des épices de l’onguent « l’onction », signifie l’efficacité de la mort du Seigneur. La Cannelle a certaines vertus thérapeutiques.
La troisième épice était le calamus, un roseau qui se développe hors des endroits boueux élevés dans les airs. Cela parle de la résurrection. La résurrection du Seigneur était comme un roseau qui tir de la situation boueuse de la terre vers le ciel clair.
La Cassia, la dernière épice, repousse les insectes et surtout les serpents. Il nous rappelle la puissance de sa résurrection.
 La pommade « l’onction », comprend alors,
 la mort du Christ,
 l’efficacité de sa mort,
 la résurrection
 et la puissance de la résurrection.

La mesure des épices
Les proportions des épices utilisés est également significative.
L’onguent avait cinq cents sicles de chaque 5oo de myrrhe 5oo et cassia, les premières et la dernières épices énumérées et deux cent cinquante chaque de 250 cannelle et 250 de calamus, les milieu deux épices énumérer.
Nous devons d’abord examiner le nombre cinq cents.
Cinq dans la Bible désigne la responsabilité ; Il est composé de quatre plus un. Quatre, comme les quatre doigts de la main, signifie la créature ;
un, comme le pouce, signifie le créateur unique.
 Par le présent arrangement de nos doigts et le pouce, notre main est en mesure de réaliser ce qui doit être fait. Quatre plus un signifie homme et Dieu ou la responsabilité.de la mort du Christ, et de la puissance de la résurrection.
Avec le nombre de cinq cents, nous avons augmenté la responsabilité au centuple.
La Myrrhe et la cassia, ensuite, chacun constituent une unité de cinq cents 500.
La Cannelle et le calamus, les épices moyens, sont seulement une demi-unité de chacune, deux cent cinquante sicles.
Les deux hommes ensemble forment une unité.
 Pourquoi cette seconde unité est divisée ?
 Toutes ces épices, sont en trois unités de cinq cents, 500 – « 500 – dont 250 plus 250 – 500 »
 Signifient le Dieu trinitaire, la deuxième qui a été scindée quand il a été crucifié. La première moitié est liée à sa mort, le second à sa résurrection.
 Le nombre d’épices était quatre, comme le nombre d’humain.
 La mesure des épices était trois unités, le nombre divin.
 Tous ces quatre épices sont mélangées avec un hin d’huile, à nouveau cela nous donne un plus quatre = cinq, le nombre de la responsabilité.
Après que cet onguent composé a été fait, il servait à oindre a la fois le tabernacle et les prêtres.
Cet onguent, était alors, principalement pour la construction de Dieu et pour son service.
 Nous sommes le lieu d’habitation de Dieu et aussi ses prêtres. Cette onction est pour nous !
 L’onction dans Exode 30 correspond exactement à l’onction dans 1 Jean 2.

Les Nombres associés à la construction de Dieu
Les nombres les plus utilisés dans la composition de la pommade « l’onction » sont des multiples de trois et de cinq, qui se rapportent à l’édifice de Dieu.
Son premier bâtiment a été l’arche de Noé, les mesures qui sont pour la plupart des multiples de trois et de cinq.
 C’était trois cents coudées de long,
 trente coudées de hauteur
 et cinquante coudées de large gn (6:15) «15 Voici comment tu la feras: l’arche aura trois cents coudées de longueur, cinquante coudées de largeur et trente coudées de hauteur. ».
 Il a été de trois étages (v. 16). « »
3 et 5 sont aussi les unités de base du tabernacle. Tenez compte de ces dimensions ou quantités :
(1) l’autel 5 x 5 x 3 (Exo. 38: 1 « 1 ¶ Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb.»)
(2) l’arche 2 ½ x 1 ½ x 1 ½ (Exo. 37: 1) «1 ¶ Betsaleel fit l’arche de bois d’acacia; sa longueur était de deux coudées et demie, sa largeur d’une coudée et demie, et sa hauteur d’une coudée et demie. »
(3) les 3 parties (Cour extérieure parvis, cour intérieure lieu saints , le Saint des Saints)
(4) planches 10 x 1 ½ (Exo. 36) «21 La longueur d’une planche était de dix coudées, et la largeur d’une planche était d’une coudée et demie. »
(5) longueur du tabernacle 30
(6) boucles de Rideau 5 (Exo. 36) «38 On fit ses cinq colonnes et leurs crochets, et l’on couvrit d’or leurs chapiteaux et leurs tringles; leurs cinq bases étaient d’airain. »
(7) agrafes d’airain 50 (Exo. 36:18). « 18 On fit cinquante agrafes d’airain, pour assembler la tente, afin qu’elle formât un tout.»
Comment toutes ces mesures sont des trois ou cinq, ou sont multiples ou moitiés de trois ou cinq. Chaque mesure individuelle est pleine de sens, mais pour l’instant je voudrais simplement faire remarquer que ces deux chiffres, qui figurent aussi en bonne place dans la pommade onction, sont liés à l’édifice de Dieu.
L’onction est le déplacement de l’onguent. Son but n’est pas pour notre spiritualité individuelle mais pour le bâtiment et le sacerdoce, qui sont corporative.

L’EFFICACITÉ DE L’ONCTION
Que cet onguent se déplace, les ingrédients dont il est fait s’appliqueront à l’endroit même où il se déplace.
 La Divinité de Christ,
 l’humanité,
 la mort et la résurrection
 S’appliqueront à votre être.
Lorsque vous contactez le Seigneur d’une manière vivante, l’efficacité de sa mort sera présente.
Si vous prenez des antibiotiques, ils tueront les germes.
La puissance de la mort est dans les antibiotiques, pas dans votre calcul. Sans compter que le pouvoir de tuer, l’onction apporte d’autres riches ingrédients qui seront appliqués et forgés dans votre être.
Supposons que vous ayez une mauvaise humeur. Sûrement votre expérience vous pouvez témoigner que le seul moyen d’être sauvé est d’être en contacter le Seigneur de la vie. Il est un ingrédient divin qui tue les germes de votre humeur.
En communiquant avec le Seigneur, vous rencontrez l’application de l’onction contre la colère.
 Comment pouvons-nous demeurer dans cette onction ?
C’est tout simplement de demeurer dans le Seigneur.
Cela signifie que nous devons être toujours en contact avec lui sans aucune interférence. Si nous gardons ainsi directement le contact avec lui, nous allons rencontrer l’onction appliquant avec les ingrédients divins de notre être. « Vous avez une onction du Saint, et vous savez toutes choses. »
(1 Jean 2:20 «20 ¶ Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. », 27 « 27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés.»).
Jour après jour vous serai transformé, pas par les règlements en l’aient suivants de l’extérieur, mais en ayant ces ingrédients divines ajoutés pour vous de l’intérieur.
L’onction dans 1 Jean 2 pointe directement à l’onguent « l’onction » dans Exode 30. Si l’on considère les ingrédients de ce composé, nous devons adorer le Seigneur pour telle une image précise et la révélation dévoiler.
Notre Dieu a été augmenté avec tous ces merveilleux ingrédients. Parce qu’il a nous a transférés hors de Adam et en lui-même, nous avons maintenant la position de demeurer en lui et qu’il demeure en nous. Si nous continuons ainsi nous-mêmes à être attachés à lui, et nous aurons tout le temps de participer à ce qu’il est et ce qu’il a accompli pour nous.
Par l’onction, il travaillera lui-même en nous.
CHAPITRE CINQ
LE MYSTÈRE DE L’ONCTION (2)
Lecture biblique : Exo. 30: 25-31 ; PS. 133 ; 1 Pierre 2:5 ; 1 Jean 2:18-20, 22-24, 27

UNE DEMEURE DE MUTUELLE
L’Apocalypse dans la Bible est un. Aucun livre jamais écrit n’a était plus cohérent, même si elle est composée de soixante-six livres, qui à première vue sont très différents des uns des autres.
L’idée centrale de la Bible est que Dieu veut se mêler lui-même à l’humanité, afin que l’homme puisse devenir son lieu d’habitation et qu’il devienne un lieu d’habitation à l’homme. Dieu sera la demeure de l’homme et l’homme sera la demeure de Dieu.
Lorsque Moïse dit au Psaume 90: 1, «1 ¶ Prière de Moïse, homme de Dieu. Seigneur! tu as été pour nous un refuge, De génération en génération. » Il déclarait que la meilleure expérience nous des êtres humains peut avoir est faire l’expérience de Dieu comme notre lieu d’habitation.
Beaucoup d’entre nous n’ont pas la pensée que nous pouvons demeurer en Dieu.
Dieu est notre Rédempteur et notre Sauveur. Mais il veut aussi être notre lieu d’habitation. Notre maison est là où nous sommes le plus à l’aise. Elle est organisée comme nous le voulions, et nous avons ce qu’il faut.
Dans notre lieu d’habitation, nous avons notre nourriture, nos vêtements, nos êtres chers et beaucoup de petites choses qui sont spéciales pour nous ; en bref, nous avons tout.
Pour faire l’expérience de Dieu comme notre logement comme notre lieu signifie tout avoir en lui, ou de l’avoir comme tout pour nous.
Est-ce que nous avons jamais louaient Dieu pour être notre lieu d’habitation ?
Nous devons également être un lieu d’habitation pour lui. « Demeurez en moi et moi en vous » (Jean 15:4) couvre ces deux aspects.
«4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. »
La plupart des chrétiens pensent aux cieux comme le lieu où Dieu habite. Mais esaïe 66: 1 nous dit: «1 ¶ Ainsi parle l’Eternel: Le ciel est mon trône, Et la terre mon marchepied. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, Et quel lieu me donneriez-vous pour demeure? »
Le ciel est le trône de Dieu, pas son lieu d’habitation. Sans nous, les êtres humains rachetés, Dieu n’a pas de repos.
Quelle merveille que nous pouvons être le lieu de repos de Dieu !

LE TEMPLE
Le temple dans l’ancien Testament est appelé la maison de Dieu.
Si vous lissez l’ancien Testament, cependant, vous verrez que les psalmistes et les prêtres de l’ancien ont également examiné la maison de Dieu comme leur lieu d’habitation.
David disait: «4 Je demande à l’Eternel une chose, que je désire ardemment: Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l’Eternel, Pour contempler la magnificence de l’Eternel Et pour admirer son temple. » (PS. 27: 4). Le seul désir de David est d’habiter dans la maison du Seigneur et Voir sa beauté.
Il ressuscite la même pensée dans le Psaume 23. Au début du Psaume, il appréciait les verts pâturages. Nous pouvons apprécier les richesses du pâturage, mais pour être là c’est comme être à l’école primaire. Si nous allons plus loin faire les études supérieures, nous dirons, «6 Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j’habiterai dans la maison de l’Eternel Jusqu’à la fin de mes jours.» (PS. 23:6) !
La nourriture dans la maison est plus riche que celle trouvée dans le pâturage. «8 36-9 Ils se rassasient de l’abondance de ta maison, Et tu les abreuves au torrent de tes délices. » (Psaume 36: 8). Dans la maison de Dieu nous jouissons de la graisse. Le temple, alors, était un lieu d’habitation non seulement à Dieu mais aussi à tous ceux qui ont aimé et servi de lui.
Une fois de plus, j’en appelle à votre attention que la pensée centrale de la révélation divine dans la Bible n’est pas que nous devons être bon ou même que nous soyons Saints.
C’est plutôt que nous devons demeurer en Dieu et qu’il demeure en nous. Quelle merveille, c’est que l’homme peut être ainsi mêlé à Dieu !
Ici, nous sommes occupant d’un espace très petit, et pourtant Dieu nous prend comme son lieu d’habitation et dirais, « O homme, entre en moi et vive en moi ! Prenez-moi comme votre lieu de vie ! » Ce sera pour l’éternité.
Nous allons profiter de lui, et il jouira de nous. Il va également s’exprimer à travers nous.
LE CHEMIN PRÉPARÉ
 Comment cet être divin, qui est pur, Saint, et juste, peut être un avec nous ?
Nous sommes tombés, pécheurs, corrompu et condamné.
Entre les deux premiers chapitres de la Genèse et les deux derniers chapitres de l’Apocalypse, il y a un long historique. Durant cet intervalle de temps, Dieu a traversé un processus.
Quand Adam et Eve ont désobéi à Dieu en participant « en mangeant » à l’arbre de la connaissance du bien et du mal, ils étaient dans la crainte du jugement auquel Dieu aller les condamner.
Quand Dieu est venu chercher Adam, quelques questions devez se poser. Plutôt que de prendre une responsabilité directe pour ses fautes, Adam à fait passé le blâme sur Eve et aussi sur Dieu.
Si Dieu ne lui avait donné cette femme, ce problème ne serait pas survenu. C’était la femme qui lui avait donné le fruit à manger. Oui, il avait mangé, et il avait tort, sans doute ; mais la source de sa désobéissance, Adam avez maintenu, était tout d’abord Dieu, et puis sa femme.
Sans le réprimander, Dieu a ensuite parlé à Eve et demanda, « Qu’est-ce que tu as fait? » (genèse 3:13) «13 Et l’Eternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. ». Par inférence, elle a été également blâmer Dieu. Sans argumenter ou condamnant, Dieu s’est tourné vers le serpent, qui n’a eu aucune possibilité de s’expliquer. Il a été maudit et dit, «15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. »(v. 15).
L’homme et sa femme était là en tremblant, s’attendant en murmurant condamnés à mort, ils ont entendu Dieu dire que la semence de la femme blesserait la tête du serpent. Et Eve vivrait !
Adam croit à l’Évangile et donc «20 ¶ Adam donna à sa femme le nom d’Eve: car elle a été la mère de tous les vivants. »(v. 20).
Au lieu de la mort, il y aurait des semences de cette femme qui blesserait la tête du serpent.
Il s’agit de l’Évangile, que Adam a entendu de la bouche de Dieu et cru.
L’enregistrement continue, couvrant plusieurs années de l’histoire, jusqu’à ce que nous arrivions à Esaïe, où nous avons une autre référence à la semence de la femme. « Voici, une vierge et enfantera un fils et l’appellera son nom Emmanuel » « 14 C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel.»(Ésaïe 7:14).
La graine serait un fils, et pourtant il s’appellerait « Dieu avec nous » (Matthieu 1:23) « 23 Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.». Esaïe davantage le décrit dans Esaïe 9:6, « 6 9-5 Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.» où il nous dit que l’enfant né est le Dieu puissant, et le fils donné est le Père éternel.
Quelque sept cents ans plus tard, Marie, la vierge, a conçu un enfant de l’Esprit Saint, remplissant ainsi ces prophéties dans Genèse et Isaïe. Magnifique celui-ci est Jésus, le Sauveur de Jéhovah, Dieu avec nous !
Dieu était maintenant sous une forme humaine. Il veut être le logement avec l’homme. À ce stade, cependant, Dieu ne pouvait pas encore demeurer chez l’homme.
 Emmanuel devait franchir une nouvelle étape.
 Ce qu’il fit en passant par la mort et en entrant dans la résurrection.
À ce stade, il a changé de la chair à l’Esprit. « Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant » (1 Cor. 15:45.).

LA VIEILLE PHOTO DU TESTAMENT
Examiner ce qui a été ajouté à Dieu par ce processus par lequel il a passé. En plus de sa divinité, il a maintenant été augmenté avec l’humanité, la vie humaine, la crucifixion et la résurrection.
Il y a plusieurs années, j’ai vu cela. Puis un jour, alors que je lisais Exode 30, le Seigneur m’a éclairé que la pommade l’onction « l’onguent » dépeint précisément cet Esprit composé présent.
L’huile d’olive, qui est communément reconnue comme étant un type de l’Esprit Saint, ce n’est pas le seul ingrédient de l’onguent « l’onction ».
Puis les Quatre épices sont agrémentés avec l’huile.
La pommade d’onction est composée d’huile d’olive, de myrrhe, de cannelle, de calamus et cassia. Il s’agit de l’image de l’ancien Testament de Dieu transformé et composé.
On ne parle plus beaucoup de l’onction, jusqu’à ce que nous arrivions à 1 Jean 2. Ce passage fait clairement référence à l’Exode 30. Les Spécialistes de la Bible n’ont pas été claires de la signification de cet onguent composé.
Comme je l’ai fait dans le message précédent, je tiens à parler davantage sur les nombres en relation avec la pommade.
 Le chiffre Quatre, le nombre d’épices, est synonyme de la créature,
 Alors que trois, le nombre de fois que cinq cents se répète, parle de la Trinité. Le chiffre quatre parle de l’humanité du Christ, sans lequel il ne pouvait pas entrer dans la mort. Il a été crucifié dans la chair et donc détruit le diable qui a le pouvoir de la mort (Héb. 2:14) «14 ¶ Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable,».
Lorsque nous avons mis quatre et trois ensemble, nous obtenons sept ou douze, selon que nous ajoutons ou on multiplier.
Au début de la révélation « l’apocalypse », il y a sept églises. À la fin, il y a la nouvelle Jérusalem, dont le numéro caractéristique est de douze.
Il y a douze fondations, douze portes et douze apôtres ( apoc 21:12, 14) «12 Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël: 14 La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l’agneau. », par exemple.
La ville a quatre côtés avec trois portes de chaque côté.
Lorsque nous sommes sauvés tout d’abord, notre numéro est quatre plus trois ou sept.
Finalement les numéros seront multipliés au lieu d’être ajouté, et notre nouveau numéro sera de douze.
Ces quatre épices sont mélangés avec un hin d’huile d’olive (Exo30.23-25) «23 Prends des meilleurs aromates, cinq cents sicles de myrrhe, de celle qui coule d’elle-même; la moitié, soit deux cent cinquante sicles, de cinnamome aromatique, deux cent cinquante sicles de roseau aromatique,24 cinq cents sicles de casse, selon le sicle du sanctuaire, et un hin d’huile d’olive.25 Tu feras avec cela une huile pour l’onction sainte, composition de parfums selon l’art du parfumeur; ce sera l’huile pour l’onction sainte. ».
Quatre plus un on parle de responsabilité. Quatre représente la créature, alors qu’on nous rappelle de Dieu le créateur un « l’unique ». Ainsi, Dieu et l’homme sont réunis, comme les quatre doigts de notre main et notre votre pouce.

Je suis convaincu que nous pouvons voir comment complète et riche une photo qui figure dans la pommade « onction ».
Nous tous nous avons besoin dans cette pommade transformés, et composée de Dieu.
Pour rester dans Romains 6 et nous comptons sur la mort avec Christ mais ce n’est pas efficace. Selon notre expérience, ce calcul est vain.
Que Romains 6 ne peut être réalisé et expérimenté dans Romains 8.
 Que trouve-t-on dans Romains 8 ?
C’est l’Esprit tout compris — l’Esprit de vie, l’Esprit de Dieu, l’Esprit du Christ, son Esprit qui habite en nous, l’Esprit lui-même.
Si nous marchons selon cet Esprit intérieur, qui est le Dieu composé et nous avons notre esprit mis sur lui, nous jouirons de la vie, de la paix, de la victoire et de la sainteté.
 Tout dans cet Esprit composé contient —
 La divinité,
 L’humanité appropriée,
 la mort du Christ
 et sa résurrection —
 sera notre partie en nous.

L’OUVERTURE DE DIEU
Sans doute beaucoup d’entre vous ont dans une certaine mesure fait cette expérience, même si vous ne pouvez pas l’identifié comme tel.
Avant la découverte des vitamines, personnes encore obtenu le bénéfice en mangeant les aliments appropriés, même s’ils ne savaient pas ce que c’était dans la nourriture qui les gardait en bonne santé.
De même, lorsque nous prendrons et demeurons dans cet Esprit en mélangeant notre esprit « humain» sur lui, en marchant selon lui, en restant attaché à lui, nous faisons l’expérience de son salut.
La Pensée centrale de Dieu dans son économie est lui-même qui travaille en nous.

QUELQUES ENTREPRISES DE CET ESPRIT
Ce que fait Dieu n’est pas principalement pour vous individuellement.
Après la pommade onction a été augmenté, il a été dit à Moïse d’oindre le tabernacle avec ses ustensiles et Aaron et ses fils au sacerdoce (Exo. 30: 26-30) «26 Tu en oindras la tente d’assignation et l’arche du témoignage,27 la table et tous ses ustensiles, le chandelier et ses ustensiles, l’autel des parfums,28 l’autel des holocaustes et tous ses ustensiles, la cuve avec sa base.29 Tu sanctifieras ces choses, et elles seront très saintes, tout ce qui les touchera sera sanctifié.30 Tu oindras Aaron et ses fils, et tu les sanctifieras, pour qu’ils soient à mon service dans le sacerdoce ».
 Dans l’ancien Testament, le tabernacle et la prêtrise étaient deux choses différentes.
 Dans le Nouveau Testament, cependant, ces deux sont un.
«5 et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. » (1 Pierre 2:5.). La maison spirituelle et la prêtrise sont les mêmes.
 C’est pour cela que l’onction vient avant que pour l’individu.
Psaume 133 nous donne une belle image de cela. «1 ¶ Cantique des degrés. De David. Voici, oh! qu’il est agréable, qu’il est doux Pour des frères de demeurer ensemble!2 C’est comme l’huile précieuse qui, répandue sur la tête, Descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, Qui descend sur le bord de ses vêtements. »
 Aaron était un type de Christ ;
 son corps était un type de corps du Christ,
 l’église.
La pommade sur tout le corps vers le bas sur les jupes, descendant de la tête représente les frères demeurant ensemble dans l’unité.
 L’onction, alors, est pour le corps.
Si vous remarquez le contexte des versets sur l’onction dans 1 Jean 2, vous verrez que c’est le cas ici aussi bien que dans Psaume 133.
L’onction dans la vie de l’église a établi une distinction entre ceux qui étaient de vrais croyants et ceux qui étaient de l’Antéchrist.
Si vous avez jamais été hors de la vie ecclésiale pendant un certain temps, vous vous souviendrez que pendant ce temps vous a connu très peu, sauf de cas échéant, de l’onction.
Oui, vous avez toujours eu l’Esprit, mais vous n’avait pas la pommade qui descend.
En revanche, que vous vous asseyez dans une réunion, vous avez souvent le sentiment de quelque chose va couler à travers vous. Le message ne peut pas être éloquent. La réunion peut ne pas sembler excitante. Le partage peut être faible. Vous ne pouvez pas comprendre ce qui est dit. Vous pouvez même être ennuyé avec la façon dont la réunion se passe.
Néanmoins, la pommade descendant au-dessus de vous.
 Chaque fois que vous assistez à des réunions, vous vivrez cette onction. Le résultat sera un changement graduel dans votre être. L’essence divine est ajoutée en nous.
 Veillez à ce que vous venez aux réunions !
 Dieu va être forgé en vous !
Même si vous êtes assis là avec un air maussade et en désaccord, l’onction va vous rejoindre et travailler un changement dans votre être. Telle est la merveilleuse onction sur le corps que vous rencontrez dans la vie ecclésiale.

CHAPITRE SIX
LE MYSTÈRE DE LA NAISSANCE DIVINE
Lecture biblique: 1 Jean 2:29 ; 3:9 ; 4:7 ; 5:1, 4 a, 18

UN MOT ENCORE SUR L’ONCTION
Avant que nous considérions ce mystère de la naissance divine, je voudrais ajouter un mot supplémentaire sur l’onction, qui a été notre sujet dans les deux messages précédents.
Quand nous parlons de l’onction, nous parlons au sens figuré.
En réalité, c’est la nature divine étant lui-même qui se déplace en nous et étant forgé dans notre être. Il n’y a aucun point à notre fabrication vers le haut de notre esprit « humain le mélange avec l’Esprit de Dieu » pour améliorer notre comportement.
Bien que nous essayions cela, c’est une perte de temps.
Tant que nous sommes enregistrés et restons dans la bonne vie ecclésiastique, celui-ci mystérieux gardera et se déplaçant en nous et nous transfuse avec tout ce qu’il a accompli et obtenu
Dans le temps tout notre être sera saturé avec la nature divine. Nous serons aussi lourds que l’or !
Il n’est pas seulement une divinité qui va être forgée en nous ; l’humanité appropriée sera également. Nous aurons une humanité ressuscitée, soulevée.
En outre, sa mort sera travaillé en nous, et mettant fin à toutes les choses négatives de la veille création.
Ce processus passe en nous c’est une question de vie ; Il n’est pas accomplie du jour au lendemain.
Jour après jour, si nous sommes dans la vie ecclésiale, cet onguent composé fera son travail en nous, jusqu’à ce qu’enfin, nous sommes dans la résurrection.
Nous allons tous être transporter de notre situation actuelle de la veille création dans la nouvelle-création.
Ce sera la plénitude de la résurrection.
En attendant, cette onction travaille constamment en nous, qui nous apporte dans cet objectif.
LA SECONDE NAISSANCE
Les deux premiers chapitres de 1 Jean forment une section du livre et les trois derniers l’autre.
Dans les messages précédents, nous avons déjà examiné les mystères de la vie, les mystères de la bourse, les mystères de demeurer, et les mystères de l’onction. Ces sujets sont surtout présents dans la première section.
Maintenant, nous arrivons à ce que j’appelle le mystère de la naissance divine.
Tous ceux qui ont été rachetés ont eu deux naissances :
 La première est humaine ou naturel
 Et la deuxième est divine.
Le dernier verset du chapitre deux de 1 Jean dit:2 « 29 Si vous savez qu’il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui.» Ici, la question de la naissance divine est portée.
Puis dans le chapitre 3, le premier verset de 1 Jean est, «1 ¶ Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu.»
D’ici à la fin du chapitre cinq, cette pensée de naissance divine est mentionnée à plusieurs reprises, et la phrase « né de Dieu » se produit plusieurs fois (1 Jean 3:9 «9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. »; 1 Jean 4:7 « »; 1 Jean 5:1« 1 ¶ Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui.», 4 a«4 parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. », 18) « 18 ¶ Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas.».
 C’est sûrement un mystère à-dire que nous sommes nés de Dieu !
 Croyons-nous vraiment que nous sommes nés de Dieu ?
 Est vraiment Dieu notre père, pas notre père adoptif ou notre beau-père, mais celui qui nous a donné sa vie ?
Oui, ces versets déclarent clairement que nous sommes nés de Dieu.

CERTAINS VERSETS DÉROUTES
 Nous allons voir « 29 Si vous savez qu’il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui. »( 1 jean 2:29).
Ne pas se méprendre et penser que faire de la justice est une condition ou à terme, de la naissance de Dieu. Le sens ici est que si vous êtes né de Dieu, vous allez sûrement faire la justice.
Ce faisant, est une expression de « votre être né de Dieu. »
Je suis né de Dieu, encore une fois après l’autre d’échecs, je pourrais être trouvé à faire de ce qui n’est pas juste.
(1) il le fait justice.

 Si nous continuons à 1 jean 3:9, « 9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.» nous allons être dérangés encore plus !
Comment la Bible peut dire que celui qui est né de Dieu ne peut pécher ? Sûrement nous tous peuvent témoigner que notre expérience est en contradiction avec cela !
(2) il n’est pas et ne peut pas péché.

 Maintenant, regardez 1 jean 4:7: «7 ¶ Bien-aimés, aimons nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. »
Encore une fois, le sens ici n’est pas que, si nous aimer les autres, nous allons être nés de Dieu ; au contraire, la preuve de notre naissance de Dieu est que nous aimons.
Est-ce vrai pour nous ?
Honnêtement parlant, il est parfois, et d’autres fois, il n’en n’est pas. Puisque nous ne sommes pas toujours épris, pouvons-nous dire que nous sommes nés de Dieu ?
(3) il aime les frères.

 Verset 4 poursuit en disant, « 4 parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi.» Remarquez ici que nous avons « que ce soit », pas de quiconque. Tout ce qui est né de Dieu surmonte le monde.
Est-ce vrai pour vous que vous avez vaincu le monde ?
(4) il surmonte le monde.

 Puis nous arrivons à 1 jean 5:1: « 1 ¶ Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui.»
J’aime la première partie de ce verset. Depuis ma jeunesse, il a été pour moi un encouragement à connaître que parce que je ne croyais pas que Jésus est le Christ, je suis né de Dieu.
Toutefois, la deuxième partie du verset me troublait. Oui, je n’aimais pas certains enfants de Dieu, mais il y en a d’autres qui n’étaient pas à mon goût. Ceux que je pourrais aimer tout simplement pas.
(5) il s’aime lui-même.

 Verset 18 lissons, «18 ¶ Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. »
(6) il n’est pas touché par le malin.

Nous devons maintenant résumer ce que nous apprend cette épître sur celui qui est né de Dieu.
(1) il le fait justice.
(2) il n’est pas et ne peut pas péché.
(3) il aime les frères.
(4) il surmonte le monde.
(5) il s’aime lui-même.
(6) il n’est pas touché par le malin.
Comment allons-nous concilier ces faits avec notre expérience ?

NOTRE ESPRIT RÉGÉNÉRÉ
Dans l’Évangile de Jean, nous avons la clé.
« Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit » (jean 3:6).
Lorsque nous sommes nés de nouveau, il n’était pas dans notre tout être qui a été régénéré.
C’est notre esprit qui est né de l’Esprit.
Où se trouve notre esprit ?
Ce n’est pas facile de répondre, mais de 1 Pierre 3:4, « 4 mais la parure intérieure et cachée dans le coeur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu.» nous pouvons dire que l’esprit est la parure de l’homme caché « le cœur psychologique ».
Cette partie intime de notre être est né de Dieu.
Une divine naissance s’est produite en nous. Lorsque 1 Jean 3:9 nous dit que celui né de Dieu ne commet pas de péché, il ajoute, « 9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.» «La semence de Dieu demeure en lui; »
La semence de Dieu demeure en notre esprit.
Le même que celui qui a écrit 1 Jean nous dit dans son Évangile, «12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,13 1-12 lesquels sont nés, 1-13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. »
 Cette nouvelle naissance n’est pas du sang,
 ce n’est pas de la vie physique ;
 pas de la volonté de la chair, autrement dit,
 pas de la vie de l’âme ;
 et pas de la volonté de l’homme, c’est-à-dire, pas de la vie d’âme de l’homme créé.
La nouvelle naissance est entièrement liée à Dieu ; au moment de notre régénération, seulement notre esprit est né de lui.
Il s’agit de la clé pour comprendre ces versets autrement gênants dans 1 Jean 5 . «4 parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » « Que ce soit est né de Dieu » se réfère à l’esprit humain.
 Cette partie de nous est la justice,
 N’est pas et ne peut pas pécher,
 est aimé comme Dieu aime,
 et surmonte le monde
 et nous garde.
Dans cette partie, nous sommes sûrs d’avoir du mal « nature adamique ». Il s’agit de notre cachette, notre refuge, notre haute tour. À cet endroit nous fuyions et perdons quand vient Satan. Si nous trouvons notre tempérament nous ne devons pas lutter pour le garder sous contrôle. Plutôt que de se battre pour garder notre sang-froid, nous devons allez à notre esprit « avec l’Esprit de Dieu ».
Il s’agit de notre refuge.
Notre esprit régénéré, « avec l’Esprit de Dieu ». alors, est la clé pour comprendre ces versets concernant les caractéristiques de celui qui est né de Dieu.

LA CONFIRMATION DE PAUL « SONT DANS CES ECRIS »
Les écrits de Paul ont cette même pensée, exprimée dans des termes différents.
Dans Galates 5:17 il est dit, «17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. »
Le mot Esprit ici indique que l’Esprit Saint se mêle avec notre esprit humain.
Il y a une partie de notre être, la chair, qui est contre est une autre partie, notre esprit « humain » « si on est avec l’Esprit de Dieu ». Paul nous exhorte dans le verset 16 de marcher par l’esprit «16 Je dis donc: Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. », afin que nous ne pouvons pas accomplir la convoitise de la chair.
Il ne faut pas rester dans notre chair, mais plutôt demeurer dans notre esprit « avec l’Esprit de Dieu »., la partie de notre être qui est né de Dieu.
Romains 8:4 nous dit aussi que nous ne voulons ne pas « 4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.»
A l’Intérieur, nous avons un esprit qui est né de Dieu. Nous avons aussi la chair, qui est né de la nature déchue. Nous devons choisir de marcher dans la partie qui est né de Dieu. Cette partie n’est pas et ne peut pas pécher, il a vaincu le monde, il aime ce que Dieu aime et nous empêche du malin.

L’ÂME N’EST PAS ÉRADIQUÉ
Il y a un enseignement, basé sur 1 Jean 3:9, qui prétend qu’une fois que nous sommes sauvés, « la chair » est éliminé ; autrement dit, il n’est plus possible pour que nous péchions.
Vous pouvez voir que ce verset dans 1 Jean 3:9 a fait trébucher beaucoup de gens.
J’ai été clair que notre nature pécheresse n’est pas éradiquée, mais à l’époque je ne savais pas comment répondre à ce défi basé sur ce verset. Peu à peu le Seigneur m’a éclairer et que la clé est dans « que ce soit » dans 1 Jean 5:4. « Que ce soit, est né de Dieu vaincra le monde. »
Il n’est pas une personne ici, mais une partie, qui est né de Dieu.
De regarder plus loin dans l’écriture de Jean dans l’Évangile et en considérant les épîtres de Paul, je suis venu à réaliser que la régénération ne s’est produit que dans notre esprit « humain »; seulement une partie d’entre nous est né de Dieu. Cette partie ne peut pas le péché, ne peut être surmontée par le monde et ne peut pas être touchée par le malin.
Comment nous devons louer le Seigneur pour cette partie en nous !

DEMEURANT DANS L’ESPRIT
Maintenant que vous avez été né de Dieu, c’est dans cette partie que vous devez rester.
 Ne pas essayer de faire quelque chose en dehors de cette partie.
 Ne pas essayer de faire quelque chose dans la vie de votre âme.
 Ne pas essayer de résoudre vos problèmes à l’aide de votre esprit «humain ».
 N’agissez pas dans vos émotions.
 Ne vous fiez à votre volonté.

La seule partie dans ce cadre qui vraiment compte c’est votre esprit « humain», qui est né de Dieu.
Cette naissance divine apporte la vie divine et la nature dans votre esprit.
Ne pense même pas à aimer ou détester, ou à faire le bien ou faire le mal. Assurez-vous simplement que vous êtes dans cette partie « esprit humain mélanger avec l’Esprit de Dieu ».
Quand vous devriez aimer quelqu’un, tout d’abord il faut se dire: Seigneur, je veux mettre mon esprit humain avec l’ESPRIT DE DIEU » ; alors je peux l’adorer. »
Tant que nous demeurons en notre esprit et l’Esprit de Dieu ensemble, nous avons vaincu le monde, nous ne péchons pas, nous pouvons faire ce que le père aurait fait et aime ce qu’il aimerait, et nous pouvons le garder en nous-mêmes.

CHAPITRE SEPT
LE MYSTÈRE DE LA SEMENCE DIVINE
Lecture biblique: 1 Jean 2:13, 24, 25 ; 3:15B ; 4:4 ; 5:11, 12, 20, 16 ; Romains 8:2, 6, 10, 11
LA GRAINE DE LA VIE
 Nous avons encore un autre mystère dans ce petit livre de 1 Jean.
 Précédemment, nous avons couvert les mystères de la vie,
 De la bourse « développement »,
 de demeurer,
 de l’onction
 et la naissance divine.
De la naissance divine, une graine a été implantée en nous. C’est le mystère que nous aimerions examiner maintenant.
« Sa postérité restera en lui » « 9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.»1 Jean 3:9 nous dit, ce qui signifie que celui qui est né de Dieu est la semence de Dieu demeurant en lui.
Une semence quelconque est une graine de vie.
Dans les paraboles du semeur dans Matthieu 13, le Seigneur Jésus lui-même a comparé à un semeur et à la graine. Quand il était sur cette terre, il a lui-même semé comme la graine dans le sol de l’humanité. Les êtres humains qui lui sont le sol dans lequel il comme le germe de la vie se développe. Encore que cette semence se développe, beaucoup de choses négatives surviennent pour entraver sa croissance. Dans cette partie de mots, nous pouvons voir que la graine mentionnée dans 1 Jean doit être le Seigneur Jésus lui-même comme la graine de vie.
Première Pierre 1:23 dit que nous avons été «23 puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu. »
La parole de Dieu, alors, est aussi une graine de vie.
En fait, c’est autant dire que le Seigneur Jésus est la graine de vie, parce qu’il est lui-même est la parole de Dieu. La parole vivante de Dieu est la vie de personne du fils de Dieu.
La graine de vie est la parole et la personne.
La graine dans 1 Jean, est toutefois, dans un sens direct est tout simplement la vie divine avec la nature divine.
Notre être est composé de notre vie et de la nature de Dieu. C’est la vie de Dieu et la nature qui sont transmis en nous au moment de la régénération.
Nous pouvons prier une longue prière, en remerciant le Seigneur mourant sur la Croix et d’avoir versé son sang pour nos péchés ; l’emmenant comme notre Sauveur et lui avouer que le fils de Dieu ; et comme notre Seigneur et notre vie.
Bien avant que nous avons fini de prier, cependant, si nous avons vraiment prié pour lui du plus profond de notre être, nous allons être régénérés.
En un instant, la vie divine et la nature elles nous l’aient communiquée.
Vous ne pouvez avoir aucune sensation qu’une telle expérience vous est arrivée. Ne dépendent pas de vos sentiments. Beaucoup de choses vous est arrivées, y compris votre naissance physique, dont vous n’avez eu aucune sensation. Tu es né, mais cela ne dépend pas de vous.
Vous avez été né de nouveau, mais cette naissance est aussi à lui. Tout comme vous avez n’eut aucun mot à dire dans la question de savoir si vous serait né dans le Massachusetts, ou en Californie, donc dans votre seconde naissance la décision est également hors de vos mains.

LA SEMENCE DANS NOTRE ESPRIT
 L’homme, comme nous l’avons souvent souligné, peut être représenté par trois cercles concentriques.
 La bague extérieure correspond à notre corps physique, cette partie de nous peut être vue et touchée.
 Outre cette partie, nous avons une âme, représentée par l’anneau intermédiaire. Il s’agit de notre partie psychologique, ce qui nous permet de penser, d’exercer de l’amour ou de la haine et de prendre des décisions. L’âme, alors, consistant en l’esprit, l’émotion et la volonté.
 L’anneau intérieur, la partie la plus profonde de l’homme, est l’esprit. Vous ne se n’est pas évidents de saisir l’esprit humain, mais c’est une partie complexe, la conscience. La conscience est plus profonde que l’esprit.
Telle est la façon dont l’homme est créé.
Les Animaux peut-être avoir un rôle qui correspond à l’âme, mais ils n’ont pas cette partie intérieure de l’homme. Il n’a jamais été une affaire de toute l’histoire où un âne, un singe ou une chèvre construit un petit sanctuaire et mettre en place une image de culte !
Le compte rendu de l’humanité, en revanche, est rempli de religions, des idoles, des temples et des formes de culte. Cultivées ou barbare, ancien ou moderne, tous les peuples ont un désir d’adorer un être supérieur.
 Comment expliquer cette différence entre l’homme et les animaux ?
 Ce qui contraint l’homme à l’adoration ?
C’est parce que l’homme a été fait par Dieu avec un esprit.
 Quelle est la distinction entre un être humain régénéré et un croyant ?
Les deux ont ces trois parties du corps, âme et esprit. Le croyant, n’a cette semence il a une croyance en l’homme est les idoles, cependant l’être humain regenerer à une semence divine dans son esprit.
 La semence de Dieu demeure en lui et se développe !

LA CROISSANCE DE LA GRAINE
Cette semence de la vie divine et la nature a besoin de grandir. A Mesure qu’elle grandit, elle se développe et répand de l’esprit dans l’âme, en particulier dans l’esprit, le rôle principal de l’âme. Si nous laissons cette graine de se développer sans entrave, elle se propage même à notre corps mortel.
Dans Romains 8:2 nous trouvons l’expression de l’Esprit de la vie. «2 En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. »
Au verset 10, on nous dit, «10 ¶ Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. »
De ce verset, nous voyons que c’est l’esprit « humain » qui est régénéré, non pas le corps. Notre esprit « humain » est la vie, mais notre corps est toujours mort.
Qu’en est-il de notre âme ?
Si notre esprit « humain » est la vie ou la mort dépend de ce que nous définissons.
«6 Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix; » (v. 6). L’Esprit de vie, puis, vient dans notre esprit et anime l’esprit « humain», est en revanche, seulement la vie lorsqu’elle est définie sur l’esprit.
Plus on parle de l’organisme au verset 11. « 11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.»
Le mot « habite » dans ce verset est plus fort que le mot demeurer ; le sens est « de faire maison ».
«11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, » revient à indiquer que vous donnez plus de terrain à l’esprit intérieur.
Le résultat sera que cet esprit donnera la vie à vos corps mortels.
Je suis persuadé que ces versets nous pouvons tous voir que lors de notre régénération, seulement là notre esprit est né de Dieu.
C’est pourquoi après la régénération ce qu’il faut faire l’expérience de transformation dans notre âme et attendent aussi la transfiguration de notre corps.
 la régénération
 l’expérience de transformation
 la transfiguration de notre corps.

 Par ces trois étapes, la vie de Dieu est soigneusement travaillée en nous.
 Nous avons déjà vécu de régénération.
 Maintenant, nous sommes en train de se transformer dans notre âme.
 Un jour nous allons atteindre l’objectif, lorsque notre corps va être transfiguré.
 Alors tous les aspects de la mort vont être assimilés par la vie.

PERMETTANT LA SEMENCE ÉTALÉE DE NOTRE ESPRIT
 Notre esprit régénéré, renaît ne pèche pas.
Ce n’est pas vrai de notre âme, cependant, ni de notre chair. Ces deux nous devons renoncer à et tout le temps aller avec l’Esprit de Dieu mélanger dans notre esprit humain.
Si nous nous fixons sur notre esprit, tous notre ensemble esprit âme et corps, sur l’esprit, « l’Esprit de Dieu mélanger dans notre esprit humain.» puis l’esprit aura cours de se propager dans notre esprit, il rend aussi la vie. Alors, si nous donnons l’occasion encore davantage la vie divine, il se propagera jusque dans notre corps mortel.
Cette graine a été semée dans notre être intérieur.
Comme cela lui est permis, il se propage plus loin et encore plus loin. Tel est le mystère de la graine au sein de notre esprit.
La Religion tente de réglementer les gens et les aider à s’améliorer.
La voie de Dieu de la vie n’est pas comme ça.
Son chemin est de semer sa vie et sa nature comme une graine dans le cœur de notre être. Nous pouvons arrêter nos efforts pour corriger nos lacunes et s’efforcer.
Nous pouvons prier, « Seigneur, je ne suis rien et ne peut rien faire. je suis ouvert à vous. Je vous remercie que vous êtes la graine au dedans de moi, en attendant la chance de germer et de croître. Je voudrais croître et que vous vous propager en moi. » Si nous faisons cela, une pousse d’appel sortira de la graine en nous.
Il est difficile pour nous de nous limiter à prier de cette façon.
Notre pensée religieuse se lève pour dire, Ne devrais pas essayer de contrôler mon humeur? »
Vos efforts pour contrôler votre tempérament sera en vain. Si vous perdez votre humeur aujourd’hui, vous vous demandera pas ce que vous ferez demain. Laisser demain prendre soin de lui-même. Il n’y a rien à faire pour vous. Vous n’êtes pas qualifié pour faire quoi que ce soit.
Louer le Seigneur pour la merveilleuse graine qui a été semé en vous !
Ne pas essayer de faire quoi que ce soit. Supposons que vous plantez une graine dans la terre. Ensuite, chaque jour vous creusez dans le sol pour vérifier ce que fait la graine.
Cette graine va-t-elle se développer ?
N’est-il pas préférable de laisser la graine dans le sol et aller au lit et dormir et rester dans la foi que la graine va augmenter ?
L’ennemi est subtil. Avant de vous aimer le Seigneur, l’ennemi vous à fait imprudente et indifférents à votre conduite, tout en vous faisant pense que vous êtes un gentleman bien élevé.
Une fois que vous vous tourner vers le Seigneur, cependant, l’ennemi viendra à vous condamner, et vous convainc que vous êtes le pire des saints et que votre comportement est loin de la norme. Cette tactique vous oblige à résoudre pour vous améliorer, et à oublier l’esprit. Votre salut n’est pas dans votre esprit humain raisonnement intellect, mais dans votre esprit intérieur avec l’Esprit de Dieu.
Tous vos efforts et votre choix sont son dispositif à vous détourner de votre esprit intérieur avec l’Esprit de Dieu.
Ce qui est nécessaire est de demeurer le Seigneur avec que la graine peut être arrosée. Spontanément la graine se développera.
 C’est le salut.
 Le salut est dans cette graine de vie.
Ce n’est pas dans notre pratique. Est-ce n’est pas dans nos efforts.
Vous arriverez à réaliser que cette semence n’est rien de moins que la personne du Dieu, le Dieu lui-même. Il est le seul en vous qui est le plus grand que celui qui existe dans le monde (1 Jean 4:4) «4 ¶ Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. ». Celui-ci est une grande vie en nous comme la graine de vie. Mettez votre confiance totale dans ce qui est supérieur à Satan, supérieur à votre auto et supérieur à votre chair.
RETOUR AU DÉBUT
Cette personne merveilleuse est aussi la vie éternelle. Il est la graine, la personne et la vie éternelle, qui était dès le commencement (1 Jean 1:1-2) «1 ¶ Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -2 car la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, – ».
Dès le début, il y avait la vie ; ce qui était dès le début était le verbe de vie.
Dans cette épître, l’auteur considère les croyants de trois catégories (1 jean 2:13-27): « 13 Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père.14 Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin.15 N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui;16 car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde.17 Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.18 ¶ Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists: par là nous connaissons que c’est la dernière heure.19 Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres.20 ¶ Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance.21 Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu’aucun mensonge ne vient de la vérité.22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.23 Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. 24 Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.25 Et la promesse qu’il nous a faite, c’est la vie éternelle.26 Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent.27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés.»
1. pères, « Les pères sont les plus âgés et expérimentés ;»
2. jeunes hommes « les jeunes hommes sont les plus forts ;»
3. et petits enfants. et les petits enfants sont les enfants en Christ.

 Les pères, Jean nous dit, «parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement» «13 Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père » (1 jean 2:13).
C’est-à-dire, les plus âgés devraient savoir la vie, puisque la vie est ce qui a été dès le début. Après que nous avons reçu la vie, beaucoup de choses viennent toujours à nous détourner de ce qui était dès le début. Nous savons par notre expérience que maintes et maintes fois, nous devions être ramené à la vie, revenir à ce qui était là au début.
Si nous sommes des pères, ceux qui sont expérimentés dans la vie de l’église, notre souci sera sur la vie. Toutes les autres choses nous devons laisser tomber. Ce qui compte c’est le Christ comme la vie. Rien d’autre ne vaut son ministère mais cette vie qui était dès le commencement.
L’apôtre Jean ici est réparateur de filets . Lorsqu’il fut appelé par le Seigneur, il a été pour réparer les filets de pêche (Matthieu 4:21) « 21 De là étant allé plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père, et qui réparaient leurs filets. 4-22 Il les appela,». Son ministère il devait réparer.
En son temps, le christianisme avait déjà été endommagé. Son chemin était pour réparer la situation de la vie. Aujourd’hui, que nous avons besoin de pères de l’église afin d’apporter ce qui avez était perdu du début, la vie.

Alors pour les plus petits, que Jean dit, « 24 Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.»(1 jean 2:24). Pour faire ce qui était dès le commencement demeure en eux, signifie qu’ils devaient laisser la vie demeure en eux.
Cela les transporterait dans l’expérience que les pères avaient eue.
Jean nous dit que la vie doit être notre seule préoccupation.
Les Chrétiens sont préoccupés par les enseignements doctrinaux, comme la méthode du baptême, le port du couvre-chef, et les réunions dont la façon doit être menée. Si ces choses nous importent, nous sommes encore enfantins. Une fois que nous grandissons, nous aurons soin uniquement pour ce qui était dès le début.
Cette vie est une personne. Il est le Dieu que la semence semée dans notre être. On doit Préserver cette graine de vie, elle va grandir en nous et répandre la vie dans notre esprit « humain» et ensuite dans toutes les autres parties de notre être intérieur.
Comme le temps passe, d’autres seront en mesure de constater qu’une mesure de la vie a été ajoutée pour nous.
Au fil des ans, j’ai vu cette croissance dans la vie des jeunes dans l’église. Comment être encourager c’est de voir pas les modifications vers l’extérieur, mais la croissance de la vie au sein « de l’intérieur »!

DEMANDER LA VIE POUR LES AUTRES
 Cette vie est dans l’Esprit Saint,
 Puis en notre esprit humain,
 Puis dans notre esprit « dans l’âme »
 Puis dans notre corps physique.
Il y a toujours quelque chose d’autre à dire sur cette vie. «16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne mène point à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère, il la donnera à ceux qui commettent un péché qui ne mène point à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort; ce n’est pas pour ce péché-là que je dis de prier.» (1 Jean 5:16).
Si un frère a un problème avec le Seigneur, nous pouvons prier pour lui.
Par la prière, nous pouvons répandre son ministère sa vie.
Pour donner la vie à d’autres, requiert que nous ayons nous-mêmes plus de vie. Lorsque nous sommes remplis de la richesse de la vie, nous aurons un débordement de vie pour les autres. Il y a la nécessité de la vie conférant aux autres comme une fourniture à eux. Si nous manquons de la vie, il y aura rien à transmettre à d’autres. Si nous avons faim nous n’ont rien pour nous nourrir et nous auront rien à donner aux d’autres. Après que nous avons été richement nourris, il y aura un dépassement de capacité pour les autres.
1 Jean nous présente la vie comme une graine dans notre esprit. Cette graine se répandra à notre âme et notre corps.
Nous devons avoir une abondance de la vie et la ministrer à d’autres. Il s’agit de la bonne vie ecclésiale. Ce que les autres ont besoin, ce n’est pas d’instruction ou de correction ou de règlement, mais de l’abondance des richesses de cette vie exercée sur eux.
Dans la vie ecclésiale, nous profitons de la diffusion de cette vie dans notre esprit à notre âme et à notre corps mortel. Comme il gagne du terrain en nous, nous avons les richesses pour donner à ceux qui sont dans le besoin.

CHAPITRE HUIT
LE MYSTÈRE DE L’EAU, LE SANG ET L’ESPRIT
Lecture biblique: 1 Jean 5:6, 8-12 ; Jean 1:31-34
Le dernier mystère dans la première épître de Jean est celle de l’eau, le sang et l’esprit.
Cette épître parle des points cruciaux doctrinaux de l’écriture consiste à toucher seulement les points principaux.
Six d’entre eux que nous avons déjà vu dans les messages précédents :
• La vie,
• La bourse « développement »,
• demeurer,
• l’onction,
• la naissance divine
• et la semence divine.
Il est difficile de comprendre le sens réel de 1 Jean. Nous pouvons le lire encore et encore, sans vraiment saisir ce qui est la signification de ces termes.
Particulièrement déroutant le mystère de l’eau, le mystère du sang et le mystère de l’Esprit.
«6 ¶ C’est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l’eau et du sang; non avec l’eau seulement, mais avec l’eau et avec le sang; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est la vérité.7 Car il y en a trois qui rendent témoignage:8 l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord.»1( Jean 5:6, 8).
• Pourquoi ces trois témoins ?
• Qu’entend-on par chacun d’eux ?
Il y a différentes Écoles d’opinion pour expliquer ce que signifie l’eau et l’esprit dans ce contexte.
En ce qui concerne le sang, bien sûr, il est généralement admis que c’est le sang versé par le Seigneur Jésus sur la Croix.
Pour connaître la signification réelle de ce mystère, nous devons comprendre le concept central de cette épître.
LES PRINCIPAUX PENSEES DANS 1 JEAN
La Pensée centrale de Jean est que Dieu en son fils, car l’esprit est venu en nous comme notre vie.
Cette vie nous amène dans une bourse de recherche — entre lui et nous et aussi entre les croyants. Cette bourse est une entreprise un groupe ensemble ;
 Il est le père,
 le fils
 et l’esprit,
 et il y a les saints
 Cette bourse est réellement la vie ecclésiale.
 La vie d’église est une communauté fraternelle dans la vie divine.
Puisque nous avons reçu de Dieu la vie et la nature comme une graine de vie en nous, nous avons cette merveilleuse personne demeurant en nous comme l’Esprit Saint, une vie, un va est viens actif.
Par conséquent, il est l’onction pour nous.
Nous demeurons en lui, selon cette onction, et nous le laissons faire demeure en nous.
Par le respect de toutes les choses le dessein éternel de Dieu s’accomplira.
Ce concept central se concentre sur le fils de Dieu.
Chaque fois que le Nouveau Testament utilise ce titre, sa signification implique toujours la transmission de la vie divine. Le fils de Dieu a été manifesté dans le but de transmettre la vie divine.
«11 Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.12 Personne n’a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.13 Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit. »( 1 Jean 5:11-13).
Pourquoi, alors, avons le besoin du témoignage de l’eau, du sang et de l’Esprit ?
Il est important pour nous de comprendre cela, afin que nous puissions appliquer sa valeur ; dans le cas contraire, il nous manque quelque chose.
Oui, le fils de Dieu est venu afin que nous ayons la vie. Mais il est venu d’une manière qui intriguait les gens. Il est apparu comme un Nazaréen avec aucun honneur vers l’extérieur.
Comment pouvez-t-il se manifester que celui-ci était en fait le fils de Dieu ?
C’était de l’eau, le sang et l’esprit qui a témoigné quant à sa véritable identité.

L’EAU ET L’ESPRIT
Jean 1:31-34, nous pouvons voir comment l’eau témoigne de lui. «31 Je ne le connaissais pas, mais c’est afin qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser d’eau.32 Jean rendit ce témoignage: J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et s’arrêter sur lui.33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser d’eau, celui-là m’a dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et s’arrêter, c’est celui qui baptise du Saint-Esprit.34 Et j’ai vu, et j’ai rendu témoignage qu’il est le Fils de Dieu.. »
La première manifestation de Jésus comme fils de Dieu a été son baptême par Jean. Ce fut l’occasion quand il fut déclaré pour la première fois, «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. »
«16 Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.17 Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » (Matthieu 3:16-17).
Le baptême d’eau est monnaie courante aujourd’hui, mais pour Jean Baptiste de le pratiquer était plus inhabituel. Mais il était le fils d’un prêtre, il n’a pas grandi dans le temple, ni de porter les vêtements sacerdotaux, ni manger le régime sacerdotal.
Il est resté dans le désert, il a porté un vêtement de poils de chameau et mangeait des sauterelles et du miel sauvage (mat. 3:4) «4 Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. ».
La Manière de vivre était contraire à ce qu’on attendait de la prêtrise. Il y avait un vêtement prescrit pour les prêtres ( Exo., 40-41; Lév. 6:10 « 10 6-3 Le sacrificateur revêtira sa tunique de lin, et mettra des caleçons sur sa chair, il enlèvera la cendre faite par le feu qui aura consumé l’holocauste sur l’autel, et il la déposera près de l’autel.»), mais Jean portait une robe faite de la chevelure d’un animal impur (Lév. 11:4) «4 Mais vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue seulement. Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue: vous le regarderez comme impur. ». Il n’a pas mangé de la nourriture normale de prêtres, mais plutôt ce qu’il a trouvé dans le désert.
Cette personne étrange devait attirer la foule. Quand la foule se sont réunis, il leur à dit: « Repentez-vous! »
L’Esprit était avec Jean, et certains se repentit. Puis ils «6 et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain. » (Matthieu 3:6).
Pour Jean de baptiser était de dire que ces repentis étaient bons qu’à être enterré, qu’elles deviennent mortes.
Il devait avoir été un spectacle étrange pour ce prédicateur étrangement habillé de mettre les gens dans l’eau.
Un jour encore une autre personne arrive vers Jean pour être baptisé. Cette fois, quelque chose de nouveau est arrivée. Les autres baptêmes ont été tout à fait ordinaires, mais après cela on a été baptisé et est venu dans les eaux de la mort, l’Esprit de Dieu est descendu sur lui comme une colombe, et Jean a témoigné qu’il était le fils de Dieu.
Dans cette scène l’eau et l’esprit étaient tous deux présents à introduire ce Jésus comme rien de moins que le fils de Dieu.
Il n’était pas simplement un Nazaréen.
Ainsi que de l’eau et de l’Esprit, une voix venant des cieux a témoigné qu’il s’agissait du fils bien-aimé.

LE SANG
Comment le sang peut être témoin ?
Certaines caractéristiques très particulières ont assisté à la crucifixion du Christ.
 D’une part, il y eut des ténèbres sur toute la terre (Matthieu 27: 45) «45 Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième, il y eut des ténèbres sur toute la terre. ».
 D’autre part, les Juifs voulaient obtenir le corps de Jésus avant le prochain grand Sabbat (Jean 19:31) «31 ¶ Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, car c’était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, les Juifs demandèrent à Pilate qu’on rompît les jambes aux crucifiés, et qu’on les enlevât. ».
Ainsi, ils ont obtenu l’autorisation pour les soldats de casser les jambes des trois qui ont été crucifié afin d’accélérer leur mort. Ceci fait les soldats pour les deux voleurs. Quand ils s’approchèrent de Jésus, cependant, ils pouvaient voir qu’il était déjà mort. Au lieu de briser ses jambes, un des soldats perça le côté avec une lance ; de cette blessure, il est sorti sang et l’eau.
 Ceux-ci et autres choses qui s’est passé à causer la peur au cœur du centurion et les soldats avec qui garder Jésus, et ils crièrent, « C’était vraiment le fils de Dieu! » (Matthieu 27: 54) «54 Le centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, furent saisis d’une grande frayeur, et dirent: Assurément, cet homme était Fils de Dieu. ».Il croyait que le Nazaréen crucifié était le fils de Dieu.
Jésus, puis, il a était manifestait comme le fils de Dieu d’une manière ouverte par l’eau du baptême et l’esprit et par le sang, qu’il a versé sur la Croix,
C’est par ces trois significations que Dieu a présenté son fils à l’humanité qu’ils pourraient croire et avoir la vie éternelle.

La RÉSILIATION
Notez que l’eau mentionnée dans 1 Jean n’est pas ce qui donne la vie, mais l’arrivée de la vie.
Le message que le baptême de Jésus témoigne n’est que la résiliation de l’ancienne création. Nous devons tous être résiliés.
Ne pas vous disputez sur la forme d’immersion ou des paroles prononcer ; la Bible a peu à dire au sujet de la méthode.
Ce qui importe, c’est d’être enterré !
Dieu ne veut pas de la veille création. Si nous nous considérons comme bon ou mauvais, de haute valeur ou sans valeur, Dieu dit que tous que nous méritons d’être enterrer. L’eau du baptême signifie le jugement.
Le Jugement de Dieu est que nous et tout le reste de la veille création doivent prendre fin. C’est ce que l’eau témoigne de nous.

La RÉDEMPTION
 Pourquoi avons-nous besoin du sang ?
 Le sang est de se racheter.
Depuis la veille création, qui doit prendre fin, une partie a été prédestinée par Dieu pour être son navire. Cette partie doit être rachetée à lui. Dieu a pris soin de notre fin et de notre rédemption.
Lorsque Jésus est mort sur la Croix, sa mort tout compris a pris fin de toute la création ancienne, y compris le vieil homme et la chair.
Dans le même temps, il a versé son sang pour échanger en retour de ce que Dieu avait choisi.

La GERMINATION
 Pourquoi avons-nous besoin du témoignage de l’Esprit ?
 Pour avoir le Germe de l’Esprit.
Nous avons pris fin, mais nous avons été également tracées avant la Fondation du monde.
Parce que Dieu nous a choisis, il nous a rachetés. Cependant, nous étions sans vie à cause Du pèche. Quand l’Esprit est venu, il a semés des graines à germer.
 La semence est le fils de Dieu.
Aujourd’hui nous sommes vivant, il se déplacer et agit dans l’Esprit.
 Aujourd’hui, l’Esprit Saint est l’Esprit de la vie.
Cette vie est la graine en germination en nous.
 Nous avons été résiliés, rachetés et germés.
Ce germe de vie doit être au sein de nous la source de notre vie et de toutes nos actions, même notre respiration.
 C’est le message de l’apôtre Jean.
Oui, cette épître nous apprend à s’aimer les uns les autres , mais il n’y a pas ici des exhortations autant qu’il existe dans la plupart des autres épîtres. Il touche le germe de base, pas le faire vers l’extérieur.
Le Seigneur Jésus est venu à nous à travers l’eau, nous clôturant de la mort ; dans le sang, et notre ; et dans l’Esprit, il y a de la germination en nous.
Une fois que nous voyons que nous avons pris fin, et que Dieu a choisi et nous échangés de la mort contre la vie en nous, et qu’il veut apporter à la fécondité de la vie qu’il a germé en nous, nous allons cesser nos pratiques humaines.
 Dès qu’il vit, nous vivrons avec lui.
 Quand il se déplace, nous nous déplaçons avec lui. Quand il travaille, nous travaillons avec lui.
 Quand Il s’agit de la vie, ce qui était dès le début.
Ce concept central nous sauvera de la culture, de la religion, des doctrines et des pratiques humaines et du monde. Tous ceux-ci sont des distractions de la vie qui était au commencement. Cette vie est le fils de Dieu, qui est aujourd’hui l’Esprit tout compris, vivant en nous comme le germe de la vie. Il travaille en nous pour accomplir le dessein éternel de Dieu, que nous pouvons tous parvenir à ce but glorieux. Il n’y a pas besoin de nous préoccuper de ceci et cela. Nous pouvons nous concentrer toute notre attention sur les semences.
Puis notre croissance dans la vie sera assurée.

PAS DE RELIGION
Qu’est-ce la religion !
Lorsque j’étais enfant dans la foi, j’ai entendu les histoires de l’ancien Testament et les histoires de Jésus. J’ai aussi entendu les doctrines et j’ai travaillé à apprendre la doctrine. J’ai été baptisé dans une église, mais cette loi était sans importance. Je ne voyais pas du tout les signes de la croissance spirituelle à ceux qui étaient membres, même après de nombreuses années. Nous étions tous dans la pratique de la religion, et notre condition était pitoyable.
Plus sous la direction de l’Esprit nous avons commencé a rentrer Dans la vie ecclésiale appropriée, on a commencé a planter est on a eu de la germination.
Nous ne pouvons des années rester les mêmes.
Même après deux semaines une fois qu’il y a gémination, il y a une différence. Après deux mois, il y aura une différence encore plus grande. Il y aura une croissance constante dans la vie. L’église pratique est de faire clore les gens, afin de les amener a être racheté et à germer dans la vie !
La vie ecclésiale n’est pas une question d’enseignements, ou de pratiques ou des règlements.
 Il s’agit de se résilier, de vivre le rachat et de la croissance à travers la germination — l’eau,
 le sang
 et l’Esprit.
 Il s’agit de la façon dont le fils de Dieu nous est parvenu.

CHAPITRE NEUF
SEPT QUESTIONS DES SEPT MYSTÈRES
Lecture biblique: 1 Jean 2:13-17 ; 3:8 ; 4:4 ; 5:18-21 ; 2 Jean 9-11 ; 3 Jean 9-10
Nous avons maintenant terminé les sept mystères mentionnées dans 1 Jean:
(1) de la vie ;
(2) bourses de recherche ;
(3) demeurer ;
(4) l’onction ;
(5) la naissance divine ;
(6) la semence divine ;
et (7) l’eau, le sang et l’esprit.
Si nous sommes dans la réalité de ces mystères, il y aura sept choses qui nous caractérisent.
I. LES DISTINCTIONS DANS LE NIVEAU DE VIE
II. UN TÉMOIGNAGE DE LA VICTOIRE
III. VAINCRE LE MONDE
IV. PAS TOUCHÉ PAR LE MALIN
V. NE PAS AYANT DES IDOLES
VI. REJETANTS ANTICHRISTS
VII. NE PAS SUIVRE CEUX QUI SÈME LA DISCORDE

I. LES DISTINCTIONS DANS LE NIVEAU DE VIE
Premièrement Il devrait y avoir de la croissance dans la vie ecclésiale. Il arrive trop souvent pour les chrétiens de rester les mêmes années après année.
Si nous sommes encore de la même façon dont il y a dix ans, chacun d’entre nous sera jamais au même niveau que la vie est concernée.
C’est une mauvaise situation qui indique un manque de croissance.
Parmi nous, il faudrait des pères, des hommes jeunes et des petits enfants.
Si nous sommes enregistrés il y a quelques années, vous ne devriez pas toujours être un chrétien pâle, seulement capable d’appeler, « Abba, père. »
Vous devez être fort, avoir la parole de Dieu qui demeure en vous et en surmontant le malin (1 Jean 2:14) «14 Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin ».
En se nourrissant, et être arrose, et éclairer par la Bible, vous devriez être capable de témoigner et de plus être renforcées de toutes les choses mondaines qui nous font la guerre sous nos pieds.
 Avez-Vous atteint un tel stade ?
Dans la vie ecclésiale, nous devrions être capables de voir les trois stades de croissance.
Les Nouveaux convertis devraient naître au milieu de nous, et devenir des petits enfants, connaissant le père (1 Jean 2:13) « 13 Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père.».
Comme dans une famille, nous aimons, nous soignons et protégeons ces petits enfants , qui sont animés et même parfois coquins. Mais nous devons aussi ceux qui sont d’un autre niveau, jeunes hommes, assez forts pour combattre l’ennemi et de protéger l’Eglise contre toute attaque. Ils doivent être forts dans la parole, capable de résister au monde, de résister du système satanique qui frustre les gens du dessein de Dieu et de jouir de lui. Enfin, nous devons aussi également ceux au plus haut niveau, les pères, qui gardent l’enseignement des apôtres du début.
La vie éternelle, c’est ce qui était dès le début.
Le fils de Dieu que l’Esprit qui donne la vie est à l’origine de toutes choses. L’origine de l’église de la sainteté, de notre nouvelle naissance et de notre croissance est la vie.
En raison de leur expérience, les pères de l’église ont appris à rester avec la vie.
Quand d’autres personnes aller vers eux pour argumenter sur les doctrines ou obtenir de l’aide avec un problème dans leurs relations familiales, ou autres les pères toujours apporte ces curieux à dos à la vie.
Pour que ces trois niveaux dans l’église, la vie est une question des sept mystères que nous avons examiné.
Nous allons le voir dans l’église quelques nouveaux née ces petits enfants animé et vivant, les jeunes hommes forts peu vigilants et quelques pères riches en vie.
II. UN TÉMOIGNAGE DE LA VICTOIRE
Deuxièmement Une autre question qui sera un témoignage fort que celui qui est en nous est supérieure à celui du monde. Nous allons entendre les témoignages de la victoire, qui déclarent à tout l’univers que le Dieu qui est en nous est le plus grande que l’autre , Satan, qui est dans le monde.
Ces victoires dans notre vie de famille, dans la vie de notre travail et dans notre vie parmi les plus anciennes sont le résultat des sept mystères. Nous allons tous se rendent compte que le cher Christ qui demeure en nous, jusqu’à maintenant l’emporte sur Satan.
Ce témoignage victorieux n’a pas pu être si l’église est simplement une doctrine. Nous pouvons témoigner que notre Dieu est le plus grand, parce que nous le connaissons dans ces sept façons.

III. VAINCRE LE MONDE
Troisièmement, il n’y aura pas de place pour le monde. Sans être exhorté il ne faut pas avoir de l’amour du monde, le monde n’a aucune prise sur elle l’église Parce que qu’elle contient le germe divin de la vie, l’église n’aura aucune part dans le monde.
La distinction va plus loin on n’a pas de part avec le monde de plus il ne faut pas aimer le monde.
« Que ce soit, est né de Dieu vaincra le monde… celui qui est engendré de Dieu veille sur lui, et qu’un méchant lui ne touchent pas » «4 parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. 18 ¶ Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. » (1 Jean 5:4, 18). Le maintien ou la mise en garde mentionné ici est principalement du monde.
Le monde est un système satanique qui a tout le monde, y compris les chrétiens pris au piège.
Le seul moyen de sortir de ce piège est par le germe de la vie en nous.
Si l’église pratique les sept mystères, en revanche, tout le monde seront remplis de vie.
Ils entendront le petit mot « non »le « petite voix » chaque fois .Un des mots le plus courants, le Seigneur leur dit est « non ». Quand ils ont finalement rejoins la direction c’est aller de pair avec la contrainte intérieure, ils auront un amen au sein. Puis leur réaction sera, « Louez le Seigneur! »
 Qu’est ce qui vient de l’intérieur qui parle parlant ?
 C’est la vie.
Cette vie est la substance de ces mystères. Car la vie se développe, et ainsi nous allons être sauvés du monde. « le mot sauvetage» n’est pas le meilleur mot ici. Nous allons plutôt dire élever au-dessus, ou émerger au-dessus du monde.
Nous sommes l’usine de Calamus, qui nous tir hors de la situation boueuse dans le ciel clair. « le calamus » une des quatre ingrédients de l’onguent « l’onction »
La troisième épice était le calamus, un roseau qui se développe hors des endroits boueux élevés dans les airs. Cela parle de la résurrection. La résurrection du Seigneur était comme un roseau qui tir de la situation boueuse de la terre vers le ciel clair.

Il s’agit de la résurrection.
Quand on regarde vers le bas du ciel, on doit voir comment on est petit, comment pathétique et comment est le monde. Nous allons demander comment nous pourrions jamais pensé qu’il attrayant. Ainsi, l’Église toute entière se lèvera et marchera au-dessus du monde.

IV. PAS TOUCHÉ PAR LE MALIN
Quatrièmement, Satan ne peut pas toucher une telle église. Il est sorti pour faire des gains, mais il a constaté que, chaque fois qu’il touche à cette église, il subit une perte.
Même s’il est invité par quelque personnes, il restera loin !
1 jean 5:18 conclut, «18 ¶ Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. » « mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas»
C’est le seul verset dans la Bible qui contient une telle déclaration.
Nous devons prêter attention à ce que dit ce verset.
Aujourd’hui, sur cette terre, seule l’église peut être une menace pour Satan ! Même dans une ville mauvaise comme Paris ou New Elle dira à ses démons à rester à l’écart il restera à distance pour faire face à notre ennemi, si nous sommes à court de vie, ou à court de ces sept mystères on sera vaincu. Si nous sommes remplis avec les sept mystères, 1 – de la vie ;2 – bourses de recherche ;3 – demeurer ;4 – l’onction ;5 – la naissance divine ; 6 – la semence divine ;et 7 – l’eau, le sang et l’esprit. Satan va rester à l’écart pour éviter la catastrophe.
V. NE PAS AYANT DES IDOLES
Cinquièmement «21 Petits enfants, gardez-vous des idoles.» ce sont les derniers mots de 1 Jean (5:21).
On dirait une conclusion étrange, après la mention des sujets merveilleux de la vie, de la bourse développement, demeurer, l’onction, la naissance divine, la semence divine et l’eau, le sang et l’esprit.
Quels sont les idoles ?
Notez le verset précédent. «20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. 5-21 C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. » (1 Jean 5 v. 20).
Les Idoles, nous pouvons voir cela dans le contexte, ce sont tout ce qui n’est pas le vrai Dieu Tout ce qui est contre cette vie intérieure.
Qu’est ce qui est le vrai Dieu ?
Il est le Dieu expérimentés par nous comme notre vie de manière pratique.
Cette vie est une graine, dans une vie qui domine le monde, et que Satan n’ose pas toucher. Cette vie est en nous et est le vrai Dieu.
Est-ce que le Dieu que vous adorez est dans les cieux ?
Le Dieu dans 1 Jean est en nous comme notre vie, vaincre le péché, vaincre le monde et résistera au Satan.
Cette vie est le vrai Dieu ; tout ce qui n’est pas de ce vrai Dieu dans notre expérience de vie est une idole.
Tous ce qui n’est pas de la volonté de DIEU c’est une idole .La même chose peut être vrai en ce qui concerne vos achats. Si vous ramener à la maison quelque chose de vos achats, que le Seigneur a dit non, ce que vous êtes ramené chez vous une idole. Cela pourrait même être une Bible de cuir.
Si le Seigneur à l’intérieur vous dit non, et pourtant vous insistez pour l’acheter, même cette Bible est devenue une idole pour vous. Tout ce qui est contre cette vie intérieure, à ses yeux est une idole.
 Aujourd’hui notre Dieu n’est pas seulement le créateur,
 vivant dans les cieux.
 Il vient de traverser l’eau,
 le sang
 et l’Esprit
 et qui est maintenant la semence,
 vivant à l’intérieur de vous.
 C’est le vrai Dieu et la vie éternelle.
 Rien d’autre que c’est une idole.
 Mais Enfants, gardez des idoles.

D’avoir une idole, il n’y a pas besoin de vous rendre dans un temple païen. Tout ce que vous prenez quand il a dit non est une idole.
 Une idole en principe est quelque chose qui se substitue à Dieu. Le vrai Dieu est la vie éternelle simplement.
 Tout ce qui prend la place de cette vie est une idole.

VI. REJETANTS LES ANTICHRISTS
La sixième question des mystères se trouve à 2 Jean 9: «9 Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.»
Le mot « ne demeure » est précisément « sort » ou « va trop loin ».
Ce qui signifie aller trop loin et ne demeure pas dans la doctrine du Christ.
La doctrine du Christ est que Christ, le fils de Dieu, a été incarné et, après trente-trois ans et demi de vivre sur cette terre, fut crucifié à notre place, verser son sang pour nous racheter ; Il a été enterré et est né d’entre les morts pour devenir l’Esprit qui donne la vie ;
Aujourd’hui, nous avons son sang et son Esprit. Ceux qui sont allés trop loin et ne respectent pas cette doctrine ne croient pas que le Christ est le fils de Dieu ; qu’il est venu comme un homme pour notre rédemption ; qu’il a versé son sang pour nos péchés ; et qu’il est ressuscité d’entre les morts pour se répandre comme la vie en nous.
Ce qu’ils enseignent, c’est que Christ est tout simplement un homme qui a vécu une vie bonne et nous montrer l’exemple à suivre.
Remarquez comment l’apôtre Jean dit que ces gens doivent être traités: «10 et lui dit: Tout homme sert d’abord le bon vin, puis le moins bon après qu’on s’est enivré; toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à présent.11 Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. » (Jean 2: 10-11). Les gens comme ça sont ceux que Jean appelle antéchrists.
Ils peuvent s’appeler Chrétien et se considèrent comme partie de la chrétienté, mais ils nient la divinité du Christ, sa rédemption, sa résurrection et même sa naissance virginale.
Ils sont en fait blasphème contre lui.
Dans cette catégorie de ceux qui sont allés trop loin et ne sont pas respectueux dans la doctrine du Christ les témoins de Jéhovah, les Mormons et les modernistes. Tous ceux-ci sont des antéchrists.
Si l’église pratique ces sept mystères,
1. Le mystère de la vie
2. Le mystère de la communion
3. Le mystère du respect
4. Le mystère de l’onction
5. Le mystère de la naissance Divine
6. Le mystère de la semence Divine
7. Le mystère de l’eau, le sang et l’esprit
Elle ne tolérera pas ces gens-là.
Il y aura une ligne claire, parce que l’église reconnaît que ceux-ci n’ont aucune onction.
Le corps ne peut pas prendre la présence de cadavres, la vie plus que nous serions en mesure de dormir dans une pièce où il y avait un cadavre !

VII. NE PAS SUIVRE CEUX QUI SÈME LA DISCORDE
Septièmement Le dernier numéro se trouve dans 3 Jean 9-10: «9 ¶ J’ai écrit quelques mots à l’Eglise; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point.10 C’est pourquoi, si je vais vous voir, je rappellerai les actes qu’il commet, en tenant contre nous de méchants propos; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l’Eglise.»
On ne sait pas Si Diotrèphe, était un vrai chrétien, mais il était celui qui aimait avoir la première place dans l’église. Il était celui qui domine l’église dans laquelle il a été, rejetant les apôtres et quelques bons saints et éloigner des croyants hors de l’église. Vous pouvez penser qu’il s’agit d’un cas extrême, mais la même chose est toujours en vigueur aujourd’hui.
 Quelle est la cause de division ?
C’est principalement à cause de la rivalité pour « la place de chef ». « Je veux être le chef. Je ne serai pas sous vous. Si je ne suis pas numéro un, j’élèverai un autre groupe afin que je puisse être en place. »
Personne, bien sûr, ouvertement ne fera une telle déclaration. Il va porter un manteau magnifique et se cacher derrière lui est bien sur accuser pour avoir causé la division.
Mais comme une vraie église, plein de vie, nous pouvons voir à travers son prétexte vers l’extérieur.
Par conséquent, nous rejetons « les antichrists » et « les Diotréphès ». Si nous refusons de suivre les dirigeants autoproclamés, il n’y aura pas de toutes les divisions. Christ est notre seul chef.

VIII. UN RÉSUMÉ
Ceux-ci, alors, sont les sept questions qui découlent des sept mystères.
1. Le mystère de la vie
2. Le mystère de la communion
3. Le mystère de demeurer
4. Le mystère de l’onction
5. Le mystère de la naissance Divine
6. Le mystère de la semence Divine
7. Le mystère de l’eau, le sang et l’esprit

 Tout d’abord, il y aura de la croissance qui apporte dans les distinctions dans la vie entre les plus petits, les plus jeunes et les pères.
 Deuxièmement, il y aura un témoignage fort de la victoire sur le malin.
 En troisième lieu, l’église se lèvera hors du monde.
 Quatrièmement, Satan n’osera pas toucher à l’église.
 Cinquièmement, nous nous tiendrons des idoles.
 Sixièmement, nous n’aurons rien à voir avec les antéchrists.
 Septièmement, nous ne donnerons pas une suite à celles et ceux qui sème la discorde.
Ces questions sont le résultat de la vie.
 Ils ne peuvent pas être causés effectués par les règlements.

 Ils résultent de notre être dans la réalité des sept mystères :
 la vie ;
 La Bourse de recherche de la communion ;
 De demeurer ;
 De l’onction ;
 De la naissance divine ;
 De la semence divine ;
 et de l’eau, du sang et de l’esprit.

MOTS CLES  église chretienne évangélique morestel France Dieu Jésus foi bible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.