point délicat- la Délivrance

Livre sur la Délivrance
ACCOMPAGNER UNE PERSONNE DANS UNE DÉMARCHE DE DÉLIVRANCE

Écrit par Jérôme DOLEAC

Sommaire
ACCOMPAGNER UNE PERSONNE DANS UNE DÉMARCHE DE DÉLIVRANCE PAGE 1
1. Comment Jésus opère dans la délivrance ? 3
1.1 Premier principe : SOUMISSION A L’AUTORITE 3
1.2 Deuxième principe : LA SUPREMATIE 3
1.3 Troisième principe : REVENDIQUER SON DROIT 4
2. Comment procéder dans la délivrance 5
2.1 Recueillir des informations 5
2.2 Prendre conscience des erreurs 6
2.3 Se détourner des erreurs 8
2.4 Briser les obstacles et les liens 8
3. La prière de délivrance – confronter les esprits mauvais 9
A. Discerner le ou les esprits – reconnaître s’il y a un esprit 9
B. Les réduire au silence 12
4 Remarques sur la pratique de la délivrance 17
4.1 Une délivrance ne se déroule pratiquement jamais de la même manière 17
4.2 S’assurer que la personne est réellement et sincèrement prête à abandonner son péché 18
4.3 La personne doit décider de pardonner 19
4.4 Faire une distinction nette entre la personne. ses actes. et l’esprit impur 19
4.5 Encourager la personne à demander elle-même la délivrance 20
4.6 Rester centré sur Jésus, le Saint-Esprit, le Père 20
4.7 Prendre soin de la personne 20
4.8 Savoir reconnaître ses limites 21
5. Attitudes par rapport à la personne 22
5.1 Les questions doivent respecter la personne 22
5.2 Savoir ECOUTER avant de parler 23
5.3 Déculpabiliser 24
5.4 Exercer l’encouragement 24
6. Quelques conseils 25
7. Former des équipes de guérison et de délivrance dans l’Eglise 26
7.1 L’observation 26
7.2 L’expérimentation 26
7.3 La participation 27
7.4 La mise en pratique pour former des disciples 27

1. Comment Jésus opère dans la délivrance ?

1.1 Premier principe : SOUMISSION A L’AUTORITE

 Jésus ne fait rien et ne dit rien qu’Il ne voit faire ou entend dire auprès du Père.
 Principe de soumission à l’autorité supérieure.

 En tant que chrétien, nous n’avons d’autorité que par délégation de Jésus.
Notre attitude de soumission par rapport aux autorités spirituelles dans l’église est le témoin, le signe de notre soumission à Jésus.
 Il est important de rester en soumission mutuelle dans le corps pour exercer l’autorité.

Jésus précise qu’une maison divisée contre elle-même ne peut subsister.
Veillons à l’unité de la maison de Dieu dans l’engagement contre les esprits mauvais.

1.2 Deuxième principe : LA SUPREMATIE

 C’est Jésus qui est Seigneur et il est un Seigneur victorieux.
 C’est lui qui a l’initiative et qui donne les directives.

Pour notre part, il nous faut exercer cette initiative sur les démons selon les directives données par le Saint-Esprit.

A. Jésus interdit aux démons de parler, sauf ordre de sa part :
(Luc 4 :41) « Des démons aussi sortirent de beaucoup de personnes, criant et en disant : « Tu es le Fils de Dieu ». Mais il les menaçait et NE LEUR PERMETTAIT PAS DE PARLER parce qu’ils savaient qu’il était le Christ. »

 Nous n’avons pas à laisser« la vedette» au diable.

Jésus doit être glorifié au travers de la libération.
Le diable est là pour s’en aller et être vu vaincu, et non pas posant des conditions ou en racontant ses histoires mensongères et mauvaises.

B. Jésus commande aux démons de sortir du corps :
(Marc 9 :25) Jésus voyant accourir la foule, menaça l’esprit impur, et lui dit : « esprit muet et sourd, JE TE L’ORDONNE, sors de cet enfant et n’y entre plus. »

C. Jésus menace l’esprit :
(Marc 9 :25) « Jésus, voyant accourir la foule, MENACA L’ESPRIT IMPUR et lui dit : Esprit muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant, et n’y rentre plus. »

(Luc 9 :42) Comme il approchait, le démon le jeta par terre, et l’agita avec violence. Mais JESUS MENACA L’ESPRIT IMPUR, guérit l’enfant, et le rendit à son père.

D. Jésus chasse les esprits par sa parole :
(Mat 8 : 16) « Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques.IL CHASSA LES ESPRITS PAR SA PAROLE et il guérit tous les malades. »

E. Jésus chasse les démons par le Saint-Esprit :
(Mat 12 :28) « Mais, si C’EST PAR L’ESPRIT DE DIEU QUE JE CHASSE LES DEMONS, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. »

1.3 Troisième principe : REVENDIQUER SON DROIT

F. Jésus interdit aux démons de retourner dans le corps de la personne :
(Marc 9 :25) « Jésus, voyant accourir la foule, menaça l’esprit impur, et lui dit : Esprit muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant, ET N’Y RENTRE PLUS. »

G. Jésus chasse les démons à distance :
(Marc 7 :29) « Alors il lui dit : à cause de cette parole, va, le démon EST sorti de ta fille. »

 Cette femme est venue trouver Jésus, sa fille est à des kilomètres de là, et pourtant, le démon est sorti à l’heure même.

H. Jésus nomme le démon – (pas dans tous les cas)

2. Comment procéder dans la délivrance

 Une approche méthodique et qui peut être systématique permet de ne pas laisser dans l’ombre qui pourraient apporter un indice ou une aide dans la délivrance.

Le schéma suivant définit une démarche possible que l’on peut adapter selon les situations et les besoins :

2.1 Recueillir des informations

 Avoir un entretien devant DIEU ET DEMANDER pour connaître la personne et son vécu :
– Discerner les points fragiles de sa vie, les «portes d’entrée» possibles pour les démons, et les liens et les droits qu’a le diable « avoir les clés de prière » afin de lier et de déliés pour supprimer ces droits
– Rechercher le plus d’informations possibles qui peuvent éclairer sur la situation spirituelle de la personne et de sa famille voir aussi les péchés »le but et de ôter un maximum de voile ».
– Connaître les antécédents familiaux qui va permettre de remonter aux sources de problèmes liés à l’hérédité spirituels.
-C’est mieux de le faire a plusieurs en équipes « afin de avoir de l’expérience pour l’héritage du corps local »
-Marquer sur une feuille

 La personne est un tout et des informations relatives à la santé physique ou psychologique, son mode de vie, ses habitudes, ses relations, ses opinions, ce qu’elle pense et ressent permettent de se faire une idée globale de sa situation « souvent ce que nous voyons sont les symptômes pas les sources. »

La recherche d’informations est toujours l’écoute du Saint-Esprit qui montre là où se trouvent des erreurs et des déviations qui doivent être redressées. La connaissance «naturelle» des choses est utile, elle ne remplace « la direction du saint Esprit » par une parole de connaissance, une vision, donnée par le Saint-Esprit, dans une situation où une simple question permettrait d’avoir l’information.
Par expérience les personnes peuvent vous dirent et vous réaliser ce que le SEIGNEUR à donner est contraire ce que la personne peut dire ou affirme, Mais après un temps de recule ce que le Seigneur a montrer cela ce révèle.
-Toujours prendre tu temps devant Dieu pour se remplir est être en accord avec le Seigneur.

2.2 Prendre conscience des erreurs

 Détecter les fausses conceptions :
– de Dieu,
– de soi -même,
– de la réalité des choses de la vie de la personne et en particulier l’auteur des problèmes rencontrés,
– de la responsabilité de la personne dans son problème.
-du péché
-Prendre conscience de la conversion de Dieu

 Corriger les visions erronées et enseigner la personne avec la parole de Dieu.
Cela peut prendre du temps et donc retarder le temps où il sera peut-être nécessaire de prier pour briser les liens et chasser les démons.
Il est important de ne pas vouloir aller trop vite. Aller trop vite risque d’endurcir la personne face à des situations qui n’évoluent pas du fait de la persistance de péchés ou de comportements mauvais non corrigés.

 Pardonner à ceux qui nous ont offensés
Sinon nous risquons d’être livrés aux« bourreaux» (tourmenteurs) – Mat 18 :35.
De cette façon nous enlevons le droit aux démons de nous accuser et nous nous affranchissons des liens de la colère, de l’amertume, de la haine.
On laisse le Dieu d’Amour travailler souverainement en nous.

 Confession des péchés

 Repentance
Cela peut comporter la séparation d’avec des objets familiers utilisés pour pratiquer le péché.

Les objets et leur pouvoir :
 Se débarrasser de tous les objets ayant servis de support à des pratiques occultes ou utilisés par des démons.
– Planchette Oui-JA
– Amulettes
– Médaillons du zodiaque (2Rois 23 :4-5)
– Livres occultes
– grimoires
– textes de prières à des  » saints  » ou des démons
– statues

 Les objets n’ont pas de pouvoir en tant que tel, mais des esprits mauvais peuvent leur être attachés.
Par exemple :
– les autels de démons (Baals ou autres)
– les poteaux d’ Achéra
– les statues des idoles (idole d’Astarté – 2 Rois 17 : 16)
– l’étoile du dieu Remphan (Act 7 :43)

 En  » utilisant  » les objets, on fait appel au démon qui leurs sont associés, parfois sans le savoir !
(1 Cor 10 :20) Je dis que CE qu’on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu. Or, je ne veux pas que vous soyez en communication avec les démons
 Ceci montre que la pratique de dévotion d’objet ou l’offrande de sacrifices (vivants) permet d’entrer en communion avec des démons.
(1 Cor 10 :21)Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et coupe des démons. Vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons
 Deux types d’objets :
La coupe (où est versé le sang de la victime)
La table (l’autel du sacrifice)

 Se débarrasser des objets montre la détermination de la personne et permet que de liens occultes soient brisés.
Voir le mouvement de repentance et de purification manifesté à Ephèse lors de la prédication de l’Evangile (Act 19 :18-20)

2.3 Se détourner des erreurs

 Soumission à Jésus-Christ dans tous les domaines de la vie.
 Consécration.
Se donner à Jésus-Christ dans tous les domaines de son être et de sa vie. S’engager à marcher selon sa volonté dans la lumière et plus dans les ténèbres.

2.4 Briser les obstacles et les liens

 Se mettre ainsi que la personne et les personnes proches sous la protection et l’autorité de Jésus.
Invoquer la puissance du sang de Jésus.
Ce n’est pas un acte « magique» ou superstitieux, mais qui rappelle que nous avons vaincu satan à cause du sang de l’Agneau (Jésus) – Apo 12 : 11 ­

 Demander la révélation des choses cachées et des esprits mauvais en présence ou à l’œuvre.
C’est le Saint-Esprit qui est la source de la révélation et qui distribue les dons souverainement (1 Cor 12: 11)

 Briser les liens existants sur la vie de la personne :
– hérédité occulte,
– du fait de péchés répétés,
– liens dans la chair.

 Fermer les « portes d’accès » aux démons.
Une porte est une pratique mauvaise ou une habitude qui a permis à un démon de prendre un droit sur la vie d’une personne. Soit dans son corps, soit dans son âme, soit dans son esprit (pour les incroyants).

 Prier, ordonner aux démons de s’en aller au fur et à mesure que Dieu les révèle.

3. La prière de délivrance – confronter les esprits mauvais

A. Discerner le ou les esprits – reconnaître s’il y a un esprit

 Les liens qui peuvent exister sur la vie d’une personne doivent être brisés au nom de Jésus.
Les esprits mauvais sont chassés.
Il est utile de faire la différence pour ne pas créer de confusion dans la pensée de la personne et dans la situation présente.
 D’autre part, parler de « démonisation » à quelqu’un qui doit marcher dans l’obéissance et la sanctification déresponsabilise la personne et la garde ou la rend fragile spirituellement. Elle est maintenue en situation « d’assisté spirituel »
Nous devons aider les personnes à être des chrétiens mûrs et responsables, et donc les placer en face de leurs choix et de leurs responsabilités.

 Quand un démon se manifeste, généralement :
– La plus grande partie de la personnalité de la personne change
– Cela se voit dans les yeux – par exemple :
* les yeux se roulent, les yeux se révulsent (on ne voit plus le blanc), les yeux s’abaissent,
* il y a « un voile » sur les yeux,
* les pupilles se dilatent.
– Il y a des manifestations physiques – par exemple – (liste non exhaustive)
* chutes,
* expression violente,
* agitation – excitation – tremblements,
* respiration très forte et agités,
* ramper par terre,
* raideur des membres,
* sensation de froid, de chaud,
* parfois volonté de destruction ou d’attenter à la vie de la personne «démonisée »
* parfois odeurs désagréables.
– La voix est «transformée » – le démon parle par la personne (Luc 4 :33-34 ; Luc 4 :41)
* cris,
* la voix devient forte, ou ne ressemble pas à la voix normale de la personne,
* la personne prononce des paroles contraires à ses propres «normaux» ou blasphématoires
* menaces proférées à l’encontre des personnes.
– Discernement surnaturel démoniaque manifesté
Ex: Le démon reconnaît la nature et la mission divine de Jésus sans que la personne ne l’ait rencontré auparavant (Luc 4 :34),

Connaissance et révélation de choses cachées à ceux qui prient pour la personne.
ATTENTION !
Ces réactions peuvent être des signes de manifestations d’esprits mauvais, mais ne traduisent pas une démonisation systématiquement, chaque fois qu’elles se produisent.

 Le fait d’avoir le discernement d’un esprit n’implique pas obligatoirement d’agir immédiatement pour le chasser. Il faut demander à Dieu la sagesse selon laquelle il faut agir.
Il faut agir sous la conduite du Saint-Esprit :
Le discernement ne nous autorise pas à tout faire selon nos désirs. Il faut faire ce que le Seigneur veut faire, Lui seul connaît toutes les implications que les actes auront dans la vie de la personne et peut ainsi agir au mieux pour elle. Rappelons-nous que la délivrance est une des expressions de la grâce et de l’amour de Dieu et l’amour ne cherche pas son intérêt mais celui de l’autre.

La délivrance ne sert pas à nous mettre en avant et montre notre «ministère », mais sert à montrer et glorifier Dieu.
Il est parfois préférable lorsqu’on reçoit le discernement d’un esprit, de prier et combattre dans l’intercession, même sans que la personne le sache pour sa libération.
Il se peut fort bien que la personne soit déliée et libérée sans même avoir été informée auparavant.
Là encore, il faut la sagesse du Saint-Esprit pour connaître la meilleure façon d’agir.

Pour discerner les mauvais esprits et leurs effets

1. La manifestation des esprits

 Les esprits agissent et réagissent selon leur nature quand la manifestation est visible.
Leur action trahit leur nature :
A leur contact, il y a une réaction dans notre esprit, selon la nature de l’esprit en présence (par exemple : colère, impureté, haine, culpabilité, doute, rejet, …).
Le Saint-Esprit nous montre alors que l’impression ressentie sur notre âme est celle de l’influence de ce démon. Ces impressions sont contraires au désir de notre cœur et trahissent l’œuvre et la nature de l’esprit agissant.

 Apprendre à écouter et observer les personnes qui demandent de l’aide à l’éclairage du discernement et de la connaissance du Saint-Esprit.

Les yeux sont souvent des lieux où les démons se trahissent, par l’expression qui est communiquée par le regard.
On y lit par exemple : la peur, la haine, le meurtre, l’impureté, l’angoisse, le désarroi, …
 Toujours regarder la personne, regarder également ses yeux, ils sont comme les «fenêtres du corps» par lesquelles les démons se manifestent aussi.

2. Les comportements anormaux

 Traduisent aussi la présence ou l’action de mauvais esprits.

a. Blocages physiques
(Mat 12 :22) Alors on lui amena un démoniaque aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait.

b. Manifestation de violence
(Luc 9 :42) Comme il approchait, le démon le jeta par terre, et l’agita avec violence. Mais Jésus menaça l’esprit impur, guérit l’enfant, et le rendit à son père.
(Luc 4 :35) Jésus le menaça, disant : Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l’assemblée, et sortit de lui, SANS LUI FAIRE AUCUN MAL

c. Tourments
(Mat 15 :22) Et voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria : Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est CRUELLEMENT TOURMENTEE PAR LE DEMON.

B. Les réduire au silence

 Si les démons veulent parler ou négocier avec nous sans que l’on ait demandé leur nom.

 S’ils« prophétisent» ou parlent de choses inutiles.
 il est vraisemblable qu’alors ils veulent nous tromper et nous égarer.

 S’ils poussent des cris et attirent l’attention sur eux.
 La personne de Jésus doit être glorifiée au travers de la délivrance.
Tout ce qui attire l’attention sur autre chose doit être évité.

Remarques générales :
A. Les démons parlent parfois :
(Act 8 :7) Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques. en poussant de grands cris. et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris.
(Marc 1 :26) Et l’esprit impur sortit de cet homme, en l’agitant avec violence, et en poussant un grand cri.
(Marc 3 :11) « Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui, et s’écriant : Tu es le Fils de Dieu. »
(Marc 5 : 12) « Et les démons le prièrent, disant : Envoie-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux. »
 Leurs cris manifestent :
– leur sortie du corps de la personne,
– ou la reconnaissance de l’autorité et de la seigneurie de Jésus.

B. Il est possible que l’on soit conduit à demander le nom du démon
(Mc 5 :9) C’est le seul cas où il est possible de pouvoir parler.
Il est bon cependant d’exercer le discernement que donne le Saint-Esprit afin de découvrir des mensonges éventuels. En règle générale, il vaut mieux dépendre du Saint-Esprit pour cela que des démons, même sous notre autorité !

C. Consacrer les personnes au Seigneur Jésus
 Placer la personne et ceux qui prient sous la protection assurée par le sang de Jésus, ainsi que toutes les personnes de nos familles, ceux qui sont en relation avec les personnes en présence.
Demander la protection sur les membres de la famille de la personne et interdire des « transferts », que le démon se rabatte sur un autre membre de la famille – en particulier les « esprits familiers » attachés héréditairement à une famille.
 Demander la protection sur tout l’être, esprit, âme et corps, afin d’éviter les blessures faites par les démons.
Voir (Luc 9 :39) Un esprit le saisit, et aussitôt il pousse des cris : et l’esprit l’agite avec violence, le fait écumer, et a de la peine à se retirer de lui APRES L’AVOIR TOUT BRISE (OU MEURTRI).
 Cela peut se produire par des chocs ou des chutes provoquées par le démon, mais aussi par leur pouvoir de faire le mal et meurtrir la chair et l’âme.

 Proclamer que le corps de la personne est le temple du Saint-Esprit et que seul le Saint-Esprit a le droit d’y habiter (ICor 3 :16; 6-19).

 Rappeler que la personne appartient à Jésus et qu’elle lui a été consacrée, qu’elle a elle-même décidé de lui appartenir. Le diable n’a plus de droit sur elle (Ro . 12 :1-2 ; Ga 2 :20).
 Le mieux est de demander à la personne de le proclamer et participer ainsi à sa délivrance.

D. Les réduire à l’impuissance

 Lier leur puissance sur la personne par l’autorité reçue en Jésus, en son nom.
 Interdire de tourmenter la personne.

 Ceux pour qui on prie n’ont pas besoin de tourments supplémentaires.

Remarque importante

 Il n’est pas bon de demander au démon de se manifester. Un démon a pour vocation de faire du mal à l’homme. Lui demander de se manifester c’est lui donner le droit de faire du mal à la personne qu’il habite.
 Il faut lier leur puissance, les empêcher d’agir et si on est conduit ainsi, demander leu nom mais par de passer aux actes !

E. Les chasser

 C’est « l’acte de délivrance» en tant que tel

 Autant que possible, demander à la personne de proclamer :
– qu’elle appartient à Jésus,
– qu’elle renonce aux démons en elle, ou à leur influence.
 Certains ont fait des pactes avec des démons – surtout dans le cas de pratiques occultes.
C’est d’abord à eux-mêmes de proclamer leur volonté de liberté et en premier lieu à l’encontre de leur esprit-guide ou esprit de puissance, associé au pouvoir occulte.

 Leur ordonner de sortir, les chasser hors du corps, de l’être tout entier de la personne.

 C’est nous qui avons autorité au nom de Jésus,
 C’EST A NOUS DE COMMANDER AU DEMON DE SORTIR.
– Jésus nous a donné TOUS POUVOIRS SUR LA PUISSANCE DU DIABLE (Luc 10 :19).
– Et il est avec nous jusqu’à la fin du monde (Mat 28 :20), garant de notre autorité et de la victoire en son nom.

 Nous pouvons MENACER LES DEMONS pour qu’ils sortent.
Les menacer de les jeter dans l’abîme avant l’heure.
(Marc 9 :25) Jésus, … MENACA L’ESPRIT IMPUR … .
(Luc 9 :42) Mais JESUS MENACA L’ESPRIT IMPUR, guérit l’enfant, et le rendit à son père.
 COMMANDER (PAS DISCUTER) + INTERDIRE DE REVENIR
(Marc 9 :25) Jésus,… menaça l’esprit impur, et lui dit : esprit muet et sourd, JE TE L’ORDONNE, SORS DE CET ENFANT ET N’Y RENTRE PLUS.
(Mat 8 :16) … IL CHASSA LES ESPRITS PAR SA PAROLE …
(Mat 12 :28) … C’EST PAR L’ESPRIT DE DIEU QUE JE CHASSE LES DEMONS…

 Dieu nous a donné des armes et un pouvoir en son nom pour exercer l’autorité contre les démons.

 Continuer jusqu’à ce que tous les démons soient partis ou que le Saint-Esprit vous convainque d’arrêter.

 Etre prudent et vigilant pour éviter les mensonges et la dissimulation des démons afin d’éviter d’être obligé éventuellement dans les lieux célestes, afin que la délivrance soit complète. .

Remarque :
 Plusieurs démons peuvent « habiter» une même personne
(Luc 8 :2) Les douze étaient avec lui et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et de maladies : Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis SEPT DEMONS.
(Luc 8 :27) Lorsque Jésus fut descendu à terre, il vint au-devant de lui un homme de la ville, QUI ETAIT POSSEDE DE PLUSIEURS DEMONS. Depuis longtemps il ne portait point de vêtements, et avait sa demeure non dans une maison, mais dans les sépulcres.
(Luc 8 :29) Car Jésus commandait à l’esprit impur de sortir de cet homme, dont il s’était emparé depuis longtemps. On le gardait lié de chaînes et les fers aux pieds, mais il rompait les liens, et il était entraîné par le démon dans les déserts.
(Luc 8 :30) Jésus lui demanda : Quel est ton nom ? Légion, répondit-il. CAR PLUSIEURS DEMONS ETAIENT ENTRES EN LUI.
 Lorsqu’ on prie pour une personne, il est bon de s’assurer que tous ceux qui sont présents ont été chassés.
Demander le discernement à Dieu pour connaître si tous les démons sont sortis.

F. Remplir la maison
 Le corps, l’âme – de la personne ont été «vidés» de leurs anciens occupants, comme une maison, il faut que cette «maison» soit occupée sinon les démons pourront le cas échéant y revenir et alors avec plus de force.
(Mat 12 :43-45) Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va /Jar des lieux arides cherchant du repos, et il n’en trouve point. Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti. Et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée. Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui. Ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. Il en sera de même pour cette génération méchante.

 La personne doit être consacrée à Dieu avant que l’on prie, mais il est utile de demander que toute «sa maison» soit remplie de la présence de Dieu, que le Saint-Esprit prenne toute la place libérée et l’occupe.
 Inviter la personne à demander au Saint-Esprit de prendre toute la place en elle.
 Cela impose un chargement de vie pour la personne afin que d’elle-même, par ses péchés éventuels et son comportement, elle n’ouvre pas de portes aux démons dans la suite.

 Engager la personne à une démarche de repentance sincère et à confesser sa foi en Jésus et la seigneurie Jésus sur sa vie, de façon active.
Cela suppose de cesser toutes pratiques contraires à la volonté de Dieu et surtout celles qui ont pu ouvrir des portes aux démons : (pratiques spirites ou occultes, méditation transcendantale, etc… – voir liste en annexe 1).

 Si ce n’est pas encore fait, recevoir Jésus-Christ comme le Seigneur et le baptême dans le Saint-Esprit afin d’être fortifié et équipé pour le combat.

 Engager la personne dans une œuvre de guérison intérieure, de reconstitution de son âme et de sa pensée.
Travail de cure d’âme, groupes de maison, étude de la Bible, etc …

4 Remarques sur la pratique de la délivrance

4.1 Une délivrance ne se déroule pratiquement jamais de la même manière

– Les personnes sont différentes,
– Les situations sont différentes,
– Les démons sont souvent différents, ou leur action diffère.

Mais surtout,
 Dieu agit souverainement dans chaque cas, en fonction du meilleur pour la personne.
 il faut donc rester souples entre les mains de Dieu et ne pas vouloir reproduire des schémas anciens. L’expérience est une bonne chose à condition de rester « expérience» et non pas devenir règle de conduite.
 Veiller à ne pas de laisser conduire par les «symptômes» ou manifestations extérieures mais par Dieu lui-même.

4.2 S’assurer que la personne est réellement et sincèrement prête à abandonner son péché

 Veiller à ce que la personne ait réellement confessé son péché à Dieu.

 Les esprits se « nourrissent » de ce qu’ils sont. Si quelqu’un est sous l’influence d’un esprit impur, lire des revues ou regarder des images pornographiques va affermir son emprise sur la personne.
A l’inverse, résister à ces pratiques mauvaises affaiblit l’emprise de l’esprit mauvais sur la personne.
En résistant à la tentation suscitée par le mauvais esprit on affaiblit son emprise sur SOI.
 Il faut donc demander à la personne de renoncer à son péché et couper ainsi les vivres au démon.

 Sans repentance, la « foi » ne tient pas.
 La personne doit savoir :
– à quoi elle s’engage,
– ce qui l’attend – peut-être des luttes et des combats pour résister aux attaques futures du démon,
– qu’elle peut tromper les hommes mais pas Dieu (Gal 6).

 La personne doit se détourner catégoriquement de son péché pour ne pas donner prise au diable.

Remarque importante :
 Il est prudent de ne pas prier pour une délivrance dans le cas contraire.

4.3 La personne doit décider de pardonner

 Pardonner à ceux qui l’ont fait souffrir.
 Sans cette démarche, il nous est dit que Dieu ne peut pas entendre nos prières
(Mat 6 :14-15).

 Comme Dieu pardonne son péché à la personne et qu’elle est au bénéfice de la grâce de Dieu, elle est elle-même amenée à étendre la grâce de Dieu à tous ceux qui l’ont maltraité.
Ainsi, l’œuvre du royaume de Dieu peut se répandre plus loin, plus vite.
 Même remarque que précédemment.

4.4 Faire une distinction nette entre la personne : ses actes et l’esprit impur

 En premier, la personne doit se sentir responsable de ce qui se passe dans sa vie, afin d’être en mesure de mener une démarche de repentance.

 Parler trop vite ou mettre l’intégralité du problème sur le dos des démons risque de déresponsabiliser la personne et l’empêcher d’être vigilante dans la suite de sa vie pour résister au diable dans la soumission à Dieu.

 Même dans les cas de démonisation, il y a souvent des portes qui ont été ouvertes dans la vie de la personne par des pratiques de péchés répétés ou des désobéissances caractérisées à Dieu.
 Il faut faire prendre conscience de cela à la personne et l’inviter à s’en détourner clairement

 Prendre le combat, il est bon d’encourager la personne à se rappeler de l’amour de Dieu et que ce qu’elle peut ressentir ou avoir comme pensée accusatrice ou dévalorisante est l’ œuvre du diable et non l’expression de sa personne en Christ.
 Cela évite bien des tourments inutiles et surtout une porte ouverte au mensonge par l’incrédulité.

4.5 Encourager la personne à demander elle-même la délivrance

 Il faut que la personne soit consciente de ce qui se passe, soit avant, soit pendant. C’est elle qui décide de donner sa vie à Dieu et de la purifier, même si elle a parfois d’aide extérieure pour y arriver.

 Si la personne est unie avec ceux qui combattent, la délivrance est plus rapide.

4.6 Rester centré sur Jésus, le Saint-Esprit, le Père

 Parfois les démons se manifestent de façon à détourner l’attention du vrai problème : eux
Ils le feront par toutes sortes de stratagèmes.
 Ne leur parlons que pour leur commander au nom de Jésus, c’est-à-dire sous la couverture d’autorité déléguée par Jésus, dans le cadre de l’œuvre que Jésus veut faire
– pas de discussion ou de négociation avec eux
– des ordres,
– ne pas se laisser intimider par des menaces «… rien ne pourra vous nuire » (Luc 10 : 19),
– ne pas accorder d’importance à leurs« révélations »,
– leur commander de faire même ce qu’ils n’ont pas envie de faire : sortir et obéir.

 Il ne sert à rien d’invoquer autre chose que ce Dieu lui-même nous a donné.
Ni crucifix, ni « eau bénite », ni prière à des «saints », ou autre objet ayant un «pouvoir».
 L’autorité du nom et du sang de Jésus est nécessaire et suffisante
 N’utilisons que les armes que Dieu nous donne

4.7 Prendre soin de la personne

 Veillez à ce qu’elle rie se blesse pas si elle tombe, l’installer confortablement, la couvrir et préserver sa dignité dans des cas de manifestations d’esprits impurs.

 Etre prévenant et mettre à l’aise. Ce moment est suffisamment difficile pour les personnes dans la plupart des cas, car il est vécu comme un moment ou l’image que l’on a de soi et que l’on donne aux autres va être brisé ou sérieusement remis en cause.
La personne a besoin d’être entourée de marques d’amour et d’affection fraternelle.

4.8 Savoir reconnaître ses limites

 Si nous constatons que nous « piétinons », savoir arrêter parfois le moment de prière et faire appel à un ou des frères plus « anciens » dans ce service, ou à des personnes qui ont un discernement spirituel plus aigu.
Dans certains cas reprendre après un temps de jeûne et de prière (Mat 17 :21).

Quelques erreurs à éviter

 S’il n’y a pas de relations fortes avec une personne éviter de commencer une délivrance, il vaut mieux faire de la situation un sujet de prière et de combat que de laisser ensuite une personne « dans la nature » sans conseils, ni suivi.

 La délivrance suppose un suivi. Si cela n’est pas possible, il vaut mieux éviter de commencer.

 Ne jamais abandonner quelqu’un en situation de détresse sans avoir construit sa foi.
C’est à dire lui avoir montré l’espérance et l’assurance que Jésus donne.
Quand elle sera rassurée, et dans la paix, il sera possible de remettre un autre rendez-vous.

 Ne pas dire à quelqu’un qu’il est sous l’influence d’un démon s’il ne le sait pas et n’est pas prêt à affronter et régler le problème.
 Cela risque plus de culpabiliser et inquiéter qu’aider la personne.

 Si la délivrance ne finit pas et tourne en rond, il faut rechercher s’il n’y a pas des péchés cachés non confessés et non abandonnés, ou des choses que la personne n’a pas dites et qui empêchent l’œuvre du Seigneur.

 Autant que possible, éviter les délivrances en présence d’incroyants.
 Risque de choquer ou de déconsidérer la personne à leurs yeux.
L’amour couvre et protège, prend soin de l’autre et est plein de sollicitude. Cela doit être la règle aussi dans la pratique de la délivrance.

 Ne pas arrêter aux blocages exprimés par les personnes : «Je ne peux pas le faire, je n’y arrive pas ».
Il y a toujours la possibilité de vouloir être libre, même le démonisé de Gadara avec «Légion» en lui est venu vers Jésus pour demander à être libéré.
Les personnes ont une volonté mais ne veulent pas s’en servir ou faire l’effort de lutter.
Il faut les exhorter à le faire, à lutter et être participant de leur libération sans quoi, elles risquent de perdre rapidement le bénéfice de leur libération.

5. Attitudes par rapport à la personne

5.1 Les questions doivent respecter la personne

 Aider la personne à s’exprimer clairement et simplement.

 Eviter la curiosité sans passer à côté d’informations importantes pour la compréhension de la situation.

 Aider la personne à avouer et à confesser si besoin son vrai problème.
Discerner et percer les « écrans de fumée». La personne aura parfois du mal à avouer sa faute surtout dans les domaines de l’immoralité, de l’impureté, des violences sexuelles ou rituelles, occultes, etc…

5.2 Savoir ECOUTER avant de parler

 Ecouter, c’est permettre à l’autre de se sentir compris, accepter, respecter, pas jugé.
Passer trop tôt ou trop vite à des questions peut bloquer, ou arrêter la confidence, l’exposé des problèmes ou même une démarche de confession et de repentance.

 Ne pas écouter amène l’autre à devoir :
– parfois se défendre,
– expliquer, souvent
– ou justifier, elle-même ou sa conduite…
au lieu de centrer le dialogue sur sa personne et son attitude face à Dieu et sa situation.

 Prudence !

Eviter les interprétations, surtout dans les cas où les éléments en notre possession sont peu nombreux, pas clairs, et laissent une vision parfois fausse ou incomplète de la personne et de sa situation.
 Cela risque d’entraîner sur de fausses pistes dans la prière.
 Se laisser éclairer par le Saint-Esprit pour les éléments manquants, par parole de connaissance ou de sagesse.

 C’est la personne qui connaît son histoire, pas nous. II faut la laisser fournir par son récit les points clefs de la situation :
– récit de pratiques occultes,
– vécu dans l’immoralité ou l’adultère,
– souffrances dans l’enfance, sévices,
– problèmes« chroniques» dans la famille,
– etc…
 Ces éléments nous permettent sous l’éclairage du Saint-Esprit de discerner les clés de la situation, les portes d’entrées aux démons, les liens éventuels, et donc permettre de trouver le fil conducteur de l’action à entreprendre.

 Ecouter comme écoutent les disciples (Es 50 :4).
Avec compassion, miséricorde, patience, bienveillance, bonté, douceur, afin de permettre la libération de l’autre en se sentant accepté et compris.
 Le diable cherche souvent à maintenir les personnes sous un joug d’accusation et de mensonge en leur faisant croire que personne ne pourra les comprendre ou les accepter d’avoir vécu ou fait telle ou telle chose. Il faut que l’amour qui «accepte tout» triomphe et montre l’Amour de Dieu à la personne.

 Etre prêts à entendre des confessions douloureuses, sans pour autant exprimer rejet, dégoût, mépris pour la personne ;
Particulièrement dans les cas de pratiques impures, de sorcelleries ou occultes.

5.3 Déculpabiliser

 Il ne s’agit pas de minimiser le péché, mais ne pas apporter une culpabilité à la personne.
Jésus est venu libérer et sauver, pas condamner, ni juger.
Si la personne a péché, sa responsabilité est de le confesser et de s’en repentir, en aucun cas de rester sous une accusation ou un poids de jugement.
 Notre « ministère» est un ministère de réconciliation, notre œuvre, une action de libération.
Accompagnons les personnes dans une démarche de repentance et exerçons l’autorité au nom de Jésus pour les libérer.

5.4 Exercer l’encouragement

 Dieu fortifie la faible, relève l’opprimé il est avec eux dont l’esprit est abattu.
(Es 66 :2) Toutes ces choses, ma main les a faites, Et toutes ont reçu l’existence, dit l’Eternel. Voici sur Qui le porterai mes regards : Sur celui Qui souffre et Qui a l’esprit abattu. Sur celui qui craint ma parole.

 Dieu veut intervenir et que ses enfants interviennent en faveur de ceux qui sont opprimés afin qu’ils soient libérés.
(Ps 9 :9) L’Eternel est un refuge pour l’opprimé, Un refuge au temps de la détresse.
(Es 1 : 17) Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, Protégez l’opprimé.. Faites droit à l’orphelin, Défendez la veuve.
(Jér 22 :3) Ainsi parle l’Eternel : Pratiquez la justice et l’équité.. délivrez l’opprimé des mains de l’oppresseur.. ne maltraitez pas l’étranger l’orphelin et la veuve..n’usez pas de violence, et ne répandez point de sang innocent dans ce lieu.
(Jér 22 :5) Mais si vous n’écoutez pas ces paroles, je le jure par moi-même, dit l’Eternel, cette maison deviendra une ruine.

 L’oppression est une œuvre réelle du diable. Dieu veut que cette œuvre soit arrachée, brisée.
C’est au peuple de Dieu à ceux qui craignent l’Eternel qu’incombe cette charge. Encourager et libérer.
 Montrer aux personnes qu’elles ne sont pas des « cas particuliers », des cas exceptionnels, mais que l’oppression du diable s’exerce sur d’autres afin qu’ils ne se sentent pas des rejetés.
L’œuvre du diable est de rechercher à isoler les brebis du troupeau, d’isoler une personne physiquement, ou psychologiquement, pour la détruire, sans qu’elle puisse faire appel à d’autres pour venir à son secours.
 Cet encouragement doit être conforme à la Parole de Dieu, fondé sur la Parole afin que cette parole puisse porter son fruit, tout ce pour quoi Dieu l’a envoyée.

6. Quelques conseils

1. Prier que les démons soient complètement isolés et ne puissent plus communiquer ni recevoir d’aide de la part de satan ou d’autres démons.

Cas où il y-a des démons de rangs différents en jeu. Quel est le chef ? Le chasser en premier. .

2. Prier pour que les démons soient désorientés et affaiblis dans leur emprise sur la personne.

3. Prier que la personne soit affermie dans sa foi afin qu’elle apprenne qu’elle est sa position en Christ et qu’elle fasse confiance, et obéisse à la Parole de Dieu.

4. Prier que la personne soit capable de faire la distinction entre ses pensées et ses sentiments et ceux de satan.

5. Prier que la personne admette la présence démoniaque et n’en soit pas troublée, mais qu’elle soit prête à aider.

6. Prier que Dieu protège et guide son enfant et qu’il mette en œuvre ses anges pour qu’ils démantèlent tous les complots de l’ennemi.

7. Former des équipes de guérison et de délivrance dans l’Eglise

 Jésus a transmis son exemple et demande que tout ce qu’on a appris de lui, on le retransmette et qu’on l’enseigne à d’autres.
Cela élargit l’action du Seigneur et nous permet de ne pas crouler sous l’ensemble des demandes et des besoins.

 Nous pouvons suivre quatre étapes dans ce processus.

7.1 L’observation

 Dans le cadre de séminaires, d’enseignements, de réunions pour apprendre les principes.

7.2 L’expérimentation

 En vivant cela soi-même le cas échéant.

7.3 La participation

 En accompagnant des personnes qui exerce ce service.
Cela permet d’observer, d’apprendre par l’exemple, de bénéficier de l’expérience et du discernement des autres pour se tester et voir ses propres capacités.

1. on participe soi-même à un événement de ce type dans un cadre extérieur,
2. on recommence chez soi.

 Cela va devenir un mode de vie : discerner les esprits et les chasser.
Il faut que cela devienne partie intégrante de la vie de l’église, donc la tienne, pour tous ceux qui sont malades ou liés, ou dans le besoin.
Cela se manifestera dans toutes sortes d’occasions « favorables » ou non.

7.4 La mise en pratique pour former des disciples

 C’est un processus qui se déroule à vitesse variable suivant les personnes.
Par exemple, les nouveaux chrétiens progressent plus vite car ils se préoccupent moins de leur réputation.

 Veiller à ce que le fondement de notre action ne soit pas :
– « voilà, je réussis, alors je continue « 
– « si je n’ai pas de succès, je m’arrête »
Cela, c’est le zèle de l’ambition
 Cette motivation n’est pas sur le fondement de Dieu.
Il faut toujours le faire sur le fondement :
– de la Parole de Dieu,
– et de L’Amour de Dieu. C’est la seule chose que Dieu commande : l’amour

 On sera à plusieurs reprises tentés d’abandonner la partie.
Il est donc important que nos mobiles soient purs.

Remarque :

 Ce ministère de guérison va faire des remous et engendrer des réajustements majeurs :
1. Cela prend toujours plus de temps qu’on le pense,
2. Cela coûte toujours plus cher qu’on le pense,
3. Cela salit toujours plus qu’on a prévu,
4. Cela exige toujours plus de persévérance qu’on a prévu.

 

voir ETIQUETES  – DELIVRANCE – SATAN

 

Livre sur la Délivrance

 

 

 

mots clés église chretienne chrétienne morestel France DIEU Jésus foi amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =